Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Lettres - Tout cela sonne faux

    30 avril 2012 | Jacques Bouchard - Le 26 avril 2012 | Québec
    Je fais partie de cette frange de la population qui comprenait mal ce qui était en train de se tramer. J’ai regardé, un peu las, les étudiants d’abord chigner, puis tenter d’argumenter, puis crier, ensuite hurler. Je n’ai pas suivi le début de ce qui est devenu une crise parce que j’étais ailleurs. Cynique à cause de mon âge, de la génération innommable (X), j’ai regardé la chose de loin. À mon âge, beaucoup traversent la vie comme dans une croisière…

    Je ne suis pas ce que l’on pourrait appeler un militant. Mes jeunes années m’ont montré que la politique ronge inutilement ceux qui s’y collent, monte des ego en épingle, créée des montres de vanité, surtout s’ils y sont depuis plus de 10 ans. La machine (langage du milieu politique pour désigner les ministères) devient l’extension de leur volonté. Le bunker, une espèce de Versailles de béton…


    J’ai cru à ce qu’on m’avait appris : le respect, l’honnêteté, le devoir, le bien commun.


    Puis sont venues les blagues de notre premier ministre. Certains y ont vu de banales galéjades, je n’y ai vu que du mépris. Pourquoi le fil s’est-il cassé à ce moment précis ? Je l’ignore… Les politiciens sont ce qu’ils sont, me direz-vous. Et vous aurez raison. Reste que le mépris n’a pas sa place en politique quand on parle d’une partie de la population. Reste que la condescendance n’a pas de mise quand on est premier ministre. Reste que l’arrogance, résidu de trop d’années au pouvoir, est le résultat d’une suite de trop de courbettes. Reste que je ne peux croire que notre démocratie se résume à élire un roi tous les quatre ans.


    Il y a quelque chose qui sonne faux dans tout cela…


    Le reste sera histoire. Peut-être. Sans victime. Sans bourreau. Nous sommes en Amérique quand même… Mais les stratagèmes ignobles d’un gouvernement qui cherche seulement sa réélection sont pour moi des claques en plein visage.


    À mon intelligence, à ce que l’on m’a appris, aux efforts de mon père, à mon filleul que j’aime et à notre avenir. Tout cela sonne faux. J’aimerais croire que je ne suis pas le seul.

    ***


     

    Jacques Bouchard - Le 26 avril 2012

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel