Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    QS cherchera à récolter les carrés rouges

    28 avril 2012 | Antoine Robitaille | Québec
    La crise étudiante représente une occasion pour Québec solidaire, a plaidé Amir Khadir hier soir en ouverture du huitième congrès du parti de gauche à l’école Édouard-Montpetit dans l’est de Montréal. La plateforme électorale que QS doit adopter d’ici dimanche devra, au sens du député de Mercier, faire comprendre aux jeunes en grève que le parti est avec eux : « Ils doivent se sentir invités par nous pour [que] le jour où le Québec aura besoin de leur combat, non pas uniquement dans la rue mais du côté des urnes, ils comprennent que leur place est à nos côtés, dans nos rangs. » QS aimerait d’ailleurs convaincre certaines des figures de proue du mouvement étudiant, Martine Desjardins (FEUQ), Gabriel Nadeau-Dubois (CLASSE) et Léo Bureau-Blouin (FECQ), de porter les couleurs de QS lors de la prochaine campagne électorale. Les membres du comité électorale de QS ont confié au Devoir qu’ils trouvaient « très intéressants » ces trois représentants. Aucune démarche formelle, toutefois, n’aurait été entreprise.

    Sitôt le discours d’accueil de M. Khadir terminé, une militante, Véronique Martineau, s’est présentée au micro pour proposer de lever l’assemblée sur-le-champ afin que les participants présents puissent joindre la manifestation étudiante qui avait lieu en même temps au centre-ville de Montréal. Mme Martineau a soutenu qu’il fallait manifester puisque la « proposition globale » présentée par le gouvernement Charest hier matin était « une des pires insultes de l’histoire du Québec » puisqu’elle avait pour effet de hausser les droits de scolarité de 1779 $ au lieu de 1625 $. Un militant favorable à la levée de l’assemblée a soutenu au micro que c’était là une manière de faire grève, comme les étudiants. La coporte-parole Françoise David s’est dite opposée à l’initiative, puisque cela aurait eu pour effet d’annuler le panel prévu de discussion sur la « conjoncture politique et électorale ». Finalement, la salle a choisi de dépêcher une délégation d’une cinquantaine de personnes (sur quelque 300 délégués présents) à la manifestation.


     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel