Viande halal - L'abattage rituel heurte les valeurs québécoises, selon le PQ

Québec — L'abattage des animaux de consommation selon les rites religieux «heurte de plein fouet» les valeurs québécoises, estime l'opposition péquiste.

Au nom de la santé publique, du bien-être des animaux et du droit des consommateurs, le Parti québécois a exigé hier du ministère de l'Agriculture un portrait complet de l'abattage rituel des animaux pratiqué au Québec.

Le PQ s'inquiète du phénomène de l'abattage rituel — halal ou casher — qui semble prendre de l'ampleur au Québec, souvent à l'insu des consommateurs.

Or les Québécois ont le droit de connaître la nature des produits dans leur assiette, a fait valoir en point de presse le député André Simard, porte-parole du PQ en matière d'agriculture. «Les gens jugeront s'ils acceptent ou non d'acheter le produit qui a fait l'objet de la bénédiction d'un imam», a lancé M. Simard.

Pour minimiser la souffrance des bêtes, la norme «laïque» prévoit «l'insensibilisation» de l'animal — généralement par électrocution ou anesthésie — avant la mise à mort.

Même s'il est légal, l'abattage rituel est d'une autre nature, une nature qui «heurte de plein fouet» les valeurs du Québec, a argué le député, vétérinaire de profession. «Cet abattage implique un rituel, le sectionnement de la gorge et le saignement de l'animal encore vivant [conscient]. Comme vétérinaire, je peux vous dire que ce type d'abattage ne correspond pas, selon moi, aux valeurs du Québec», a-t-il dit.

Au-delà de la souffrance animale, la saignée «à froid» des animaux, notamment des bovins, peut aussi occasionner un risque de contamination pour la santé publique, selon M. Simard. «Quand l'animal est suspendu pour assurer une bonne saignée, il y a un refoulement, une sortie du tube gastro-intestinal. [...] Or la maladie du hamburger a été identifiée comme provenant du système gastro-intestinal des bovins», a-t-il relaté.

Douze abattoirs

D'après les données colligées par le PQ, une douzaine d'abattoirs au Québec pratiqueraient la mise à mort rituelle «en tout ou en partie» pour accommoder les fidèles des religions juive (casher) ou musulmane (halal).

Le géant Olymel, par exemple, détient depuis deux ans une certification halal pour ses volailles. Son usine de Saint-Damase produit des millions de poulets pour les consommateurs de viande halal. Les volailles sont sanctifiées par un imam.

Mais à l'exception de la prière musulmane, Olymel pratique un abattage tout à fait conforme aux normes en vigueur. «On ne fait jamais d'abattage à froid, sur aucun de nos animaux, a assuré un porte-parole de l'entreprise, Richard Vigneault. Un imam vient bénir les poulets pour nos clients qui veulent de l'halal, c'est tout. La certification n'a rien changé à nos méthodes d'abattage, reconnues et supervisées par l'Agence canadienne d'inspection des aliments. On a une politique de bien-être animal et les animaux sont insensibilisés avant la saignée.»
95 commentaires
  • Carole Dionne - Inscrite 15 mars 2012 01 h 15

    Voyons , le PQ

    Personne ne heurte les québécois. Vous lisez mal la situation. Les québécois sont habitués de servir de tapis à quiconque les conteste moindrement.

  • Hélène Pelletier - Abonné 15 mars 2012 04 h 43

    Faux débat


    Ils ne vont pas s'y mettre à leur tour? Faux débat, fausse piste tracée par la droite française. Il y a plus urgent à faire, Péquistes.

    • Nasboum - Abonné 15 mars 2012 10 h 23

      Bien dit. Qu'est-ce qu'ils vont nous sortir la semaine prochaine?

    • francois909 - Inscrit 16 mars 2012 08 h 44

      Ou se situe la pertinance du commentaire? pas sûr de comprendre..

  • Suzanne Chabot - Inscrite 15 mars 2012 04 h 55

    Encore !


    C'est vraiment révoltant que constater qu'encore une fois, pour se faire du capital politique, on présente les musulmans comme des fanatiques sanguinaires, violents, insensibles à la souffrance, qui cherchent à imposer les règles barbares de la Charia à l'ensemble de la polulation !

    Il y a de nombreuses études qui démontrent que l'abatage rituel islamique est la meilleure méthode de tuer l'animal. Non seulement, cette méthode minimise au maximum la souffrance de l'animal, en coupant la veine jugulaire de sorte que l'animal perd immédiatement conscience, mais ce serait aussi la meilleur moyen d'éviter les maladies pour les consommateurs de viande en faisant sortir tout le sang du corps!

    Ce débat sur la viande hallal nous vient directement de France où il s'est invité dans la campagne électorale grâce à Marine Le Pen, cheffe du parti d'extrême droite le Front National. Ce n'est pas du tout à l'honneur des péquistes de reprendre le flambeau au Québec.

    Je voudrais ajouter que l'abattage commercial tel que pratiqué dans les pays occidentaux ne tient pas compte de l'animal lui-même. Tout ce qui compte, c'est la rentabilité. Les animaux ne sont pas du tout traités avec respect. Cet engourdissement des animaux ne sert qu'à faciliter leur manutention. On s'en fiche du bien-être de l'animal. Ne pensez-vous pas que de reçevoir un coup dur la tête pour se faire 'engourdir' ne leur fait pas mal! Parlez-en à des écologistes et à des défenseurs des droits des animaux et demandez leur ce qu'ils pensent de la manière dont les animaux sont traités dans les abatoirs! La méthode utilisée n'est pas pratiquée selon une philosophie et une éthique "laïque", elle est tout simplement "commerciale".

    • Sylvain Auclair - Abonné 15 mars 2012 11 h 36

      Quel rapport entre le sang et les maladies?

    • Dominic Lamontagne - Inscrit 15 mars 2012 12 h 49

      C'est un vétérinaire qui explique dans le texte... tu veut comparé un vétérinaire à des écologistes??? soyons sérieux...

    • Lan Vi Pham - Inscrite 15 mars 2012 13 h 04

      Merci pour cette réaction saine et éclairée. Évidement, il y a des dérapages et des scandales partout, mais, règle générale, l'abatage casher est, comme l'abatage halal, très soucieux de la souffrance de l'animal. La classe politique veut susciter la colère là où il n'y a pas lieu d'en avoir. C'est vraiment triste.

    • francois909 - Inscrit 16 mars 2012 09 h 07

      J'aime votre connaissance du sujet: « perd immédiatement conscience» mais je peux vous dire qu'il se débat une minute interminable avant d'être inconscient. Quand on dit saigné proprement cela veut dire que la tête est bien maintenue pour ne pas mettre du sang partout et je ne parle pas du stress provoqué par l'immobilisation de l'animal. Une bien triste culture que celle des abattoirs religieux a l'image de l'homme.

  • Henry Fleury - Inscrit 15 mars 2012 05 h 32

    Mon dieu...

    Dites-moi donc gens de l'opposition du PQ, pourriez pas vous la taire de temps en temps ? Est-ce que parce que Pauline grimpe dans les sondages qu'il faut vous rabaisser dans l'estime des gens ? Avez-vous vu comment on décapite les poulets dans les grandes chaînes d'abattage ? Ça vous semble correct ça ? Mon dieu...

  • Guillaume L'altermontréaliste Blouin-Beaudoin - Inscrit 15 mars 2012 06 h 33

    Si les merguez ou le smoked meat sont bons, rien à foutre si ils ont été "bénis".

    Que la nouriture soit "bénie" (cosher ou halal) pour les caprices de certains groupes religieux, en autant que les normes d'hygiène soient respectées, ne m'apparait pas déraisonnable ; j'ai déjà mangé de la viande halal, sans que ce soit un critère de choix, et je m'en porte encore bien. Si les merguez ou le smoked meat sont bons, rien à foutre si ils ont été "bénis".

    D'ailleurs, aux temps médiévaux, la méthode "halal" a été introduite dans des buts de salubrité ; bien sur la science a évolué et nos normes actuelles sont plus sécuritaires, mais il est bon de connaitre l'origine de ce "rituel".

    Je trouve que le PQ aurait mieux fait de ne pas relayer cette préocupation véhiculée par le front national français (LePen).

    Guillaume Blouin-Beaudoin