Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?

    Policiers en «commande politique» - Beauchamp traite les propos de Khadir de ridicules

    3 mars 2012 |Antoine Robitaille | Québec
    Québec — Line Beauchamp a reproché hier à Amir Khadir de sombrer dans la «théorie du complot».

    Au Devoir jeudi et en matinée hier, le député de Québec solidaire a condamné la force «démesurée» avec laquelle l'escouade antiémeute de la Sûreté du Québec était intervenue devant le parlement jeudi pour contenir, à coups de gaz lacrymogènes, la manifestation des étudiants opposés à la hausse des droits de scolarité. Hier matin, après avoir rappelé des cas de brutalité policière récents, M. Khadir a fait ce commentaire: «Qui ordonne à ces gens-là de se comporter comme ça? En tout cas, j'espère que ce n'est pas une commande politique de Mme Beauchamp pour intimider les étudiants.»

    M. Khadir a ajouté «ça ressemble, oui, un peu, à ce que je vois de Mme Beauchamp, là, qui semble irritée puis qui veut... montrer du poing vis-à-vis des étudiants». Le député QS a ajouté que ce n'est «pas le rôle des policiers d'être au service de Mme Beauchamp, les policiers sont là pour protéger l'ordre public et l'Assemblée nationale».

    La ministre de l'Éducation se demandait hier si elle devait «s'offusquer» des propos de M. Khadir ou «prendre ça en riant, car c'est franchement ridicule!» Semblant déconcertée, elle a précisé malgré tout qu'il était «évident» qu'aucune commande politique n'avait été faite de sa part aux autorités policières: «La seule commande politique que j'ai entendue au cours des derniers jours, c'est M. Khadir lui-même qui appelait les manifestants à utiliser des moyens comme bloquer des ponts en disant que c'est pas si grave que ça!»

    Mme Beauchamp a répété qu'à ses yeux, les étudiants ont le droit de manifester, avec civisme, dans le respect des règles. Si M. Khadir veut s'enquérir des méthodes policières, a ajouté Mme Beauchamp, il n'a qu'à aborder le sujet au Bureau de l'Assemblée nationale, où il siège depuis que l'ADQ a perdu son statut de parti reconnu, a-t-elle dit.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel