Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Beaudoin et Curzi pourraient bientôt réintégrer le caucus péquiste

    Lisette Lapointe serait plutôt attirée par Option nationale

    24 février 2012 |Antoine Robitaille | Québec
    Pauline Marois, Louise Beaudoin et Pierre Curzi pourraient bientôt être réunis au sein du caucus péquiste.<br />
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Pauline Marois, Louise Beaudoin et Pierre Curzi pourraient bientôt être réunis au sein du caucus péquiste.
    Québec — Après deux sondages favorables, d'autres bonnes nouvelles pourraient venir réjouir Pauline Marois: le retour de certains démissionnaires au sein de son caucus.

    Louise Beaudoin et Pierre Curzi ont ouvertement abordé cette question hier. En entrevue au Devoir, Mme Beaudoin a confirmé que sa réflexion actuelle lui fait envisager d'«aller jusqu'à réintégrer le caucus». La députée de Rosemont, devenue indépendante le 6 juin, a révélé que Pauline Marois lui avait offert de rentrer au bercail la semaine dernière.

    Chose certaine, lors des prochaines élections générales, Mme Beaudoin ne tentera de se faire réélire ni sous la bannière péquiste ni comme indépendante: c'est «irrévocable, ma décision est prise, je ne me représente pas», a-t-elle déclaré en conférence de presse plus tôt hier. Mais elle appuiera le candidat péquiste qui lui succédera, a-t-elle assuré.

    Quant à Pierre Curzi, il a admis être en réflexion au sujet d'un retour au PQ. Réagissant au sondage CROP-La Presse, qui plaçait le PQ en tête avec 30 % des intentions de votes, il a déclaré: «Je ne peux pas ne pas me réjouir du fait que le Parti québécois semble s'être raffermi, s'être retrouvé, avoir retrouvé une sorte de cohésion.» À ses yeux, les démissions du mois de juin ont permis au parti d'apporter certaines «modifications» à l'optique de la formation poli-tique, dont la notion de vote libre et le mot «indépendance». Le député de Borduas a aussi souligné que lors du dernier conseil national, le PQ avait adopté un certain nombre de mesures visant à changer la politique.

    Il semble beaucoup moins probable que Lisette Lapointe regagne les rangs péquistes. Récemment, la députée de Crémazie avait soutenu qu'elle souhaitait se représenter dans cette circonscription sous une «bannière solide», ajoutant que seule celle du PQ l'était vraiment. «J'étais bien enthousiaste cette journée-là», a-t-elle nuancé hier. De plus, Mme Lapointe s'est montrée sceptique vis-à-vis du nouveau comité stratégique sur la souveraineté présenté par Pauline Marois dimanche dernier: «Il n'y a pas d'échéancier. [...] Est-ce qu'ils ont des ressources pour être capables vraiment de faire les choses?» Elle s'est demandé si «se réunir le dimanche matin aux trois semaines» pourrait vraiment faire avancer la préparation à la souveraineté. Déjà membre d'Option nationale, Mme Lapointe précisera dans deux semaines si elle compte se représenter sous cette bannière au prochain scrutin, a-t-elle annoncé hier. Le président de l'association péquiste de Crémazie, Hadrien Parizeau, petit-fils du mari de Mme Lapointe, Jacques Parizeau, a fait savoir au Devoir hier qu'il ne la suivrait pas à ON. Sa carte de membre du PQ «n'est pas familiale», a fait valoir Hadrien Parizeau, qui a dit préféré que Mme Lapointe réintègre le caucus.

    Le chef d'ON, Jean-Martin Aussant, accueillerait avec joie Mme Lapointe dans son parti, lequel tiendra son congrès de fondation en fin de semaine.

    Un autre député péquiste qui s'était montré peu enthousiaste à l'égard du leadership de Pauline Marois, Stéphane Bergeron (Verchères), publie dans nos pages aujourd'hui (A 9) une véritable ode à la Pauline Marois, la qualifiant de «"dame d'acier", car l'acier est plus solide encore que le fer». Cet été, Le Devoir avait obtenu copie d'un courriel dans lequel il affirmait que «le coup qui lui a été publiquement asséné par les cinq démissionnaires aura sérieusement miné son prestige et sa crédibilité pour mener à bien notre projet».
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel