Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Québec invité à prendre rapidement le virage numérique

    23 février 2012 |Fabien Deglise | Québec
    Henri-François Gautrin<br />
    Photo: Henri-François Gautrin
    Après la consultation, les recommandations. Le député Henri-François Gautrin invite le gouvernement du Québec à inscrire rapidement la mission de l'État et surtout son rapport aux citoyens dans les univers numériques. Comment? En investissant les réseaux sociaux, mais également en adoptant une politique d'ouverture pour l'ensemble des données civiques produites par l'appareil gouvernemental.

    Dans un rapport sans équivoque, tenu secret encore à la demande du premier ministre, et dont M. Gautrin pourrait présenter quelques bribes vendredi à Québec, dans le cadre de la conférence WAQ — le Web à Québec — l'élu invite Jean Charest à prendre personnellement en main cette mutation vers un «gouvernement 2.0», qui se doit d'être plus transparent, capable de stimuler la participation des citoyens, tout en encourageant la collaboration, par l'entremise des espaces numériques de communication, des employés des ministères et organismes gouvernementaux.

    Pour le leader parlementaire adjoint du gouvernement, «l'administration publique québécoise fait face à des défis de taille», dans un contexte où «l'essor des technologies numériques crée de nouvelles attentes chez les citoyens» et où la logique de «réduction de la dette» oblige l'administration publique à innover pour réduire son empreinte budgétaire, écrit-il dans un rapport préliminaire de plus de 100 pages dont Le Devoir a obtenu copie.

    Et, selon lui, le Web 2.0 «ouvre désormais d'énormes possibilités pour modifier et améliorer la prestation de services à la population, la participation des citoyens et la recherche d'une plus grande efficacité de l'appareil de l'État».

    De la réflexion à l'action

    En une trentaine de recommandations, M. Gautrin livre aujourd'hui les pistes à suivre pour amorcer correctement ce virage du Web 2.0, afin que le gouvernement devienne «ouvert, transparent, participatif et collaboratif». Cette ouverture passe en partie par la création d'un portail unique sur la Toile, qui devrait être baptisé «données.gouv.qc.ca», par lequel l'ensemble des données numériques non nominatives produites par l'administration publique devront être diffusées, «dans des formats libres» et lisibles «par les logiciels de traitement de données».

    Libérées de la sorte dans plusieurs pays, dont la Grande-Bretagne, les États-Unis, le Brésil et la France, ces informations peuvent être utilisées par les citoyens pour documenter des faits sociaux, mais également pour créer des outils visant à améliorer les services publics. Entre autres.

    Dans la foulée, le député invite Québec à stimuler la participation citoyenne en incitant les ministères et organismes gouvernementaux à déplacer leurs communications dans la sphère des réseaux sociaux, dont Facebook et Twitter sont les principaux représentants, mais également à exploiter la logique participative du Web pour donner vie à «des espaces de débats autour de leurs grands projets». Un «forum citoyen de dialogue» administré par «le secrétariat à la communication gouvernemental» gagnerait aussi à être créé.

    Cette «conversation» devrait également être encouragée entre les différents organismes de l'État, croit M. Gautrin, qui recommande l'amélioration de l'intranet gouvernemental — le réseau de communication interne du gouvernement — afin d'y inclure des outils qui vont permettre à l'avenir aux fonctionnaires de «partager facilement des documents», de «stimuler le brassage d'idées» et de bonifier «les interactions et l'information entre les employés de la fonction publique», écrit-il.

    Changement de paradigme

    Dans l'ensemble, le député de Verdun appelle donc l'administration publique québécoise à amorcer un véritable «changement de sa culture organisationnelle» et suggère même que la «gouvernance de ce projet» soit «placée sous l'autorité directe du premier ministre», Jean Charest. Afin de donner le ton, M. Gautrin lui recommande entre autres «d'affirmer dans une déclaration sa volonté d'orienter son gouvernement sur la voie du Web 2.0» et de faire de son gouvernement un «gouvernement ouvert», peut-on lire, mais aussi d'accorder «sa confiance» dans les capacités des employés de l'État à «innover et à profiter des possibilités offertes par les outils du Web 2.0», pour le bénéfice de tous.

    Toutes ces démarches, rappelle le député, devront se faire dans le respect des lois sur la protection des informations personnelles, mais aussi en prenant garde de bien «protéger» l'identité du gouvernement «dans les réseaux sociaux», prévient-il.

    Le rapport Gautrin vient aussi mettre en lumière l'importance de la construction de la mémoire numérique collective en proposant au gouvernement Charest que l'Institut de la statistique du Québec (ISQ) devienne le «dépositaire de toutes les données statistiques des organismes publics» et que les autres données, non statistiques, soient conservées par Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Enfin, pour que cette modernité soit partagée par tous, l'auteur du rapport réitère l'importance pour le gouvernement d'assurer «un accès à la bande passante» sur l'ensemble du territoire et des coûts raisonnables pour accéder à Internet et aux outils technologiques.

    Le rapport Gautrin fait suite à une série de consultations publiques menées, en harmonie avec son sujet, de manière interactive en ligne dans les réseaux sociaux et ailleurs, à la demande de Jean Charest qui, en octobre 2010, a demandé au député de porter son regard sur la numérisation sur les rapports humains et sur l'incidence que cela pourrait avoir sur la société québécoise et en particulier pour le gouvernement.












    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.