Marois crée un Comité sur la souveraineté en vue d'un référendum

La chef du Parti québécois, Pauline Marois
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir La chef du Parti québécois, Pauline Marois

Pauline Marois a dévoilé dimanche la composition d'un comité qui aura pour tâche d'actualiser près de 150 études sur la souveraineté du Québec, le tout dans une perspective de prise de pouvoir du Parti québécois (PQ) à l'occasion d'un probable scrutin provincial printanier.

Les douze membres de ce comité, dont les travaux ont débuté dimanche matin, devront également s'employer à réfléchir sur des stratégies visant à favoriser l'opinion référendaire au Québec, de façon à ouvrir la voie vers une troisième tentative de séparation d'avec le Canada. La chef péquiste a par ailleurs réitéré son intention, si son parti forme le prochain gouvernement, d'enclencher le processus référendaire une fois qu'une majorité de Québécois seront en faveur de la souveraineté.
 
Le Comité sur la souveraineté est composé de politiciens, d'artistes, d'intellectuels et d'autres acteurs importants de la société civile. On y retrouve entre autres l'acteur Emmanuel Bilodeau, l'auteur-compositeur-interprète Paul Piché, mais également l'ancienne dirigeante syndicale Claudette Carbonneau, le journaliste et essayiste Jean-François Lisée et la députée péquiste Véronique Hivon.
 
Le comité sera présidé par Mme Marois, et le chef bloquiste Daniel Paillé en assumera la vice-présidence. Aucun échéancier n'a été établi pour la durée de ses travaux.
 
Mme Marois a également profité de l'occasion pour s'en prendre à ses adversaires politiques libéraux et caquistes, affirmant que ni Jean Charest, ni François Legault n'étaient en mesure de défendre les intérêts du Québec face au gouvernement fédéral de Stephen Harper.
28 commentaires
  • NL - Inscrit 19 février 2012 16 h 04

    Le temps était si beau dans l'œil de l'ouragan...

    Madame Marois, quelle gaffe monumentale!

    Car, maintenant que se fait brandir ouvertement le spectre d'un référendum par la cheffe elle-même, les paris sont ouverts sur la probabilité que le Parti Québécois subisse le même sort que le Bloc dans la prochaine campagne électorale.

  • Alain Carré - Inscrit 19 février 2012 16 h 32

    Bonne nouvelle!

    Il y a également le constitutionnaliste Henri Brun, le maire de Rivière-du-Loup Michel Morin et du haut fonctionnaire Marcel Leblanc.

  • Roland Berger - Inscrit 19 février 2012 16 h 44

    Tâche herculéenne

    Amener les Québécois et Québécoises à prôner l'indépendance par des arguments rationnels constitue une tâche herculéenne quand on pense à l'armée de « communicateurs » des médias des Desmarais et Péladeau. Bon courage !
    Roland Berger

  • GLabelle - Inscrit 19 février 2012 16 h 52

    pardon

    "une fois qu'une majorité de Québécois seront en faveur de la souveraineté"???
    vous venez définitivement de me perdre, madame Marois.

  • Robert Libersan - Abonné 19 février 2012 17 h 02

    Quelle belle brochette de personnalités

    Des gens de compétences diverses et d'horizons différents.Quel contraste avec les têtes chaudes purzédures.

    MMe Marois est sage d'affirmer que le référendum aura lieu quand une majorité de Québécois seront en faveur de la souveraineté.

    Que celles et ceux qui ne sont pas capable de vivre avec cette orientation aillent militer ailleurs qu'au PQ.