Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Controverse autour de Robert Bourassa - Combat extrême Lisée-Germain

    Les deux auteurs renommés s'apprêtent à publier chacun de leur côté un livre sur l'ancien premier ministre du Québec

    16 février 2012 |Antoine Robitaille | Québec
    Deux auteurs, même objet: feu Robert Bourassa, premier ministre du Québec de 1970 à 1976 et de 1985 à 1994.<br />
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Deux auteurs, même objet: feu Robert Bourassa, premier ministre du Québec de 1970 à 1976 et de 1985 à 1994.
    Québec — Demande de «rétractation» de la part Jean-François Lisée, lequel est accusé en retour par Georges-Hébert Germain d'avoir fait une œuvre de «fiction» avec Le tricheur et Le naufrageur (1994); les deux auteurs ont le même objet, feu Robert Bourassa, premier ministre du Québec de 1970 à 1976 et de 1985 à 1994. Leur livre respectif n'est même pas encore en librairie — c'est pour la semaine prochaine —, mais le torchon brûle entre ces deux auteurs renommés, sur fond de promotion croisée. «Il est entré dans mon espace promotionnel! Je trouve ça d'une grossièreté inadmissible», s'indignait Georges-Hébert Germain à l'autre bout du fil au sujet de Jean-François Lisée, hier.

    Lorsque M. Lisée, ancien journaliste et conseiller politique, a appris que M. Germain préparait une biographie autorisée de Robert Bourassa, il a imaginé le projet d'une version remaniée et réduite du Tricheur et de sa suite, Le naufrageur (Boréal, 1994). Deux briques. Quelque 1300 pages en tout. Le Petit tricheur, Robert Bourassa derrière le masque — c'est ainsi que la version «abrégée» s'intitulera — en fera 415 «seulement».

    Les éditions du Boréal, mal à l'aise par rapport à l'idée de publier un «copié-collé d'un ancien livre», dixit le directeur Pascal Assathiany, ont décliné l'offre de M. Lisée. Ce dernier s'est mis à la recherche d'un éditeur. Stanké — maintenant appartenant à Quebecor, qui publie Germain — a refusé. Québec/Amérique l'a accueilli avec plaisir et le lancera le 29 février. Georges-Hébert Germain raconte que Pascal Assathiany et Jacques Godbout, des éditions du Boréal, ont «tenu» à lui confier que le projet de Lisée, «ils trouvaient ça odieux et qu'ils s'en étaient dissociés».

    Joint hier, M. Assathiany a soutenu ne pas se souvenir d'avoir employé le mot «odieux». «Mais il est vrai que lors d'une activité publique, on a dit à Georges-Hébert Germain que nous avions décliné la proposition [de M. Lisée], on a remis les pendules à l'heure».

    Biographie autorisée

    M. Germain, connu entre autres pour ses livres sur la vie de Céline Dion, René Angelil et Guy Lafleur, lancera lundi son Robert Bourassa (Libre expression, 410 pages) et le présentera dimanche à l'émission Tout le monde en parle. Le livre est une commande. Il fut financé par la «Fiducie de commémoration de la mémoire de Robert Bourassa», qui a versé un montant à la maison d'édition, laquelle a payé un forfait à M. Germain.

    «Je ne sais pas combien l'éditeur a reçu du parti... euh pas du parti, mais de la fiducie», hésite ce dernier, qui a refusé de dévoiler la taille de ses émoluments correspondant à «un an et demi de travail». Le livre a nécessité une soixantaine d'interviews avec des libéraux, mais aussi des non-libéraux: Claude Charron, «avec qui j'ai passé pas mal de temps», Lucien Bouchard, Brian Mulroney.

    M. Germain confie avoir eu recours aux services du fiduciaire Jean Masson — avocat chez Fasken Martineau et premier président de la Commission-Jeunesse du PLQ en 1970 — pour la recherche; notamment pour contacter des gens qui avaient connu Robert Bourassa. «J'ai l'air un peu fou», rigole au détour d'une phrase M. Germain au sujet de l'aspect commandité de son livre, mais il insiste: «Il n'y a vraiment eu aucune espèce de pression qui a été faite par la fiducie.»

    Inexactitudes?

    La fiducie et la maison d'édition ont aussi aidé à vérifier des faits. M. Masson a répondu à une «série de questions précises», raconte M. Germain. Or, selon ce que Le Devoir a constaté lors d'une lecture rapide, le livre comprend un certain nombre d'erreurs de faits. Dans un bas de vignette, on présente Claude Ryan comme un ancien premier ministre.

    Plus important, M. Germain écrit qu'en 1984, «la Cour supérieure du Québec avait invalidé l'article interdisant l'affichage unilingue» du «projet de loi 101» alors que celui-ci, qui était bel et bien une loi, «imposait» l'affichage unilingue. M. Germain situe la conférence de la dernière chance de juin 1990 sur l'accord du lac Meech au... «lac Meech, dans le parc de la Gatineau», alors que les premiers ministres étaient réunis à Ottawa.

    Selon ce qu'écrit M. Germain, en 1987, lorsque M. Bourassa a souhaité que le syndicaliste Louis Laberge obtienne l'Ordre national du Québec, il a demandé «à René Lévesque, chef de l'opposition» de présenter sa candidature. Or, M. Lévesque n'a jamais porté ce titre. Il a annoncé sa démission de la présidence du PQ en juin 1985. Pierre Marc Johnson, qui l'a remplacé en octobre 1985, a été chef de l'opposition de décembre 1985 à novembre 1987.

    «Ce sont des choses qui nous ont échappé», s'est défendu M. Germain lorsqu'on lui a présenté ces informations erronées. L'auteur fait remarquer que dans son livre sur Guy Lafleur, il y avait aussi eu «toutes sortes d'erreurs de ce type-là». Il s'explique ainsi: «Moi, je suis un portraitiste.

    Des erreurs factuelles, c'est sûr, il y en a plein. [...] C'est sûr que ça a une importance et que c'est regrettable. Mais moi, ce que j'ai voulu faire, c'est aller vers Robert Bourassa; tenter de voir qui était cet homme-là dans la vie de tous les jours et de quelles valeurs morales il était habité.»

    Soutenant que son travail n'est pas «journalistique», il se réfère à l'écrivain américain Truman Capote qui aurait dit: «Il y a des choses vraies et des choses réellement vraies.» Ainsi, par exemple, lorsqu'un portraitiste souhaite «démontrer la bonté ou la tolérance» de Robert Bourassa, «les choses [qu'il] évoque ou les anecdotes [qu'il] raconte pour démontrer sa bonté sont moins importantes que la bonté elle-même».

    Cette manière de concevoir son travail «atténue la faute d'avoir laissé passer des erreurs factuelles. Je n'ai pas dit que ça "pardonnait"». Du reste, il soutient que son livre est exempt de fiction: «Chez Lisée, il y a de la fiction. Je considère que Lisée, c'est un roman, ce qu'il a fait.»

    «Répugnant mensonge»

    En effet, M. Germain consacre un court chapitre de son Bourassa à la préparation et à la parution du Tricheur et du Naufrageur. À ses dires, M. Lisée, «avant même la parution du Naufrageur, était devenu conseiller politique du chef péquiste Jacques Parizeau». Joint par Le Devoir pour vérifier ce fait, M. Lisée l'a qualifié de «répugnant mensonge».

    Le naufrageur sort en juin 1994. M. Lisée devient conseiller le 13 septembre. «Je suis extrêmement déçu. [...] Il a passé au moins une heure à m'interviewer. Il n'a jamais vérifié cette grave accusation qui est totalement fausse et pour laquelle j'exige une rétractation.» Confronté à cette demande, M. Germain a admis ne pas en avoir discuté avec M. Lisée. Puis il a ajouté: «Je suis pas allé vérifier ça. Mais peu importe que ce soit avant ou trois semaines après [Lisée] était déjà proche du Parti québécois» lors de la parution du Naufrageur. Il laissera ensuite tomber: «Je n'aurais peut-être pas dû dire qu'il était "conseiller" de Parizeau. Peut-être. C'est une erreur. Et je suis bien prêt à le dire, d'accord, c'est une erreur.»

    Dans le même chapitre, M. Germain rappelle que M. Lisée avait convaincu Robert Bourassa en 1990 de lui ouvrir les portes du «bunker», bureau du premier ministre. Selon M. Germain, le journaliste a alors «échafaudé une prémisse artificielle qu'il a tenté de consolider pendant des années, croyant trouver partout [...] des matériaux divers pour étayer une thèse souverainiste voulant que Bourassa ait contrecarré l'élan» du Québec. M. Lisée refuse l'interprétation: «Ma thèse, dans Le tricheur, ce n'est pas que Bourassa aurait dû faire la souveraineté; c'est que Bourassa aurait dû dire qu'il ne la ferait pas! Je ne voulais pas qu'il soit pour la souveraineté, je voulais que Bourassa soit pour l'honnêteté. Georges-Hébert est assez intelligent pour le comprendre.»
    Deux auteurs, même objet: feu Robert Bourassa, premier ministre du Québec de 1970 à 1976 et de 1985 à 1994.<br />












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.