Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    La grogne contre les compteurs intelligents prend de l'ampleur

    Les manifestants demandent un moratoire sur l’installation des nouveaux compteurs.<br />
    Photo : Annik MH De Carufel - Le Devoir Les manifestants demandent un moratoire sur l’installation des nouveaux compteurs.
    Quelque 200 personnes ont exhorté Hydro-Québec d'abandonner son projet d'installation de 3,8 millions de compteurs «intelligents» en raison du risque qu'ils feraient courir à la santé publique, hier après-midi, lors de manifestations organisées simultanément par la Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique (CQLPE) à Montréal, à Québec et à Sherbrooke.

    «Les radiations électromagnétiques émises par ces compteurs représentent un risque pour la santé publique», a fait valoir le porte-parole de la CQLPE, José Lévesque, devant près de 150 manifestants réunis devant le siège social de la société d'État à Montréal. Ensuite, l'homme disant souffrir d'électrosensibilité a dénoncé «le coût élevé» du projet évalué à 1 milliard $. «L'imposition des compteurs intelligents est une grave atteinte à notre liberté de choix.»

    La CQLPE réclame que le gouvernement libéral décrète sans tarder un moratoire sur l'installation des compteurs émetteurs de radiofréquences. Elle presse également le ministre de l'Environnement, Pierre Arcand, de confier au Bureau d'audiences publiques en environnement (BAPE) le mandat d'évaluer le projet de la société d'État d'installer 3,8 compteurs reliés sans fil à un réseau de communication. «Une commission d'enquête itinérante, publique et transparente [doit voir le jour pour] bien évaluer le projet dans son ensemble et faire le point sur les risques liés l'électropollution», a martelé M. Lévesque devant des protestataires agitant une crécelle ou brandissant une affiche. La Coalition demande enfin qu'Hydro-Québec retire sans rechigner les compteurs de la nouvelle génération déjà installés si un abonné l'exige.

    Pour sa part, le porte-parole de l'opposition officielle en matière d'Environnement, Scott McKay, a accusé Hydro-Québec d'agir dans la précipitation en ayant «déjà donné le contrat de remplacement des 3,8 millions de compteurs électriques existants [alors que] la Régie de l'énergie n'a toujours pas autorisé ce projet considérable de déploiement massif».

    À Québec, une quarantaine de personnes ont manifesté en après-midi devant l'Assemblée nationale, aussi à l'invitation du CQLPE.

    Pendant que tout près les festivités du Carnaval battaient leur plein, Jean-Marc Meis et Monique Meunier étaient campés devant le Parlement, pancartes à la main, avec leurs trois enfants. «Depuis quelques années, dans ma maison, je fais en sorte d'éviter le téléphone cellulaire. Je n'ai pas de Wi-Fi et je câble [sic] tout systématiquement», d'expliquer M. Meis. «Et là, on risque de me poser l'équivalent d'un émetteur Wi-Fi sur ma maison sans mon autorisation!»

    Résidants de Trois-Rivières, les Meis-Meunier n'en étaient pas à leur première manif. «On est impliqués aussi contre les gaz de schiste et contre la remise en route de la centrale de Gentilly-2», a précisé Mme Meunier.

    Monique Sénéchal, de Québec, voyait d'ailleurs un lien entre ce nouveau combat et celui des gaz de schiste. «C'est comme les gaz de schiste, ça va trop vite!», résumait la manifestante de 68 ans. «On ne sait pas assez de choses. [...] La confiance est rompue!»

    Vers 13h30, le porte-parole, Jean Hudon est monté sur une petite scène pour haranguer le groupe. «Il faut se réjouir du chemin parcouru en à peine 12 semaines», a-t-il dit. «Il y a trois mois, la problématique de la pollution électromagnétique était pratiquement inconnue.»

    Plus de 13 000 personnes ont signé en ligne ou à la main la pétition parrainée par le député de Québec solidaire, Amir Khadir, réclamant à Hydro-Québec de surseoir sans délai au déploiement de ces compteurs «intelligents», a fait savoir la CQLPE, hier.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel