Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Marois s'accroche

    Très liée au NPD, la nouvelle recrue Daniel Breton s'attire les foudres du SPQ Libre

    20 janvier 2012 | Antoine Robitaille | Québec
    «Écologiste avant d'être souverainiste ou fédéraliste», comme il l'a indiqué à plusieurs reprises, M. Breton avait mordu la poussière en 2008 aux mains du bloquiste Thierry St-Cyr.
    Photo : Jacques Nadeau - Le Devoir «Écologiste avant d'être souverainiste ou fédéraliste», comme il l'a indiqué à plusieurs reprises, M. Breton avait mordu la poussière en 2008 aux mains du bloquiste Thierry St-Cyr.
    Québec — Malgré la pression, Pauline Marois indiquera aujourd'hui qu'elle refuse de laisser son poste de chef du Parti québécois. Prenant publiquement la parole ce matin pour la première fois depuis la sortie intempestive — à ses yeux — de Bernard Drainville dans nos pages, elle tentera de mettre en avant des nouvelles de ralliement. Hier, le député de Marie-Victorin a soutenu qu'il appuyait Mme Marois et a invité l'ex-chef du Bloc québécois Gilles Duceppe à faire de même.

    Stéphane Bergeron (Verchères) a soutenu que c'était à Mme Marois de «déterminer si elle a la marge de manoeuvre requise pour continuer son travail. [...] Si elle décide de rester, on composera avec le fait qu'elle reste, et si elle décide de partir, nous devrons composer avec le fait qu'elle décide de partir».

    Pour «inspirer le ralliement», a-t-on indiqué, Mme Marois et sa garde rapprochée ont décidé de devancer l'annonce du recrutement de l'écologiste Daniel Breton. Candidat pour le Nouveau Parti démocratique en 2008, M. Breton conserve pour ce parti un fort attachement. Il y a moins d'une semaine, il a indiqué au Devoir, qui l'avait croisé au débat des candidats à la direction du NPD, «que les députés ont la "responsabilité" de démontrer que le succès du NPD au Québec n'est pas qu'un "feu de paille" en accroissant l'effectif». Hier soir, le club politique SPQ Libre raillait la déclaration sur le Web: «On devrait normalement s'attendre à ce que Mme Marois demande [aujourd'hui] à M. Breton, qui a été candidat du NPD dans la circonscription de Jeanne-Le Ber en 2008 et qui a appuyé Jack Layton lors de la dernière campagne électorale, qu'il fasse son mea culpa en souhaitant que le NPD ne soit qu'un "feu de paille" et que le Bloc augmente ses effectifs!»

    «Écologiste avant d'être souverainiste ou fédéraliste», comme il l'a indiqué à plusieurs reprises, M. Breton avait mordu la poussière en 2008 aux mains du bloquiste Thierry St-Cyr. Le 31 janvier 2011 sur Facebook, il publiait ce message: «Tous ceux et celles qui m'ont appuyé lors de la dernière campagne dans Jeanne-Le Ber, je vous encourage à appuyer également mon successeur comme candidat, Tyrone Benskin.» Ce dernier, qui s'exprime difficilement en français, a battu M. St-Cyr le 2 mai. Dans une lettre ouverte au défunt chef du NPD Jack Layton en juillet, M. Breton écrivait: «J'ai entendu tant de commentaires ridicules ou condescendants à la suite du succès du NPD au Québec le 2 mai qu'il me semble nécessaire d'exprimer la raison tout à fait logique du vote orange.» M. Breton ajoutait ceci: «Jack, je te l'ai dit, tu me rappelles René Lévesque.

    Suroît


    Daniel Breton est aussi le cofondateur, en 2001, du Parti vert du Québec et du groupe écologiste Maîtres chez nous au 21e siècle (MCN21), lancé en 2009. À l'époque, la reprise du slogan historique du Parti libéral de Jean Lesage avait profondément froissé les libéraux. En 2004, M. Breton avait mené la bataille contre le projet de centrale électrique au gaz Le Suroît. En novembre, il déposait à titre de porte-parole de MCN21 une plainte à la Sûreté du Québec contre le gouvernement Charest, qu'il accusait d'avoir perpétré le «vol du siècle», notamment la vente à la firme Petrolia de permis d'exploration que possédait Hydro-Québec sur l'île d'Anticosti.

    Chroniqueur automobile et écologie au Devoir, on l'entendait aussi à l'émission L'après-midi porte conseil à la Première Chaîne de Radio-Canada ainsi qu'à RDI, au Club des ex. M. Breton a annoncé ces jours derniers à la société d'État qu'il devait cesser d'y être chroniqueur.

    En 2006, M. Breton s'était montré extrêmement critique de la formation politique à laquelle il se joint aujourd'hui. Dans une lettre au Devoir, il condamnait la «condescendance» des péquistes. «Je n'en peux plus de les entendre [...] s'identifier comme les détenteurs choisis, comme par un appel divin, pour mettre en oeuvre le projet, le Saint-Graal des bons Québécois, j'ai nommé: la souveraineté.» M. Breton soutenait que le PQ était le parti d'une seule idée, «et cette idée aveugle tellement ses membres qu'ils ne semblent même plus se rendre compte que le Québec a changé». Se penchant sur les raisons de la défaite du PQ de 2003, il écrivait: «Ce n'est pas un problème de communication qui vous a fait perdre cette élection, c'est tout simplement que les gens savent que votre parti n'a plus le bien commun à coeur et qu'il est devenu un parti d'intérêts particuliers, tout comme le Parti libéral. Voilà pourquoi ce parti de gauche [QS] est né et le Parti vert a été créé.»

    En août, M. Breton a participé à l'assemblée de fondation du Nouveau Mouvement pour le Québec, en août, un mouvement très critique de Mme Marois. M. Breton avait soutenu que l'indépendance était impossible sans indépendance économique et que cette dernière nécessitait l'indépendance énergétique. Pour y arriver, il avait prôné l'union des partis souverainistes: «Il faut se faire un pacte, qu'on soit péquiste, solidaire, indépendant.»

    On ignore pour l'instant dans quelle circonscription M. Breton portera les couleurs du PQ. Des médias ont affirmé que ce serait Rosemont, mais une source proche des négociations a rétorqué qu'il «n'avait pas été question de circonscription à ce stade-ci». Des membres de l'association péquiste de Rosemont ont soutenu hier n'avoir jamais entendu parler de cette candidature et ont d'ailleurs exprimé leur surprise à l'agent de liaison du PQ pour la région, hier après-midi.

    Cousineau de retour

    Par ailleurs, Pauline Marois pourra compter sur un autre ralliement. Le Devoir a appris que le député de Bertrand, Claude Cousineau, a décidé de briguer les suffrages pour une cinquième fois sous la bannière du PQ. Ce printemps, il s'était montré très critique du comportement de la direction du parti dans le dossier du projet de loi d'initiative parlementaire 204 pour l'amphithéâtre de Québec. Il avait même momentanément reconsidéré ouvertement son adhésion au PQ. Des ennuis de santé l'avaient alors conduit à déclarer qu'à 61 ans, il quitterait la vie politique au terme de son mandat. Joint hier, il a soutenu que la santé était revenue. «Je pète le feu, comme on dit!» avant d'admettre qu'il «songe sérieusement à se représenter». Si c'était son choix, il resterait au PQ, a-t-il indiqué. «Ça fait 35 ans que je suis militant dans le mouvement souverainiste et ce n'est pas demain que je vais changer d'allégeance.» Quant à Pauline Marois, il l'a décrite comme une «femme extrêmement courageuse dans l'adversité», avant d'ajouter «qu'elle a toute [sa] confiance». Il soutient que si elle veut quitter son poste, «c'est à elle de prendre la décision». Le cas échéant, «je vais travailler avec Gilles Duceppe ou un autre», a indiqué M. Cousineau. «Présentement, c'est Pauline Marois qui est là. Elle est ma chef et je veux travailler avec elle.»
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel