Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Anglais à la Caisse de dépôt: Marois et Charest s'entendent

    16 novembre 2011 | François Blais | Québec
    Les employés du siège social montréalais de la Caisse de dépôt et placement du Québec assistent au dévoilement des résultats de l’institution en février dernier. Certains employés de l’institution se plaignent de l’unilinguisme anglophone de deux cadres supérieurs.<br />
    Photo : Agence Reuters Christinne Muschi Les employés du siège social montréalais de la Caisse de dépôt et placement du Québec assistent au dévoilement des résultats de l’institution en février dernier. Certains employés de l’institution se plaignent de l’unilinguisme anglophone de deux cadres supérieurs.

    Né à Grand-Mère en 1973
    Auteur de cinq romans, dont quatre ont été publiés à l’Instant Même, François Blais est écrivain et traducteur. Finaliste au Prix des libraires en 2007 grâce à son premier livre Iphigénie en Haute-Ville, il vit présentement à Québec. (photo Marie-Claude Blais)
    Dernier livre paru: La nuit des morts-vivants (L’Instant Même, 2011)

    Québec — Il se trouve que deux cadres supérieurs de la Caisse de dépôt du Québec, Kim McInnes et David Smith, sont unilingues anglophones. Certains de leurs employés se sont plaints de cette situation à l'Office québécois de la langue française, au ministre des Finances, Raymond Bachand, ainsi qu'au chef de l'opposition, Pauline Marois. Cette dernière, saisissant la balle au bond, s'en est plainte à son tour au premier ministre, lors des débats de l'Assemblée nationale, hier après-midi, mettant carrément M. Charest en demeure d'expliquer «comment une telle situation a pu se produire alors qu'un engagement clair avait été pris par M. Sabia quant au maintien du français comme langue de travail à la Caisse de dépôt».

    Il semble que Mme Marois enfonçait là une porte ouverte, car le premier ministre a convenu que la situation était effectivement inacceptable et que la Caisse «va corriger le tir, va s'assurer que les choses se font conformément à nos valeurs et aux lois, d'autant plus que c'est une volonté qui est affirmée de la part de l'Assemblée nationale et de tous ses députés. Il va de soi que la Caisse doit fonctionner en français». Bref, M. Charest et Mme Marois faisaient montre, sur cette question, d'une entente qui faisait grand plaisir à voir. Les choses auraient pu en rester là, la chef de l'opposition se déclarer satisfaite, seulement, il n'est pas dans la nature des chefs de l'opposition d'être satisfaits, aussi a-t-elle utilisé la «deuxième complémentaire» aimablement octroyée par le président de l'Assemblée pour poser sa question de nouveau, en la formulant autrement.

    Réponse de M. Charest: «Je pensais avoir été clair, M. le président. À la Caisse de dépôt et placement du Québec, ça se passe en français.» Il avait en effet été clair, mais il ne devait tout de même pas espérer que Mme Marois lève le nez sur cette deuxième cartouche. D'ailleurs, elle avait droit à une troisième intervention, ce qui lui a fourni l'occasion d'inventer une autre manière de formuler sa question. Comme il n'existe apparemment point de quatrième complémentaire dans nos usages parlementaires, on est passé à un autre sujet. Mais tout porte à croire que messieurs McInnes et Smith devront se mettre au français.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel