Charest nie être influencé par Power Corporation

«Il n'y a pas un individu ou une famille qui a une influence sur les affaires du Québec» a déclaré le premier ministre Jean Charest.
Photo: La Presse canadienne (photo) Jacques Boissinot «Il n'y a pas un individu ou une famille qui a une influence sur les affaires du Québec» a déclaré le premier ministre Jean Charest.

Québec—Jean Charest a nié ce matin que l’influence du holding Power Corporation l'ait conduit à adoucir ces critiques à l’endroit des politiques énergétiques du gouvernement Harper, en 2009, lors de la conférence sur les changements climatiques à Copenhague. Nul autre que l'ambassadeur américain David Jacobson a pourtant émis cette hypothèse dans un câble diplomatique secret, daté de décembre 2009, intercepté par WikiLeaks et révélé par Le Devoir ce matin.

Avant la période de questions, M. Charest s’est présenté devant les médias et a lancé que le journaliste du Devoir signataire de l'article de ce matin «aurait dû compléter sa recherche» en citant un autre reportage, aussi publié dans nos pages, le 13 janvier 2010, soit quelques semaines après la conférence de Copenhague. Le titre en était «Charest repasse un savon à Harper»: «Vous vous souvenez de ça? Je vais vous lire ce que l'article disait parce que je trouve ça bon moi», s'est amusé le premier ministre.
 
Cherchant à démontrer que sa position sur les changements climatiques n’avait pas bougé d’un iota, il a lu de longs passages de ce reportage de janvier 2010 pour rappeler ce qu'il avait déclaré alors, aux côtés de M. Harper : «Il n'y a pas une chose que je changerais dans ce que j'ai fait et dit à Copenhague. Pas un mot.»

Les deux premiers ministres s’étaient rendus dans le Bas-Saint-Laurent pour annoncer un projet québécois de production de méthane à partir de déchets organiques: «Si parler et défendre les intérêts du Québec, ça dérange du monde, bien, tant pis», avait alors lancé Jean Charest en réponse à une question d’un journaliste. Il avait ajouté: «Quand le premier ministre s'exprime au nom de tous les Québécois sur un enjeu comme celui-là [les changements climatiques], je ne vois pas pourquoi on lui reprocherait de défendre les intérêts du Québec. Et je n'ai aucune inhibition, aucune réticence, peu importe l'endroit où je me trouve, que ce soit à Cacouna ou à Copenhague, sur ces questions-là; je tiendrai le même discours au nom de tous les Québécois.»
 
Croisé dans le couloir du parlement après la période de questions, Jean Charest a martelé qu’il gouvernait «en fonction des intérêts du Québec. Point à la ligne». À un journaliste lié à Quebecor, M. Charest a demandé si la question de l’influence pouvait se poser «pour les Péladeau aussi», faisant référence aux dirigeants du conglomérat. Par la suite, il a repris son explication: «Moi je vous dis qu'on gouverne en fonction des intérêts du Québec et que ça, c'est sacré. On gouverne en fonction des intérêts propres des Québécois. Il n'y a pas un individu ou une famille qui a une influence sur les affaires du Québec. On gouverne en fonction de nos intérêts supérieurs. Et c'est vrai pour M. Péladeau et c'est vrai pour M. Desmarais.»
 
Pas plus d’influence


Commentant lui aussi l'affaire, le ministre des Finances Raymond Bachand a soutenu «que la famille Desmarais n'avait pas plus d'influence que d'autres entreprises, chef syndical, d'autres groupes de pression. Ils ont tous droit à leur opinion. Nous, on gouverne pour le bien public».
 
La chef de l’opposition Pauline Marois s’est montrée prudente, se limitant à dire: «C’est l'ambassadeur américain […] qui donne son point de vue, et, moi, je crois qu'il faut être très vigilants.» En anglais, Mme Marois a ajouté : «je ne parlerais pas de M. Desmarais et de Power», préférant parler des influences avérées dans le domaine des gaz de schiste où «la démonstration a été faite» puisque «plusieurs anciens collaborateurs du gouvernement libéral, du Parti libéral et des membres du Conseil des ministres se retrouvent maintenant au sein de cette industrie», a-t-elle déclaré.

Par la suite, lorsqu’un journaliste lui a demandé pourquoi elle semblait avoir «peur» de parler de l’influence de Power Corporation et de Paul Desmarais, Mme Marois a semblé troublée et a mis fin à la conférence de presse.

Lors de la période de questions, l’opposition officielle a soutenu que la nouvelle du Devoir s’ajoute à plusieurs autres éléments où l’influence financière a pesé sur les décisions du gouvernement Charest: «Dans le scandale des garderies, la nomination par le premier ministre du député de LaFontaine comme ministre de la Famille a-t-elle été influencée par le collecteur de fonds Donato Tomassi?», a lancé la critique péquiste en matière de famille, Carole Poirier.
 
Europe

Par ailleurs, dans son éloge de messieurs Paul Desmarais junior et André Desmarais prononcé le 17 juin 2009 alors qu’il leur remettait l’insigne d’officier de l’Ordre national du Québec, M. Charest avait souligné que ces derniers avaient «contribué de manière significative au lancement des négociations d’un nouveau partenariat entre le Canada et l’Union européenne». C’est là un projet dont M. Charest s’est fait un ardent défenseur depuis l’été 2007.

Dans une rare entrevue accordée au magazine Le Point en France en juin 2008, Paul Desmarais senior avait déclaré: «Essayons d'avoir un marché commun entre l'Europe et le Canada. Si la France pousse, l'Europe suivra. La Chine, l’Inde, l’Amérique du Sud vont donner du fil à retordre à l’Amérique du Nord et à l'Europe. Il faut nous unir pour sauver notre peau.»
14 commentaires
  • France Marcotte - Abonnée 11 mai 2011 16 h 32

    Équation tordue


    Un menteur qui nie, est-ce que ça donne la vérité?

  • northernbud - Inscrit 11 mai 2011 17 h 00

    Les Cyniques

    Charest me rappelle le sketch des Cyniques où ils tentaient de déterminer quand Robert Bourassa mentait. Leur conclusion était : quand il remue les lèvres, il ment !

    Pierre Denis

  • J Babin - Inscrit 11 mai 2011 17 h 42

    Marois, inacceptable

    Il est inacceptable que Pauline Marois refuse de répondre aux questions concerant l'influence des Desmarais. Elle a peur de quoi, qu'est-ce que cache ce silence ?

    Rappellons-nous que c'est Bernard Landry et Lucien Bouchard qui sont les responsables de la plus importante concentration de la presse dans les pays développés, incluant la médiocrité des journaux qui, inévitablement, vient avec. Ils ont tout cédé à Gesca. Pour faire avaler la pilule Landry avait donné l'assurance que son grand ami Desmarais était fortement imprégné de ce qu'il a appelé alors l'éthique capitaliste.

    Il y a quelque chose qui ne fonctionne pas, probablement qu'à la moindre tentative de faire la lumière de la part de Marois sur cette affaire, une campagne de salissage en règle va déferler dans tous les journaux de Gesca.

    Merci Monsieur Landry de nous avoir légué en héritage la pire presse qui soit et bravo au Devoir, seul à suivre ce dossier. Nous avons besoin de vous comme jamais.

  • François Ricard l'inconnu - Inscrit 11 mai 2011 18 h 35

    Le PQ dans les mains de Desmarrais?

    Il semble bien que Desmarais, en la personne de Mme Marois et de son époux Blanchet, a réussi à s'emparer aussi du PQ. Force nous est de constater que nous vivons sous l'empire Desmarais . Nous sommes donc doublement esclaves: et d'Ottawa et de Desmarais.
    Je crois qu'il est temps que le PQ reprenne ses destinées en main. Sinon, il faut se tourner en bloc vers le QS pour nous défaire de ce double joug.

  • Jean Martinez - Inscrit 11 mai 2011 18 h 43

    Une évidence

    Si on regarde les politiques du gouvernement Charest et qu'on se pose la question suivante: telle ou telle politique ferait-elle l'affaire des Desmarais?

    Dans l'immense majorité des cas, la réponse est oui. De toute façon, c'est un secret de polichinelle. L'État du PLC, c'est l'État Desmarais. Un cas répugnant d'oligarchie.

    Dehors, rendez le Québec au peuple du Québec!