Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Politiques énergétiques - Jusqu'où va l'influence de Power?

    L'ambassadeur américain s'interroge dans un câble rendu public par WikiLeaks

    «Est-ce que M. Charest a été influencé par Power Corp. pour baisser ainsi le ton de ses critiques à l'endroit du gouvernement fédéral, ce n'est pas clair, indique le câble de l'ambassadeur Jacobson, mais l'influence sur le milieu fédéral et provincial de cette société est indéniable».
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir «Est-ce que M. Charest a été influencé par Power Corp. pour baisser ainsi le ton de ses critiques à l'endroit du gouvernement fédéral, ce n'est pas clair, indique le câble de l'ambassadeur Jacobson, mais l'influence sur le milieu fédéral et provincial de cette société est indéniable».
    Extraits du câble diplomatique

    Whether [Jean] Charest was influenced by Power Corp to tone down his criticism of the federal government is unclear, but the corporation’s provincial and federal influence is undeniable. [...] Power Corp is the largest individual shareholder (4.5%) in the French company Total S.A. [...] Total  S.A. has invested 6 billion USD in Alberta’s oil sands to date [...]. [...] by the end of the conference [Charest] lay low, passing on further media opportunities to criticise Harper. [...]
    L'influence de Power Corporation sur les politiques énergétiques des gouvernements fédéral et provincial est «indéniable», peut-on lire dans un câble diplomatique envoyé à Washington en décembre 2009 par le nouvel ambassadeur des États-Unis au Canada, David Jacobson.

    Ce câble a été intercepté par WikiLeaks.

    Dans ce document, dont Le Devoir a obtenu copie, l'ambassadeur Jacobson, en poste depuis octobre 2009, s'interroge sur les pressions qui auraient pu être exercées sur le premier ministre Jean Charest et qui expliqueraient qu'il a soudainement cessé de tirer à boulets rouges sur la position du gouvernement Harper durant la conférence sur les changements climatiques de Copenhague, qui venait de se terminer le 12 décembre 2009.

    «La controverse qui a éclaté sur la position agressive du Québec [à l'endroit de celle du gouvernement Harper] à la conférence de Copenhague a jeté un éclairage surprenant sur [l'influence] de puissants intérêts provinciaux dans les sables bitumineux. Les deux plus importants journaux de Montréal ont eu des échanges musclés sur les liens financiers de la firme québécoise Power Corporation et l'influence alléguée sur les positions du premier ministre Charest à Copenhague».

    L'ambassadeur fait ici état de l'opinion de certains éditorialistes de La Presse, qui avaient taxé la position du premier ministre Charest à l'endroit de la position canadienne «d'arrogante», allant jusqu'à la qualifier «d'irresponsable et de déloyale envers Ottawa», selon les citations apparaissant dans le câble diplomatique.

    Le 17 décembre, La Presse, rappelle le câble de l'ambassadeur, a même défendu la position fédérale à Copenhague, et en particulier sa position dans le dossier des sables bitumineux, une industrie alors jugée vitale pour le Canada et le Québec. Cette position, ajoute David Jacobson, «en a fait sourciller plusieurs au Québec: le journal est fédéraliste, mais rarement aussi rapide à se porter à la défense du gouvernement fédéral», en plus d'être généralement sensible à la défense de l'environnement.

    «Est-ce que M. Charest a été influencé par Power Corp. pour baisser ainsi le ton de ses critiques à l'endroit du gouvernement fédéral, ce n'est pas clair, poursuit le câble de l'ambassadeur Jacobson, mais l'influence sur le milieu fédéral et provincial de cette société est indéniable».

    À Copenhague, rappelle la note de l'ambassadeur, le Québec s'en est pris à la faiblesse de la position canadienne, qui est en réalité copiée de près sur celle des États-Unis, ce qui explique qu'on la surveille de près outre-frontière. Ainsi, tout comme les États-Unis, le Canada a adopté l'année de référence 2006 au lieu de 1990, qui est l'année de référence internationale. Cette astuce effaçait d'un coup les augmentations d'émissions de GES du Canada de plus de 20 % durant cette période. Et, ajoute l'ambassadeur, le premier ministre Charest avait signé une entente à Copenhague avec 20 autres représentants de juridictions de niveau «sous-national», comme des provinces, insatisfaites de la position de leur gouvernement national.

    L'ambassadeur rappelle qu'il a récemment rencontré, juste avant qu'éclate cette controverse, plusieurs dirigeants de Power Corp., «un holding qui détient des intérêts financiers substantiels dans les sables bitumineux».

    Il précise à l'intention de ses supérieurs de Washington que la Financière Power a eu des revenus de 37 milliards $US en 2008 et que Paul Desmarais père et ses deux fils, André et Paul, «sont parmi les Canadiens les plus influents en plus d'avoir des liens familiaux et politiques avec d'éminents libéraux fédéraux au Canada et avec le président Sarkozy».

    «Même si La Presse a défendu son impartialité, ajoute l'ambassadeur étasunien, il était difficile de nier l'existence des intérêts financiers de Power dans les sables bitumineux. Power Corp. est le principal actionnaire privé (4,5 %) de la pétrolière française Total S.A. et y exerce une influence supplémentaire du fait que Paul Desmarais fils siège au conseil de direction.»

    «Il est difficile de dire, poursuit le câble diplomatique, si Charest réagissait à la position de La Presse, à une pression de la famille Desmarais, ou en fonction d'autres facteurs, mais à la fin de la conférence, il a adopté un profil bas [he lay low], laissant passer plusieurs occasions médiatiques de critiquer le gouvernement Harper. Dès lors, il a évité de parler des politiques environnementales du Canada, mettant plutôt l'accent sur son propre plan de réduction des émissions du parc automobile du Québec.»

    Rappelant son entrevue quelque temps plus tôt avec André Desmarais et quatre de ses cadres dans ses «somptueux bureaux» de Montréal, le diplomate américain souligne que la famille Desmarais a été liée de longue date aux premiers ministres canadiens Pierre Elliott Trudeau, Jean Chrétien et Paul Martin, ainsi qu'au président français, Nicolas Sarkozy.

    Les liens entre la famille Desmarais et le gouvernement québécois ont été mis en relief quand Québec a défendu, même avant les audiences publiques du BAPE, le projet Rabaska. Le consortium qui pilotait ce projet réunissait Enbridge, Gaz de France-Suez et Gaz Métro. Les groupes Gaz de France (GDF) et Suez — fusionnés avec la bénédiction de l'Élysée — possèdent 17 % des actions de Gaz Métro, une société québécoise qui appuie aujourd'hui de tout son poids le développement des gaz de schiste au Québec.

    Quant au groupe GDF-Suez, il est contrôlé par le financier Albert Frère et le groupe Desmarais via le groupe Bruxelles-Lambert et Pargesa, deux sociétés aussi contrôlées par le tandem Frère-Desmarais.

    Total S.A., ajoute la note diplomatique, a investi 6 milliards dans l'exploitation des sables bitumineux et prévoit ajouter 20 autres milliards dans cette industrie dans les 20 prochaines années.

    Le président Sarkozy, qui a séjourné au domaine Saagard de la famille Desmarais au Saguenay, a décerné en février 2008 la grand-croix de la Légion d'honneur — la plus haute distinction honorifique, qui n'a jamais été décernée à un autre Québécois — à Paul Desmarais père. Le premier ministre Jean Charest était aussi à Paris, mais à titre officieux. Le président Sarkozy avait alors déclaré: «Si je suis aujourd'hui président, je le dois en partie aux conseils, à l'amitié et à la fidélité de Paul Desmarais.»
    «Est-ce que M. Charest a été influencé par Power Corp. pour baisser ainsi le ton de ses critiques à l'endroit du gouvernement fédéral, ce n'est pas clair, indique le câble de l'ambassadeur Jacobson, mais l'influence sur le milieu fédéral et provincial de cette société est indéniable». Paul Desmarais<br />
L’ambassadeur américain à Ottawa, David Jacobson<br />












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.