Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?

    Les girouettes

    18 avril 2011 |Michel David | Québec
    Le petit-fils de Jacques Parizeau, Hadrien, n'avait pu contenir sa frustration samedi matin. «Est-ce qu'on est encore au PQ ou au Parti libéral?» avait-il lancé. On a bien vu la différence, hier: même au PLQ, où l'obéissance aux diktats du chef est légendaire, on n'a jamais vu les délégués à un congrès libéral opérer un virage à 180 degrés aussi spectaculaire en l'espace de trois heures.

    Depuis un an, Pauline Marois s'était résignée à concéder à son aile dite radicale l'extension de la loin 101 au cégep, mais ce serait là la seule concession. Forte de l'appui de 93,08 % des délégués, elle serait désormais la seule maîtresse à bord.

    Hier matin, l'adoption d'une proposition visant à rétablir l'unilinguisme français dans l'affichage commercial a pris la direction du parti complètement au dépourvu. Il est vrai qu'après avoir divisé le congrès de 1996 et conduit Lucien Bouchard à un cheveu de la démission, la question semblait définitivement réglée. Depuis 15 ans, on n'en avait plus discuté au PQ. La règle de la «nette prédominance» que le gouvernement Bourassa avait imposée en 1993 semblait avoir été acceptée.

    Il est cependant dangereux de jouer avec les allumettes. Quand elle a succédé à André Boisclair, Mme Marois a décidé de remettre la question identitaire à l'ordre du jour. La recette n'est pas nouvelle. De tout temps, à défaut de référendum, le dossier linguistique a servi d'exutoire au trop-plein d'énergie des militants péquistes.

    Comment s'étonner que, laissés à eux-mêmes, les délégués au congrès aient réclamé un retour aux dispositions initiales de la loi 101? Voilà des mois que Pierre Curzi clame sur toutes les tribunes que le français est en perdition à Montréal et qu'il dénonce la passivité du gouvernement Charest. Mme Marois reconnaît elle-même que le visage de la métropole est nettement moins français qu'à l'époque où le PQ présentait la «nette prédominance» comme l'Apocalypse.

    À force de chauffer la marmite, il ne faut pas s'étonner qu'elle se mette à bouillonner. Les militants ne voulaient pas seulement revenir à l'unilinguisme français. Ils ont également résolu de ressusciter la «police de la langue» en renforçant les pouvoirs de l'Office supérieur de la langue française et en lui redonnant le pouvoir de retirer le statut bilingue à des organismes, municipalités ou établissements qui ne satisferaient plus aux conditions qui leur avaient permis de l'obtenir en vertu de l'article 29.1 de la loi 101.

    ***

    En conférence de presse, Mme Marois a expliqué qu'il avait été nécessaire de reprendre le vote sur la proposition concernant l'affichage parce que le débat en assemblée plénière avait été trop court pour qu'on en saisisse bien toutes les implications.

    Il ne faut quand même prendre les militants péquistes pour des imbéciles. S'il y a une question qui a été examinée sous tous les angles au PQ depuis plus de 40 ans, c'est bien celle-là. La centaine de délégués, dont les députés Maka Kotto (Bourget) et Pierre-Yves Blanchet (Drummond), qui avaient appuyé la proposition à l'unanimité en atelier ne savaient pas ce qu'ils faisaient?

    En réalité, ils avaient simplement voté selon leur conscience, en oubliant les exigences de la realpolitik. Il était un peu exagéré de parler d'un «débat sanglant», comme l'a fait M. Curzi, mais le premier ministre Charest ne demandait certainement pas mieux qu'une aussi irréfutable preuve que le PQ était bel et bien tombé sous la coupe des pires extrémistes. L'impressionnant vote de confiance que Mme Marois avait reçu la veille aurait été irrémédiablement terni.

    Toutes proportions gardées, cela rappelait le congrès de décembre 1981, quand René Lévesque avait complètement perdu le contrôle de son parti. Contrairement au père fondateur, qui avait dû tenir un référendum interne pour le ramener dans le droit chemin, Mme Marois a décidé de crever l'abcès sur-le-champ.

    Après les gorges chaudes que les péquistes avaient faites de l'omerta imposée au conseil général du PLQ, il était pour le moins ironique de les voir virer de bord par centaines comme autant de girouettes.

    On peut comprendre que tout cela était très gênant pour M. Curzi, mais il aurait au moins pu s'abstenir de déclarer que «notre colonne vertébrale n'a jamais été dessinée aussi bien qu'actuellement».

    ***

    mdavid@ledevoir.com
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel