Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Pétrole et gaz - Le PLQ connaissait le potentiel québécois

    Confier l'exploration au privé était injustifié, soutient une ancienne ministre de l'Énergie

    17 février 2011 |Alexandre Shields | Québec
    Rita Dionne-Marsolais, ancienne ministre de l'Énergie, trouverait pertinent de convoquer en commission parlementaire ceux qui ont pris la décision de retirer Hydro-Québec de l'exploitation des ressources gazières et pétrolières du Québec.
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Rita Dionne-Marsolais, ancienne ministre de l'Énergie, trouverait pertinent de convoquer en commission parlementaire ceux qui ont pris la décision de retirer Hydro-Québec de l'exploitation des ressources gazières et pétrolières du Québec.
    Avant l'arrivée des libéraux au pouvoir, le gouvernement savait que le sous-sol québécois pouvait représenter un important potentiel en hydrocarbures, il possédait l'expertise nécessaire pour en vérifier l'ampleur et cela ne représentait pas un risque financier majeur pour Hydro-Québec. C'est ce que soutient Rita Dionne-Marsolais, qui était ministre de l'Énergie lorsque la société d'État a reçu, en 2002, le mandat d'évaluer les possibilités d'exploiter les ressources gazières et pétrolières du Québec.

    Se disant «renversée» par les propos tenus au cours des derniers jours par Jean Charest et surtout la ministre Nathalie Normandeau, Mme Dionne-Marsolais a réfuté chacun des arguments évoqués par les libéraux pour justifier leur décision de se retirer de toute exploration en 2005, avant de démanteler Hydro-Québec Pétrole et gaz et de confier l'avenir du secteur au privé. «Je n'ai jamais compris ce geste», a-t-elle lancé hier, en entrevue au Devoir.

    Rita Dionne-Marsolais, qui a une longue feuille de route dans le secteur énergétique, souligne ainsi qu'au moment où le gouvernement péquiste de Bernard Landry a décidé de consacrer 330 millions de dollars pour l'exploration sur une dizaine d'années, on savait que la province pouvait offrir un potentiel en hydrocarbures. «Les experts du ministère nous ont présenté un certain nombre de données qui nous indiquaient que le sous-sol québécois avait la même géologie, ou encore une géologie comparable à ce qu'il y a ailleurs au Canada, notamment dans l'Ouest, où il y a des réserves confirmées. On nous a donc dit que théoriquement, il y avait un potentiel. Mais on nous disait aussi qu'il fallait l'explorer pour le connaître», rappelle-t-elle.

    «Les experts du ministère ont aussi indiqué au gouvernement ce qui pourrait être fait, sans risque pour Hydro-Québec. Mais j'entends la ministre [Normandeau] dire que c'est très risqué. L'investissement prévu à l'époque était de 30 millions par année, sur une dizaine d'années. Pour une Société qui fait plus de 10 milliards de revenus par année, ce n'est pas un risque énorme. On peut le prendre.»

    D'autant que selon elle, le rôle d'Hydro-Québec était essentiel. «Avec Hydro-Québec, on avait une assise crédible pour aller à la rencontre des grandes entreprises gazières et pétrolières afin de trouver des partenaires financiers. C'est le rôle d'Hydro-Québec de faire de telles démarches dans le secteur de l'énergie. Elle était prête à le faire et se sentait compétente pour le faire. On nous disait: "on a des compétences et celles qui nous manquent, nous irons les chercher et nous les inclurons dans la filiale Pétrole et gaz".»

    L'ancienne ministre déléguée à l'Énergie rappelle aussi que le président d'Hydro-Québec de l'époque, André Caillé, avait déjà travaillé dans le secteur gazier. Même chose pour celui qui dirigeait la division production, Thierry Vandal. Bref, le Québec avait tout ce qu'il fallait pour «susciter de l'activité d'exploration en association avec des entreprises privées tout en assurant le contrôle et les retombées pour toute la société québécoise et non seulement pour quelques actionnaires».

    Par conséquent, «il est impossible qu'en 2003, au moment où les libéraux ont été élus, que le gouvernement ou ses mandataires n'aient pas eu connaissance de ce potentiel. À moins que les gens qui sont là aient d'autres intérêts. Je ne sais pas». Mais chose certaine, a-t-elle ajouté, «il y a anguille sous roche et je n'accepte pas cela. Je trouve qu'on fait beaucoup de tort à l'avenir du Québec avec un comportement comme celui-là. C'est triste de voir ça».

    «Le gouvernement a demandé à Hydro-Québec de se retirer de l'exploration. Je ne connais pas le raisonnement qui a conduit à cette décision, mais c'est possible que ce soit idéologique. On a très peu documenté cette décision. Pourtant, on ne parle pas de la gestion d'un petit commerce.»

    Selon Mme Dionne-Marsolais, il serait donc tout à fait pertinent de convoquer en commission parlementaire ceux qui, à l'époque, ont pris la décision de laisser le secteur privé contrôler totalement la filière des hydrocarbures, afin qu'ils justifient leur geste.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.