Le baromètre Léger Marketing-Le Devoir-The Gazette - Khadir, le politicien le plus populaire

Amir Khadir, de Québec solidaire, a devancé Pierre Curzi, du Parti québécois, au sommet du baromètre Léger Marketing–Le Devoir –The Gazette des politiciens québécois les plus populaires.<br />
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Amir Khadir, de Québec solidaire, a devancé Pierre Curzi, du Parti québécois, au sommet du baromètre Léger Marketing–Le Devoir –The Gazette des politiciens québécois les plus populaires.

Amir Khadir est dans le plus petit parti de l'Assemblée nationale, mais il vient de se hisser au sommet des personnalités politiques du Québec. Pendant ce temps, l'ancien ministre François Legault, sans parti, se retrouve au 3e rang, selon le nouveau baromètre des personnalités politiques réalisé par Léger Marketing pour Le Devoir et The Gazette.

La précédente édition du baromètre, publiée le 14 juin 2010, soit à la fin de la session politique du printemps, accordait le premier rang à Pierre Curzi, du Parti québécois. Mais un automne difficile, où il a notamment affirmé que les Canadiens de Montréal contribuaient à faire la promotion du fédéralisme, lui a fait perdre 9 points de bonnes opinions de la part des citoyens.

M. Curzi est maintenant deuxième, avec 43 % des gens qui ont une opinion favorable et 19 % qui ont une opinion défavorable. «Pierre Curzi n'avait pas eu beaucoup de couverture médiatique négative avant cet automne, alors il semble y avoir un effet», affirme Christian Bourque, vice-président de Léger Marketing.

C'est Amir Khadir, de Québec solidaire, qui passe en tête, lui qui était deuxième en juin. Près de 45 % des Québécois ont une bonne opinion de lui, contre 18 % une mauvaise opinion. «Khadir est visiblement un excellent pilote, mais pas dans la bonne voiture», soutient Christian Bourque, faisant référence au fait que son parti ne récolte que 9 % des intentions de vote (voir autre texte). «La performance de Khadir est impressionnante compte tenu des moyens de Québec solidaire.»

Les rumeurs d'un nouveau parti politique dirigé par François Legault ont incité Léger Marketing à l'ajouter à la liste des politiciens, afin de sonder l'appréciation des Québécois. Et il fait une entrée fracassante, au 3e rang, avec 42 % des gens qui ont une opinion favorable. Ils ne sont que 14 % à exprimer une opinion négative, alors que 26 % disent ne pas le connaître. «C'est une bonne nouvelle pour lui. Pour vendre des idées politiques, il faut d'abord que les gens soient prêts à écouter. La cote de Legault est bonne», dit Christian Bourque.

De plus, lorsqu'on découpe les résultats en fonction de l'allégeance politique, François Legault est le seul à s'attirer les faveurs des libéraux et des péquistes. Il est au 8e rang chez les électeurs libéraux et au 5e rang chez les péquistes. «Certains disaient que le retour de Legault en politique ferait mal seulement au PQ. Or, il semble que beaucoup de libéraux écouteraient ce qu'il a à offrir», dit M. Bourque.

Dans la foulée, Joseph Facal fait une entrée au 9e rang, avec 32 % des gens qui ont une opinion favorable, contre 14 % qui pensent l'inverse. Ils sont toutefois 40 % à dire ne pas connaître l'ancien ministre péquiste. M. Facal a toutefois annoncé le mois dernier qu'il ne se lancerait pas en politique aux côtés de Legault.

Une session difficile pour les politiciens

Dans l'ensemble, ce baromètre politique montre une baisse de la popularité des politiciens. La plupart des élus sont au mieux stables depuis juin, sinon en baisse. La commission Bastarache et les révélations sur le milieu de la construction et le financement des partis politiques continuent de faire mal à l'ensemble de la classe politique, affirme Christian Bourque. Tous les résultats sont disponibles sur notre site Internet.

Le premier ministre Jean Charest est le politicien le plus impopulaire du Québec, avec 65 %. Une légère amélioration depuis juin, alors que les citoyens étaient 68 % à avoir une mauvaise opinion de lui. lls sont 24 % à avoir une bonne opinion de Jean Charest, ce qui lui confère le 20e rang. «À 24 %, il est à un plancher», dit Christian Bourque. Les partisans libéraux sont toutefois 71 % à avoir une bonne opinion de leur chef. «Les partisans libéraux restent avec lui, ce qui est la seule bonne nouvelle dans les circonstances», dit-il.

La chef de l'opposition officielle, Pauline Marois, a perdu 6 points depuis juin, à 36 % d'opinion favorable de la part des citoyens. Elle demeure au 4e rang. Ils sont 49 % à avoir une opinion défavorable. Un résultat normal pour un chef de parti, qui suscite des réactions très contrastées selon l'appartenance politique, dit le sondeur. Elle aussi a l'appui des péquistes, qui lui accordent 78 % de bonnes opinions.

Du mouvement

Parmi les mouvements à noter, il y a la chute de Françoise David. La co-chef de Québec solidaire passe du 10e au 14e rang, notamment en raison de l'arrivée de MM. Legault et Facal dans le top 10.

La ministre Christine St-Pierre, malmenée cet automne dans le dossier de l'accès à l'école anglaise, passe de la 11e à la 16e place avec une baisse de 6 points de ses opinions favorables (25 % maintenant).

La ministre de l'Éducation, Line Beauchamp, demeure populaire. Elle passe du 12e au 10e rang. Autre fait à noter, le ministre de l'Environnement, Pierre Arcand, que l'on a peu vu dans le débat sur les gaz de schiste même si c'est dans son domaine, est inconnu de 45 % de la population. Malgré ce débat intense, la ministre des Ressources naturelles, Nathalie Normandeau, ne souffre pas trop. Sa popularité personnelle, à 27 %, est en baisse de seulement 2 points. Près de 24 % des gens ont une opinion défavorable, alors que 34 % disent ne pas la connaître.

Le sondage a été mené du 6 au 9 décembre, auprès de 1001 personnes. Le coup de sonde Internet a été réalisé selon une méthodologie fiable et éprouvée. Les données ont été pondérées selon l'âge, le sexe, la langue maternelle, le degré de scolarité et la composition du foyer. Plus de détails sur la méthodologie dans le document PDF sur notre site Internet. Un échantillon probabiliste de la même taille présenterait une marge d'erreur de 3,1 %, 19 fois sur 20.
100 commentaires
  • Carole Dionne - Inscrite 13 décembre 2010 00 h 48

    D'ACCORD À 110%

    Mais, malheureusement, pas avec le programme de son parti. Mais c'est le seul ou un des vraiment seul qui s'est élevé au dessus de la mêlée. Il faudrait plus de politiciens comme lui qui n'ont pas la gueule de bois. Et, surtout avec peu de budget, il surpasse les deux autres oppositions. C'est avec des personnes comme lui que j,aimerais voir une élection au prorata de la représentation. Il ne faut pas le perdre. Plus intelligents dans ses propos que tous les députés réunis

  • Michel Bédard - Inscrit 13 décembre 2010 02 h 49

    Le vent est bon. Déployons les voiles.

    « Khadir est un excellent pilote mais il n'est pas dans la bonne voiture », avance le v-p de Léger Marketing.

    L'insoutenable légèreté de Léger

  • Catherine Paquet - Abonnée 13 décembre 2010 04 h 28

    Très intéressante contradiction.

    Il faudrait bien un jour demander à nos "sondeurs" experts, de nous expliquer comment il se ait que moins un leader poliique est connu, plus il est populaire.

  • Marc Lemieux - Inscrit 13 décembre 2010 05 h 58

    Amer Amir

    Amer Khadir fait de la politique car il est amer envers le Québec, c'est une forme de vengeance sociale prenant une voie institutionnelle, c'est faire la nique par la politique! Comme Obama qui "gracie" la dinde de Thanksgiving, c'est drôle! Mais en même c'est faire la nique aux coutumes, le condamné à mort gracié, et tant pis pour la dinde, de la Maison Blanche. Vas t'il gracier le sapin de Noël aussi?

  • François Ricard l'inconnu - Inscrit 13 décembre 2010 06 h 00

    Le syndrome du messie

    On veut un sauveur. Voilà ce qui explique cet engouement pour M. Legault. Pourtant...

    Pour M. Legault, millionnaire, ce nouveau parti n'est qu'un violon d'Ingres qu'il veut se donner.
    Pendant des années, M. Legault a été au gouvernement avec le PQ. Il a été ministre. Ministre de l'éducation entre autre. Qu'a-t-il fait de si remarquable? Qu'a-t-il proposé de si exceptionnel?
    Il n'a pas même été capable de devancer ni Boisclair ni Marois comme chef.
    De plus, vouloir ignorer la question nationale est complètement aberrant.
    Dans tous les domaines, Ottawa a son mot à dire. Par exemple, le gaz de schiste. Si nous voulons en vendre aux USA, il faut passer par Ottawa. Si nous voulons établir des alliances avec l'EU, il faut passer par Ottawa. Si Ottawa dépense 35 milliards pour des avions de chasse, il nous faut payer.Si nous voulons apporter des changements au régime de santé, il nous faut respecter les paramètres déjà dictés par Ottawa. Dire que l'on va ignorer la question nationale, c'est déjà berner la population à des fins purement électoralistes...comme le fait le gouvernement Charest.
    Avons-nous vraiment besoin de cela?