Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Motion de censure du PQ: les libéraux survivront de justesse

    19 novembre 2010 |Antoine Robitaille | Québec
    La motion de censure déposée hier par Pauline Marois sera portée aux voix mercredi.<br />
    Photo: Agence Reuters Mathieu Bélanger La motion de censure déposée hier par Pauline Marois sera portée aux voix mercredi.
    Québec — Le gouvernement libéral survivra à un vote de confiance la semaine prochaine grâce à Pierre Paradis et, ou, à Tony Tomassi. Le Parti québécois a en effet déposé une motion de censure hier qui sera portée aux voix mercredi. Pauline Marois a invoqué le «ras-le-bol» de la population à l'égard de «l'entêtement» de Jean Charest de refuser une «commission d'enquête publique souhaitée par tous». Selon elle, ce refus devient «très néfaste pour le climat au Québec» et ne croit plus «que ce gouvernement doit continuer à gouverner». Si le gouvernement déclenchait une commission d'ici là, toutefois, la motion serait abandonnée.

    Le jour du vote, mercredi, le premier ministre Jean Charest et deux de ses ministres, Monique Gagnon-Tremblay (Relations internationales) et Clément Gignac (Développement économique), doivent être en France à l'occasion des «visites alternées» annuelles des chefs de gouvernement de l'Hexagone et du Québec. Le cabinet de M. Charest a soutenu hier qu'il n'était pas question d'annuler le déplacement prévu la semaine prochaine, même si la majorité libérale en Chambre est mince. Les libéraux détiennent en effet 65 sièges et le Parti québécois, 51. Trois libéraux seront absents. Le président Yvon Vallières, un libéral, ne vote pas à moins d'une égalité. Les quatre votes des adéquistes iront du côté du PQ, selon ce que la leader Sylvie Roy a confirmé hier. Amir Khadir votera aussi pour faire tomber le gouvernement; les indépendants Caire et Picard, «probablement». Les groupes d'opposition ont un potentiel de 59 votes et le gouvernement, de 61. Tous les membres de l'opposition seront-ils présents? Et ceux du gouvernement? S'il y a trop d'absences sur les banquettes gouvernementales, Tony Tomassi viendra-t-il sauver son ex-parti? Le bureau du whip libéral Pierre Moreau a soutenu hier qu'il ne ferait aucune démarche en ce sens. Et Pierre Paradis (Brome-Missisquoi), toujours dans le caucus mais souvent absent de la Chambre? Y sera-t-il?

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel