Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Le PLQ, «une machine à ramasser de l'argent», selon son ex-président

    18 novembre 2010 | Antoine Robitaille | Québec
    La pétition réclamant la démission de Jean Charest a atteint les 167 000 signatures au moment d'écrire ces lignes.
    Photo : Agence Reuters Jacques Boissinot La pétition réclamant la démission de Jean Charest a atteint les 167 000 signatures au moment d'écrire ces lignes.
    Québec — Il faut une enquête publique sur la construction, «on est rendus là», a confié au Devoir l'ancien député libéral d'Orford de 1989 à 2003, Robert Benoît, qui a aussi été président du PLQ, un parti devenu selon lui une «machine à ramasser de l'argent».

    «Quand 100 % des gens demandent quelque chose dans une société, incluant la police, c'est parce qu'on est rendus là», a-t-il soutenu. M. Benoît, 66 ans, actuellement conseiller municipal à Austin, en Estrie, dit ne pas être surpris que le «niveau de frustration monte» et qu'il s'exprime en masse dans une pétition réclamant la démission de Jean Charest (qui a atteint les 167 000 signatures au moment d'écrire ces lignes). De plus, l'ancien député trouve «absolument aberrant» que personne n'ait appuyé la proposition du militant libéral Martin Drapeau la fin de semaine dernière, au conseil général du PLQ à Lévis. M. Drapeau a proposé aux quelque 500 militants libéraux présents une résolution réclamant le déclenchement d'une enquête publique sur le secteur de la construction et des contrats publics. Elle n'a pas été discutée faute de coproposeur.

    Dans une formation politique, on «devrait être capable de discuter, de partager des idées, d'essayer de les faire évoluer et ce n'est pas du tout ce qui se passe en ce moment [au PLQ]. C'est devenu une machine à ramasser de l'argent. Ça, j'ai de la misère avec ça», a-t-il déploré. Un parti politique, selon lui, devrait plutôt être une «machine à développer des idées, à penser, à regarder par en avant. [...] Et ensuite, tu ramasses de l'argent et tu gagnes l'élection».

    Au sujet de l'enquête publique elle-même, M. Benoît dit avoir eu «ses réticences» pendant longtemps. Il estimait dans un premier temps que Jean Charest faisait bien de regarder au-delà des sondages et «d'assumer ses responsabilités». Plus que la volte-face de la FTQ, ce sont les appuis, venus de policiers, à la tenue d'une commission qui l'ont fait changer d'avis. D'abord le syndicat de la SQ et son président, Jean-Guy Dagenais, mais surtout l'inspecteur Denis Morin, de l'escouade Marteau, qui a affirmé la semaine dernière, à l'émission Mongrain, qu'une enquête publique ne nuirait pas à son travail. D'autres policiers ont aussi affirmé qu'une commission aiderait les enquêtes policières et c'est ce qui a rallié M. Benoît.

    La fêlure d'Orford

    L'ancien député a eu maille à partir avec le gouvernement Charest depuis 2006. Avec son épouse Gisèle Lacasse (militante libérale de longue date), ils ont lancé et animé un petit groupe de farouches opposants au controversé projet de privatisation partielle du parc du Mont-Orford. Début septembre, S.O.S. Orford se sabordait en «criant victoire» (comme l'a écrit La Tribune): l'adoption de la loi 90, plus tôt cette année, scellait le retour des 459 hectares qui avaient été arrachés au parc national il y a plus de quatre ans par la loi 23, adoptée sous bâillon.

    Depuis les durs mois qui ont précédé l'adoption de la loi 23, le couple Benoît-Lacasse n'a pas remis les pieds dans un conseil général du PLQ. M. Benoît se souvient qu'à l'époque, peu avant un important conseil général devant avoir lieu à Trois-Rivières, les autorités du parti lui téléphonaient «deux fois par jour» pour savoir s'il allait se présenter à la réunion partisane. «On m'a avisé que M. Béchard [présenterait son projet] et que ça finirait là, sans discussion. Je me suis dit: "Ben je n'ai pas d'affaire là, moi. Si je ne peux pas donner mon point de vue, je vais l'écouter à la télévision, point à la ligne".»

    Gisèle Lacasse rappelle au Devoir que le débat d'Orford a été d'autant plus difficile que «c'était tous nos amis», au premier chef Claude Béchard. Le ministre décédé début septembre et Robert Benoît ont longtemps été voisins de pupitre au Salon bleu, du temps de l'opposition. M. Benoît lui a d'ailleurs rendu un hommage senti en septembre. Autre amie du couple: Line Beauchamp, qui fut la ministre de l'Environnement qui annula la vente du Mont-Orford.

    30 ans de Paradis

    Mme Lacasse a fait ses premières armes au PLQ en 1980, lors du référendum. À l'automne de la même année, elle s'engageait à fond dans la première campagne de Pierre Paradis, lors d'une élection partielle. «J'ai remonté toute la structure électorale du comté de Brome-Missisquoi avant que Pierre n'arrive. [...] Je faisais ses campagnes de financement également: mais moi, c'était un ticket à la fois... Je n'avais rien à vendre, pas d'entreprise», note-t-elle au passage. Le 30e anniversaire de l'élection de Pierre Paradis — qui a été systématiquement exclu du Conseil des ministres depuis sept ans — a d'ailleurs été souligné hier au Salon bleu... par une motion présentée par le péquiste Étienne-Alexis Boucher (Johnson), à la surprise du député Paradis.

    «J'ai milité pendant 25 ans dans ce parti-là et j'y suis très attachée», a confié Mme Lacasse. «Mais j'en suis très déçue actuellement. Énormément. Je ne reconnais plus mon parti. Je ne reconnais plus mon parti», répète-t-elle, soutenant que les années Ryan et Bourassa semblent très loin.

    Outre la mauvaise gestion du dossier Mont-Orford, Mme Lacasse déplore le peu de débats au PLQ. Elle évoque «plusieurs autres dossiers», dont le refus d'une commission d'enquête sur la construction. Autre élément: «Prenez le BAPE [Bureau d'audiences publiques sur l'environnement], il me semble qu'avant, c'était une instance beaucoup plus indépendante, solide.» Or, rappelle-t-elle, le programme électoral de 2003 promettait l'inverse. D'ailleurs, Robert Benoît — qui avait été critique en matière d'environnement dans l'opposition — avait contribué à le rédiger. Le PLQ promettait de «raffermir le rôle des services d'enquêtes du ministère de l'Environnement et du BAPE afin de protéger le lien de confiance entre ces institutions et les citoyens». Un engagement électoral «qui n'a pas été maintenu à mon avis», juge Mme Lacasse.

    Malgré tout, ajoute cette dernière, «il n'est pas dit qu'on ne reviendra pas au parti... Peut-être quand il y aura du changement...» Autrement dit, quand le PLQ aura changé de chef? «Je me bornerai à dire: "quand il y aura des changements au sein de notre parti"...»
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel