Tarifs: Raymond Bachand convie les Québécois à une «révolution culturelle»

Augmentation de tarifs et nouvelles ponctions budgétaires sont au menu, selon le ministre Bachand.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Augmentation de tarifs et nouvelles ponctions budgétaires sont au menu, selon le ministre Bachand.

Les nombreuses hausses de tarifs que concocte le gouvernement de Jean Charest pour retrouver l’équilibre budgétaire s’inscriront dans le cadre d’une «révolution culturelle», rien de moins, a prévenu aujourd’hui le ministre des Finances, Raymond Bachand. Dans une allocution prononcée à la tribune du Conseil du patronat, M. Bachand a évoqué non seulement des augmentations de tarifs, mais également de nouvelles ponctions.

«Si on est capables de réfléchir à chaque service (...) — qu’est-ce qui est juste que je paye, qu’est-ce qui est juste que la collectivité paye? — on va commencer, je pense, à faire la révolution culturelle qui va faire qu’on va ultimement trouver ensemble une bonne solution», a-t-il déclaré, en assurant qu’il n’y avait «pas une seule bonne réponse».

Le ministre a donné l’exemple des motocyclistes, qui payent plus cher leur permis de conduire pour tenir compte du coût plus élevé des soins de santé qu’ils font porter, en moyenne, au gouvernement.

Il a également salué le sens des responsabilités des chasseurs du Québec, qui ont réclamé plus de services de l’État tout en acceptant de payer davantage pour leurs permis.

«Il faut faire ça de façon évolutive», a indiqué M. Bachand en parlant des hausses tarifaires, en faisant un parallèle avec les dommages causés par l’envoi à la retraite de milliers d’employés du secteur de la santé, à la fin des années 1990.

Alors que Québec est à couteaux tirés avec les syndicats du secteur public et parapublic au sujet du renouvellement des conventions collectives, le ministre a répété que les ministères devaient «repenser» leurs façons de faire.

«Le vrai gain, ce n’est pas de couper les services, c’est de faire différemment, a-t-il soutenu (...) En santé, il y a beaucoup d’espaces de productivité.»

Raymond Bachand a souligné qu’en comparaison avec l’Ontario, les services qu’offre le Québec à ses citoyens lui coûtent 17,5 milliards $ de plus par année. C’est d’abord parce que le Québec offre plus de services, mais aussi parce que les utilisateurs sont davantage mis à contribution en Ontario, a-t-il noté.

Interrogé sur le sujet par la suite, il a nié vouloir ramener l’offre de services québécoise à celle de l’Ontario.

Budget

A un mois du dépôt de son budget, Raymond Bachand s’est montré peu bavard sur ce que le document contiendrait. On sait que Québec veut réduire ses dépenses de 3,9 milliards $ par année d’ici 2013-14, afin de retrouver l’équilibre budgétaire.

Jusqu’ici, les consultations prébudgétaires, menées auprès de quelque 70 groupes de divers horizons, ont été peu concluantes.

«Ce qu’on constate, c’est que les gens disent tous ’oui, il faut couper les dépenses, mais pas les miennes, et monter les tarifs, monter les taxes, mais pas les miens, ceux d’un autre»’, a lancé le ministre.

M. Bachand entend maintenir les mesures de relance économique mises en place l’an dernier, notamment celles qui visent à venir en aide aux entreprises.

M. Bachand s’est dit peu enclin à augmenter les impôts des particuliers et des entreprises, soulignant qu’une telle décision ferait plus de mal à l’économie qu’une hausse de la TVQ, déjà prévue pour le 1er janvier 2011.
7 commentaires
  • pierre savard - Inscrit 22 février 2010 17 h 38

    Bouffonnerie libérale

    Je pense qu'il est trop tard pour remédier aux problèmes de dettes du Québec. Va falloir attendre le FMI.Bachand, par lâcheté, va augmenter les tarifs et donc enlever de l'argent des poches du monde. Ce qui réduira la croissance économique. Ce que Bachand ne dit pas, c'est que le Québec, comparé à l'Ontario a beaucoup trop de fonctionnaires. On demande à Bachand d'abolir des patentes comme la Régie de l'énergie, la Régie du logement, la RIO, privatiser la RAQ, etc. Mais il ne le fera pas: trop d'amis du pouvoir dorment dans ces organismes. Et même si on augmente les tarifs pour payer les fonctionnaires, ça ne règlera pas le problème à long terme. Le problème c'est que le Québec est pauvre et pas productif et que nous avons trop de programmes sociaux. Il faut COUPER.

  • Stevo - Inscrit 22 février 2010 19 h 20

    Faire l'autruche, notre sport national

    La solution est simple, Mangez de la BONNE BOUFFE local en plus, faites de l'EXERCISE et BOUGER votre arrière train.

    42% de notre budget va dans la santé, HELLO HELLO ! C'est une grosse dépense qu'on ne peut se permettre.

    Vos êtes tous accro de la télé, 20 heures en moyenne/semaine, mais vous avez pas le temps pour faire de l'exercise, pour ne pas faire du diabète,du cholestérol,des cancers....

    Notre style de vie est nul, manger, engraisser et pêter vers 50 ans.
    De surplus polluer comme des cons sans penser aux autres qui nous succèdes

    Vous voulez sauvé votre argent, soyons en santé, pensons collective.

    Essayez de baiser le système à la bouguon, de pensé pour soi-même, c'est dépassé !

    Riche ou pauvre, on doit faire face aux problèmes ensemble.

    Sinon, prenons les armes et faisons la guerre civil, c'est vers cette direction que nous allons,la société occidentale

    Action, il ne reste plus de temps, tic,tic,tic, booomm

  • Pierre-S Lefebvre - Inscrit 22 février 2010 21 h 56

    Révolution culturelle

    J`en voudrais une réelle. D`abord réduire le budget du Québec où c`est possible. Réduire le budget du bureaudu Premier ministre en éliminant la moitié des adjoints politiques de même que dans tous les ministères. Annuler la moité des vols d`avion Challenger utilisé par la famille du Premier ministre. Réduire les régions administratives du Québec de 17 à 7. Éliminer 50% des échevins des grandes villes comme Montréal, Québec, Sherbrooke, Saguenay. Gatineau, Laval, Longueuil et Trois-Rivières. Couper les bonusde départ de 50% dans les agences gouvernementales. Forcer la ville de Montréal à stoper les double payesdes échevins en charge de commissions. Etc.

  • Normand Carrier - Abonné 23 février 2010 06 h 21

    Oui pour une révolution dans la culture des contrats .....

    S'il y a un endroit ou les contribuables font l'unanimité pour une révolution , c'est bien dans l'obtention des contrats de constructions et d'infrastructures et tous serait d'accord pour enrayer cette collusion et ces magouilles dans l'attribution des contrats car ce système coûte très cher aux contribuables en plus d'enrichir plusieurs entrepreneurs , consultants , génies-conseils , parti du maire Tremblay , P.L.Q. et amis de Jean Charest ....Avant de venir chercher de l'argent dans nos poches , Jean Charest doit faire ce grand ménage et aller chercher les milliards qui s'y trouvent .....