En bref - Québec s'occupera de la Maison René-Lévesque

Québec — Le gouvernement du Québec ne laissera pas se dégrader encore plus la Maison René-Lévesque, à New Carlisle, en Gaspésie. Cette résidence, où l'ancien premier ministre du Québec a passé une grande partie de son enfance, est délabrée.

La ministre responsable de la région, Nathalie Normandeau, a indiqué au Journal de Québec que sa collègue de la Culture, Christine St-Pierre, avait demandé à la direction régionale de son ministère en Gaspésie une analyse «très claire» de ce dossier. Mme Normandeau affirme que le gouvernement a une préoccupation particulière pour sauvegarder ce type de bâtiment historique. La ministre précise que les fonctionnaires du ministère de la Culture ont reçu le mandat de sensibiliser le propriétaire de la maison, Denis Cloutier, à la valeur historique de la résidence, et au fait qu'il pourrait obtenir une subvention allant jusqu'à 25 % du coût des rénovations.
3 commentaires
  • Roland Berger - Inscrit 22 février 2010 07 h 04

    25 % ?

    Vous avez bien dit 25 %, pourrait déclarer Monsieur Cloutier. Ridicule.
    Roland Berger
    St Thomas, Ontario

  • bernard bujold - Inscrit 22 février 2010 10 h 11

    Le souvenir de René Lévesque

    La protection de la maison René Lévesque n'est pas une histoire nouvelle.
    J'avais lancé un projet de fondation en janvier 1988 avec l'appui de plusieurs proches de l'ancien Premier ministre dont Corinne Côté-Lévesque, Yves Duhaime, Clément Richard et Marc André Bédard ainsi que certains journalistes dont Michel Roy alors à La Presse et Marc Thibault alors président du Conseil de Presse. J'avais aussi sollicité Pierre Péladeau à la présidence et comme mécène.
    L'objectif était d'acheter la maison de la propriétaire d'alors et d'en faire un musée René Lévesque.
    Tout le monde était d'accord pour protéger la maison natale de Lévesque mais malgré tous les appuis reçus en 1988 envers le projet, celui-ci est mort dans l'oeuf.
    Pierre Péladeau appuyait l'idée de protéger l'endroit mais pas assez pour la financer. Les autres membres de l'équipe trouvait New-Carlisle un peu loin de Montréal ou de Québec pour établir le Musée René Lévesque.
    En conclusion, l'équipe que j'avais sollicité s'est retiré du projet; Pierre Péladeau m'a offert un emploi pour que je m'occupe de lui plutôt que de René Lévesque et la vie a continué. La propriétaire gaspésienne s'est senti abandonnée par les Montréalais et elle a vendu la maison à un autre privé.
    La protection des maisons historiques est une tâche difficile. D'ailleurs, Péladeau a connu le même sort avec sa propre maison de Ste-Adèle qui n'est plus ce qu'elle était durant son vivant.
    Il ne s'en plaindrait pas car il disait qu'il faut s'occuper des vivants plutôt que des morts...
    Bonne chance aux nouveaux défenseurs de la protection de la Maison René Lévesque!
    Bernard Bujold
    http://www.LeStudio1.com

  • Claude Archambault - Inscrit 23 février 2010 17 h 30

    Bâtard

    Bâtard, qu'a cette maison de plus que celle de Duplessis, Bourrassa et maintenant Charest ou Lessage? Ils ont représentés les Québécois beaucouplus longtemps que Lesvesque. Oui il était sympa mais de la à accorder plus d'importance à sa maison qu'à celle de Borrassa Lessage et Duplessi il y a un grand ravin.