Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Les objets de 2009 - Le bateau d'Accurso

    Le luxueux yacht de l'homme d'affaires est devenu le symbole d'une promiscuité malsaine entre l'industrie de la construction et le monde politico-syndical

    29 décembre 2009 |Kathleen Lévesque | Québec
    Photo: Garnotte
    Du bateau de Tony Accurso, où le copinage est de mise, à la seringue pointue du vaccin qui immunise, du vélo Bixi jusqu'au nez rouge dans l'espace, sans oublier la cravate des criminels, l'année qui s'achève fut marquée par des objets petits et grands qu'on n'oubliera pas de sitôt. Deuxième texte d'une série qui se poursuit jusqu'à jeudi.

    Bateau à vendre. Nom: Touch. Valeur: au moins 25 millions. Avis aux intéressés: 119 pieds de luxe ancrés dans une mer du Sud, lieu de prédilection pour vacances ou rencontres d'affaires, surtout les grosses. Propriétaire: Tony Accurso.

    Symbole de réussite, le yacht de luxe de l'homme d'affaires Tony Accurso est devenu, au cours de l'année 2009, le symbole d'une certaine promiscuité malsaine entre l'industrie de la construction et le monde politicosyndical. Tant et tellement que personne ne veut plus être associé, du moins sur la place publique, au nom de l'entrepreneur et, surtout, que tous se défendent d'avoir mis un pied sur son bateau.

    Qui, parmi les ministres du gouvernement de Jean Charest, a embarqué sur le Touch? La question venue de l'Action démocratique du Québec a provoqué une véritable tempête à l'Assemblée nationale, en octobre dernier. Le premier ministre s'est empressé d'affirmer qu'il avait fait toutes les vérifications nécessaires auprès des membres de son équipe, soutenant qu'aucun d'entre eux n'a fréquenté le yacht de Tony Accurso.

    Le seul personnage public à reconnaître ses liens d'amitié avec Tony Accurso est le président de la FTQ, Michel Arseneault. Ce dernier a d'ailleurs souligné que la décision du Fonds de solidarité de la FTQ d'investir à répétition dans les entreprises de Tony Accurso était une très bonne chose car très rentable (une rendement annuel de 12,8 %).

    M. Arseneault a reconnu avoir pris des vacances à bord du yacht de son ami Accurso, en compagnie de l'ex-président de la FTQ-Construction, Jean Lavallée. Il a d'abord affirmé n'y voir aucun problème éthique. Après plusieurs jours de controverse, il a finalement dit que d'avoir accepté l'invitation d'un des patrons parmi les plus importants de la construction au Québec n'était peut-être pas un geste heureux, compte tenu de son rôle comme représentant de milliers de travailleurs.

    Mais la véritable tempête qu'a affrontée le Touch a été provoquée par le dossier des compteurs d'eau à Montréal. En 2007, l'administration du maire Gérald Tremblay a accordé le plus important contrat de son histoire (355 millions) au consortium Génieau, formé de la firme d'ingénieurs Dessau et de l'entreprise de Tony Accurso, Simard-Beaudry. Le tout a été orchestré, à la demande de l'administration Tremblay, par la firme de génie-conseil BPR, en contournant le service des finances de la Ville ainsi que le service du contentieux.

    Alors que le processus d'octroi de contrat était en marche, le président du comité exécutif de Montréal, Frank Zampino, a séjourné à deux reprises sur le yacht de Tony Accurso. Cette promiscuité entre l'homme d'affaires dont les entreprises obtiennent de très lucratifs contrats à Montréal et M. Zampino, le responsable politique de toute l'administration de Montréal et donc de l'adjudication des contrats, était alors inconnue.

    Dans les mois qui ont suivi, soit en juin 2008, Frank Zampino a quitté la politique à la surprise de tous, faisant même surgir des larmes aux yeux du maire Tremblay. Ce dernier a alors perdu son bras droit, l'homme en qui il avait une totale confiance. Quelques mois plus tard, M. Zampino a été embauché par la firme Dessau à titre de vice-président. Au même moment, la controverse a éclaté et a plongé le maire Tremblay dans une situation pour le moins embarrassante, à quelques mois du déclenchement des élections.

    Vertement critiqué pour cette apparence de conflit d'intérêts, M. Zampino a reconnu par écrit avoir profité du luxe du yacht de Tony Accurso. Il a toutefois réfuté qu'il puisse s'agir de rencontres d'affaires liées à l'appel d'offres concernant les compteurs d'eau. Il a plutôt parlé d'une «maladresse». D'ailleurs, M. Zampino a affirmé alors qu'il avait payé toutes ses dépenses de voyage. Or, selon les informations disponibles dans Internet, le Touch de Tony Accurso se loue entre 55 000 et 75 000 $ par semaine. M. Zampino n'a jamais fourni les preuves de ce qu'il avançait. La controverse a forcé le départ de M. Zampino de la firme Dessau, qui n'a vraisemblablement pas apprécié, commercialement parlant, de se retrouver au coeur d'un problème éthique.

    Les effluves de scandale ont poursuivi le maire Tremblay, qui a cherché à prendre ses distances au cours de la campagne électorale, plaidant son ignorance. Mais il y eut deux événements qui sont venus modifier le cours des choses à une semaine du scrutin montréalais. D'abord, M. Tremblay a radicalement changé son discours. Tout à coup, il a affirmé qu'il savait depuis son arrivée au pouvoir, en 2001, que des enveloppes circulaient à l'hôtel de ville. Il a déclaré qu'il fallait se montrer prudent, ajoutant même avoir peur pour sa famille.

    Puis, Benoit Labonté, le numéro deux du parti adverse, Vision Montréal, a été happé par une escalade de révélations médiatiques ayant écorché sa crédibilité. Tony Accurso aurait appuyé financièrement M. Labonté lors de la campagne à la direction de Vision Montréal. M. Labonté a commencé par nier avec force. Quelques jours plus tard, le politicien est tombé au combat lorsque les diverses conversations téléphoniques, avec les dates précises, qu'il a eues avec Tony Accurso furent rendues publiques.

    Tous ces éléments nouveaux se sont ajoutés à une multitude de révélations laissant penser qu'il y aurait un financement occulte des partis politiques. Des allégations sur une possible collusion entre entrepreneurs dans le monde municipal, en général, et à Montréal, en particulier, ont soulevé bien des interrogations sur l'administration des fonds publics. Ce club d'entrepreneurs est surnommé le «Fabulous Fourteen».

    L'étendue du problème a atteint le ministère des Transports. Le rôle très actif des firmes de génie-conseil dans l'établissement des priorités d'investissement du ministère, et donc dans l'octroi des contrats d'infrastructures, a également été mis au jour.

    Naviguant en eaux troubles, le gouvernement du Québec a promis d'agir. Une escouade mixte de la police, appelée Opération marteau, a été mise en place, les règles d'attribution des contrats ont été resserrées dans les municipalités et les règles de financement des partis politiques ont été légèrement révisées. Mais toutes ces mesures n'ont guère calmé les réclamations généralisées pour l'institution d'une enquête publique. Le premier ministre Jean Charest a résisté jusqu'à maintenant, tablant sur l'enquête policière pour faire un grand ménage et restaurer la confiance du public. Mais c'est sans compter sur le travail des médias qui se poursuit, débusquant les problèmes l'un après l'autre, impliquant tour à tour politiciens, entrepreneurs et ingénieurs.

    Et, pendant que tout le monde pointe et soupçonne tout le monde, Tony Accurso a mis en vente son yacht, préférant la discrétion au ressac provoqué par ses rencontres sur le Touch.


    -NDLR: Une correction a été apportée à cet article le 5 janvier 2010
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel