Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Le statut de parti reconnu accordé à la formation politique - L'ADQ a mis de l'eau dans son vin

    Le parti devra se contenter d'un budget de 545 000 $ plutôt que de 1,5 million

    26 mars 2009 |La Presse canadienne | Québec
    Québec — L'Action démocratique du Québec obtiendra finalement le statut de parti reconnu par l'Assemblée nationale, mais devra se contenter d'un budget de recherche bien plus modeste qu'elle l'espérait.

    Le whip du gouvernement, Pierre Moreau, a annoncé hier que les partis en étaient finalement arrivés à une entente, après quatre mois de négociations ardues. La reconnaissance de l'ADQ permettra à la formation de centre droit de bénéficier d'un budget d'opération de 545 000 $, une somme nettement inférieure au 1,5 million de dollars qu'elle souhaitait obtenir au départ.

    «On ne demandait pas la lune, on demandait une reconnaissance raisonnable de notre formation politique pour être capable d'embaucher du monde, des recherchistes», a commenté le whip adéquiste François Bonnardel, en point de presse à l'Assemblée nationale.

    Même si elle est «un peu déçue», l'ADQ se contentera de l'enveloppe budgétaire mise à sa disposition, a ajouté le député de Shefford.

    «Le montant d'argent, nous devrons l'accepter. C'est le gouvernement qui a le dernier mot, qui pèse sur le bouton», a-t-il laissé tomber.

    L'ADQ sera reconnue même si elle ne compte que six députés et n'est pas parvenue à franchir le seuil requis des suffrages lors de la dernière élection.

    Le règlement de l'Assemblée nationale stipule en effet qu'un parti politique doit avoir 12 députés ou avoir recueilli 20 % du vote pour bénéficier de la reconnaissance officielle de la Chambre et du budget qui en découle.

    Au scrutin du 8 décembre dernier, l'ADQ a récolté 531 358 voix, soit 16,37 % du suffrage exprimé.

    Depuis lors, les négociations entre le Parti libéral, le Parti québécois et l'Action démocratique pour en arriver à un accord sur la dérogation au règlement ont été fort difficiles.

    Au moment de la rentrée parlementaire, les députés adéquistes avaient accusé le gouvernement Charest de multiplier les embûches pour empêcher l'ADQ de jouer efficacement son rôle à l'Assemblée nationale.

    Le whip en chef du gouvernement, Pierre Moreau, jugeait de son côté déraisonnables les exigences financières de l'ADQ.

    Le Parti libéral du Québec et le Parti québécois étaient initialement prêts à consentir une somme de 414 000 $ au deuxième groupe d'opposition.

    L'ADQ désirait rendre publique la conclusion de l'entente jeudi, à l'issue de la rencontre finale du Bureau de l'Assemblée nationale. Le député Bonnardel n'a pas du tout apprécié que le whip libéral s'empresse de vendre la mèche mercredi.

    «Notre formation politique est très déçue que M. Moreau joue ce match», a-t-il fulminé.

    Le statut de l'Action démocratique sera vraisemblablement officialisé aujourd'hui par une motion en Chambre.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel