Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    «Cessons d'avoir peur»

    Les assises du PQ sont assez solides pour bâtir une nouvelle coalition, estime Pauline Marois

    «Nos gestes doivent s’inscrire dans la nouvelle réalité sociale et économique», estime Pauline Marois.
    Photo: Jacques Nadeau «Nos gestes doivent s’inscrire dans la nouvelle réalité sociale et économique», estime Pauline Marois.
    La nouvelle chef du Parti québécois, Pauline Marois, a reconnu, hier, que le parti avait «reculé» depuis quelques années mais qu'il avait «encore des assises assez solides» pour bâtir une nouvelle coalition menant à la souveraineté du Québec. Or cette tâche prendra du temps. «Il n'y a pas de raccourci pour réaliser la souveraineté», a-t-elle déclaré.

    C'est devant foule de quelques 500 militants péquistes - on a refusé autant à la porte du cabaret du Capitole - que le couronnement de Pauline Marois à titre de chef du PQ a eu lieu hier soir à Québec. À 58 ans, elle est devenue le septième chef du PQ, la première femme à ce poste, la première femme aussi à pouvoir aspirer à accéder à la fonction de premier ministre du Québec, a-t-on souligné.

    Après la présidente du PQ, Monique Richard, c'est le chef de l'aile parlementaire du parti, François Gendron, qui a pris la parole avant Mme Marois et le vétéran député a appelé les péquistes à faire preuve «d'une meilleure discipline collective», à «se rebrancher sur la population» et à cesser de penser qu'ils sont les seuls à détenir la vérité. «Pour le temps qui me reste, je ne veux pas d'autre chef», a-t-il lancé en faisant rire l'auditoire.

    Pour bien montrer que la famille souverainiste était unie, le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, a ensuite livré une courte allocution à ce point terne qu'elle ne risquait pas de faire concurrence à celle de la chef. L'ex-premier ministre Jacques Parizeau était présent avec son épouse et députée, Lisette Lapointe. Mme Marois a remercié celui qu'on a présenté comme «roc de la souveraineté». Bernard Landry brillait par son absence. Gilles Vigneault a réchauffé la salle juste avant que Pauline Marois ne s'adresse aux militants.

    La chef du PQ a prononcé un discours d'une quinzaine de minutes qui se voulait rassembleur, tout en étant critique. Mais c'était aussi un discours d'espoir. «Je le répète et y tiens», a lancé Pauline Marois. La souveraineté ne se fera que «dans le plus grand respect de la population. On ne fait un pays tout seul, on le fait avec le peuple.» Le PQ doit redevenir le parti «des Québécoises et des Québécois».

    «Je souhaite bâtir avec vous une grande union de souverainistes de tous les horizons politiques, de toutes les origines et de toutes les cultures. Nous prendrons le temps qu'il faut pour faire progresser cette idée de pays, pour qu'elle devienne celle d'une grande majorité d'entre nous», a-t-elle fait valoir, en invitant les autres mouvements et leaders à participer à cette coalition.

    Pauline Marois est revenue sur la modernisation de la conception péquiste de la social-démocratie que le parti doit sans faute entreprendre sous sa gouverne. «Nos gestes doivent s'inscrire dans la nouvelle réalité sociale et économique», estime-t-elle. «Engageons-nous à faire les choses autrement» pour le financement de la santé, avance-t-elle.

    Tout en rappelant les grandes valeurs du PQ que sont la liberté, la solidarité et l'idendité, Pauline Marois a affirmé que le parti devait changer. Elle a exhorté les péquistes à cesser d'avoir peur des mots tels que richesse et identité. «Mais cessons d'avoir peur ! Peur d'être lucides ! Peur d'être solidaires ! Peur des mots ! Peur d'avoir l'air intolérant ! Peur de faire les choses autrement ! Peur de la richesse ! Peur des avenues sur lesquelles nous ne nous sommes jamais engagés ! Peur d'être différents ! Peur de parler de mémoire, d'histoire, de peuple, d'identité, de culture», a-t-elle énuméré.

    Le couronnement de Pauline Marois a coïncidé avec la publication de deux sondages qui font d'elle «le meilleur premier ministre». Le chef de l'Action démocratique du Québec, Mario Dumont, la talonne.

    Selon le sondage Léger Marketing publié dans Le Journal de Montréal, 37 % des Québécois estiment que la chef péquiste ferait le meilleur premier ministre, contre 26 % pour Mario Dumont et 23 % pour l'actuel premier ministre Jean Charest. Dans le sondage CROP-La Presse, l'écart entre Mme Marois et M. Dumont est minime - 32 % contre 31 % , une égalité statistique - tandis que Jean Charest, à 21 %, est loin derrière. Telles que compilées par Léger Marketing, les intentions de vote placent le PQ et l'ADQ sur un pied d'égalité - 32 % contre 31 % - tandis que le Parti libéral du Québec ferme la marche avec 28 % des appuis.

    Selon CROP, la souveraineté - sans le partenariat proposé lors du référendum de 1995 - ne recueille que 32 % de OUI, une baisse de quatre points de pourcentage en un mois. Un peu plus de 70 % des répondants croient qu'il est peu ou pas du tout probable qu'un jour, le Québec devienne un pays souverain. Presque autant de répondants, soit 68 % dont 48 % de péquistes croient que le parti doit abandonner son option.

    De passage à Montréal, Mario Dumont n'a pas perdu de temps pour passer à l'offensive contre Pauline Marois, égratignant le bilan de son adversaire et insistant pour lui accoler l'épithète de bureaucratique. «C'est une personne qui à travers sa vision bureaucratique a laissé des traces très dommageables dans les grands systèmes d'éducation et de santé québécois. Moi, je défends une vision autonomiste, elle, bureaucratique. Ça place les enjeux pour un vrai débat», a affirmé M. Dumont.

    Il a rappelé que les bulletins non chiffrés et le frein mis au redoublement scolaire, c'est son oeuvre. Elle a présidé à la mise à la retraite massive du personnel infirmier et des médecins ainsi qu'à la réduction d'accès à la formation, a aussi souligné le chef adéquiste. «Tout le monde travaille à temps plein pour réparer les erreurs Marois en éducation et en santé. Ce n'est pas des éléments d'un bilan qu'elle va pouvoir escamoter comme ça», croit-il.

    Mario Dumont estime que Pauline Marois a fait une «entrée facile» au PQ mais que cette lune de miel ne peut être que de courte durée. Elle ne peut, selon lui, être à la fois pour la souveraineté et contre la tenue d'un référendum. La décision de Mme Marois de se mettre en mode écoute ne remplace en rien la nécessité de présenter une vision et un programme clair lors des prochaines élections. Il prévoit même «des étincelles».

    «À un moment ou un autre, ses véritables convictions, ses véritables idées, elle va devoir les mettre sur la table. Un leader politique, c'est pas seulement quelqu'un qui dit: moi, je me promène et j'écoute. [...] Mon petit doigt me dit qu'un beau jour, à un conseil national, il y a des membres du PQ qui vont vouloir un peu plus de précision. Sa position peut tenir la route quelques mois», a soutenu M. Dumont.

    Tout au plus, reconnaît-il la vaste expérience ministérielle de Mme Marois et l'effet stabilisateur de son arrivée à la tête du PQ.

    Pour ce qui est des sondages d'hier, Mario Dumont dit constater que le gouvernement minoritaire semble convenir à la population. «Les Québécois sont contents de ce qu'ils ont fait le 26 mars, ils sont contents du résultat», a-t-il commenté.

    De leur côté, les ministres du gouvernement Charest se sont dits nullement impressionnés par les résultats de sondages démontrant que Pauline Marois est la plus populaire des chefs de parti au Québec.

    Le président du caucus des députés libéraux, Yvon Vallières, a d'abord signifié que «l'effet Pauline Marois» semblait avoir peu d'impact sur les intentions de vote au Parti québécois. Puis, il a ajouté que les lunes de miel avec les nouveaux chefs de parti sont souvent de courte durée.

    Pour sa part, le ministre responsable des Affaires intergouvernementales canadiennes, Benoît Pelletier, a dit surtout constater que l'option souverainiste a du plomb dans l'aile.

    À la sortie de la réunion du conseil des ministres, il a avancé une explication, affirmant que les citoyens se sont rendus compte, depuis quatre ans, qu'il est possible de faire progresser le Québec à l'intérieur du Canada. Il a soutenu que les Québécois perçoivent les avancées permises par un fédéralisme d'ouverture, dans lequel ils se sentent plus respectés.

    Le whip en chef du gouvernement, Norman MacMillan, a été plus sévère.

    Selon lui, le discours de Pauline Marois, à l'effet que l'échéancier référendaire n'est plus au coeur des priorités du PQ, constitue «de l'hypocrisie».

    La ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport, Michelle Courchesne, a rappelé que le parti souverainiste s'est montré dur envers ses chefs dans le passé, ce qui lui a fait dire que Mme Marois «aurait besoin de chance».

    Quant à la vice-première ministre, Nathalie Normandeau, elle a seulement relevé que «le Parti québécois est toujours ce qu'il est», peu importe la personne qui est à sa tête.

    ***

    Avec la Presse Canadienne
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel