Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Réforme scolaire: résultats décevants

    La performance en français est nettement moins bonne chez les élèves de 6e

    20 juin 2006 | Marie-Andrée Chouinard | Québec
    Depuis l'avènement de la réforme en 2000, la réussite des élèves de sixième année du primaire s'est considérablement détériorée en français, une matière que la réforme souhaitait pourtant redorer.

    De 90 % qu'il était en 2000, le taux global de réussite des élèves du dernier cycle du primaire à l'épreuve obligatoire d'écriture en français est passé à 83 % en 2005, selon les données du ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport dont Le Devoir a pris connaissance. Plus encore, cette épreuve a donné du fil à retordre à la cuvée 2005, particulièrement en organisation du texte, en orthographe et en syntaxe et ponctuation.

    Ces données font partie du bilan partiel sur les effets de la réforme présenté hier aux membres de la Table de pilotage sur le renouveau pédagogique, qui regroupe tant les parents que les enseignants, les directeurs d'école, les commissions scolaires et les établissements privés. Envers et contre ce type de constat, qui pointe des lacunes quant à la réussite des élèves, et malgré le fait que le bilan soit incomplet, le consensus de la Table transmis tard hier soir conclut à «l'importance de poursuivre le renouveau pédagogique en procédant, lorsqu'il y a lieu, aux ajustements nécessaires», comme le conclut un consensus de trois pages transmis en soirée. Seuls les enseignants ont maintenu leur demande de surseoir à l'implantation de la réforme.

    Le bilan provisoire, que le ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport a refusé de transmettre hier, contenait notamment des données objectives sur la réussite des élèves en français, à la fin du primaire. Les résultats de l'épreuve obligatoire d'écriture en français démontrent que la cuvée 2000 (avant la réforme) faisait nettement mieux que celle de 2005.

    Alors que 4 % des élèves étaient «très au-dessous du seuil de réussite» en 2000, cinq ans plus tard, ils sont maintenant 7 %. Les résultats «au-dessous du seuil de réussite» voguent de 6 % à 10 %, tandis que les notes «égales au seuil de réussite» ou «au-dessus» demeurent presque les mêmes (de 12 à 13 % pour le premier cas, et à 23 % pour le second). Les élèves qui s'affichent «très au-dessus» de la note de passage chutent quant à eux de 55 % à 47 % en l'espace de cinq ans.

    Plus encore, l'examen des critères jugés dans cette même épreuve démontre que les élèves ont eu plus de difficulté en 2005 avec l'organisation du texte (réussite de 85 % à 80 %), avec l'orthographe d'usage et grammaticale (87 % à 77 %), et la syntaxe et ponctuation (83 % à 73 %). Les notes demeurent les mêmes toutefois pour le vocabulaire (86 %) et la pertinence et suffisance des idées (76 %).

    Des membres de la Table nous ont indiqué hier qu'il s'agissait de données «inquiétantes», tandis que d'autres jugeaient qu'il était peut-être «tôt pour conclure à la seule culpabilité de la réforme», précisant que «les garçons étaient les plus visés par la baisse de résultats», un effet qui se fait sentir sur tout le tableau de la réussite scolaire, du primaire à l'université.

    Outre les données en français, la Table de pilotage devait examiner les résultats d'un sondage acheminé à une dizaine de milliers d'acteurs de la réforme. L'analyse des résultats de ce sondage n'étant pas complétée, le bilan discuté hier n'était pas complet et un retour sera nécessaire à la fin de l'été.

    Après une longue journée de rencontre, les membres de la Table ont convenu d'un consensus qui insiste fortement sur l'importance de continuer, soulignant au passage le fait que «le document de travail comporte certains éléments intéressants, d'autres préoccupants qui contribuent à la réflexion et susciteront des actions favorisant la poursuite du renouveau pédagogique».

    À défaut d'être en mesure de fabriquer un plan d'action visant le redressement de cette réforme, la Table a dressé une liste de neuf «pistes de réflexion sur autant de dimensions du renouveau pédagogique». En tête de liste arrivent les «connaissances», qui ont été au coeur d'un récent et chatouilleux débat sur le nouveau programme d'histoire au secondaire. «Il est impératif de rappeler que les connaissances font partie intégrante des compétences», rappelle-t-on au passage.

    À côté de cette première «piste» se trouvent d'autres mots-clé s'apparentant plutôt aux assises de la réforme qu'à des solutions: l'importance pour l'enseignant de choisir la pédagogie qui lui convient, le défi que représente l'évaluation des compétences disciplinaires et transversales, les efforts particuliers à consentir auprès des élèves en difficulté, le caractère prioritaire de la formation des enseignants, le besoin de matériel approprié, la progression variée des élèves et le souci d'administrer des examens de français et de maths aux élèves du secondaire qui n'ont pas encore goûté à la réforme afin d'être capables d'effectuer des comparaisons plus tard.

    La présidente de la FSE a indiqué hier soir que ces pistes ne représentaient «aucunement pour la FSE les résultantes d'un bilan qui de toute façon n'est pas complet», comme l'a indiqué Johanne Fortier. Mme Fortier, dont le syndicat continue de demander de surseoir à la réforme, craint que ces «pistes de réflexion» ne constituent une «tentative de diversion». «On aurait pu s'entendre sur ces pistes il y a deux mois, avant d'avoir les données du bilan, il n'y a rien de très neuf là-dedans», a-t-elle ajouté.

    Notons que le ministre de l'Éducation Jean-Marc Fournier doit formuler ce matin une réaction à ce consensus et à ces «pistes».
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel