Montréal se ravise et décide de charger la neige et la glace

Une opération d’enlèvement de la neige coûte en moyenne 1 million $ par arrondissement.
Photo: Guillaume Levasseur Le Devoir Une opération d’enlèvement de la neige coûte en moyenne 1 million $ par arrondissement.

La Ville de Montréal, qui comptait laisser fondre la neige et la glace accumulées cette semaine, se ravise et procédera au chargement dès dimanche soir.

C’est ce qu’a indiqué sur Twitter, samedi soir, le responsable du déneigement et maire de Verdun, Jean-François Parenteau.



 

M. Parenteau explique que le redoux n’a pas été aussi important que prévu. Il ajoute que la décision de ne pas déblayer a été un mauvais choix de sa part et qu’il s’en excuse.

Une opération d’enlèvement de la neige coûte en moyenne 1 million $ par arrondissement. La Ville de Montréal a procédé à quatre opérations de déblaiement depuis le début de l’hiver.

3 commentaires
  • Pierre Lalongé - Abonné 28 janvier 2018 09 h 40

    Excuses superflues!

    Monsieur Parenteau, il n'est pas nécessaire de vous excuser de faire votre travail au mieux de votre connaissance.

  • Michel Sirois - Abonné 28 janvier 2018 15 h 05

    bien sûr,

    qu'il n'a pas besoin de s'excuser de manquer de jugement; même chose pour la mairesse qui trahit sa parole et brise une promesse électorale sur l'augmentation des taxes; pas de problème

  • Philippe Hébert - Abonné 29 janvier 2018 09 h 56

    J'ai prit ma voiture toute la semaine, c'était moins dangereux de porte à porte en voiture qu'en métro, car je n'avais pas à risquer de me casser un membre en me rendant à la station de métro.

    Jusqu'ici, côté déneigement suite à une tempête de verglas, il n'y a pas d'amélioration par rapport à l'administration Coderre. Pourtant, on est sensé avoir des progressistes qui savent comment promouvoir le transport en commun et actif, on se serait attendu à ce que les trottoirs soient déglacés rapidement...

    Rappellons que l'année dernière aussi nous avions eu une tempête ce verglas qui avait laissé des traces pendant plus d'une semaine avant que l'Équipe du gros jambon ne débute le chargement.

    Concernant les tempêtes de neiges, c'est toujours du pareil au même, les abords des stations de métros ne sont jamais bien déneigés dès l'ouverture du métro le matin. C'est un peu du n'importe quoi de ne pas prioriser les trottoirs et terrains de la STM au niveau du déplaiement à chaque tempête, alors qu'à chaque tempête on nous dit de prendre le transport en commun.