Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Yves Francoeur refuse de s’excuser et de démissionner, malgré ce que dit la SQ

    Yves Francoeur
    Photo: Jacques Boissinot Archives La Presse canadienne Yves Francoeur

    Yves Francoeur ne démissionnera pas de la présidence de la Fraternité des policiers de Montréal et refuse d’émettre des excuses pour ses propos du printemps dernier qui ont écorché des élus du Parti libéral du Québec (PLQ).
     
    M. Francoeur a donné ces assurances jeudi matin en entrevue à la station radiophonique 98,5 FM, deux jours après que la Sûreté du Québec (SQ) eut fait savoir que ses allégations de trafic d’influence impliquant les élus libéraux n’étaient pas fondées.
     
    Il était de son devoir de faire ses déclarations, selon Yves Francoeur, qui a ajouté jeudi qu’il était de bonne foi et qu’il referait la même chose. Il a répété que six sources de milieux différents l’avaient orienté vers la dénonciation.
     
    Le chef syndical a justifié ses affirmations du printemps en expliquant que pour que les choses avancent, le recours aux médias d’information est pertinent. 

    Cette méthode n'est cependant pas approuvé par le ministre Jean-Marc Fournier, qui a été éclaboussé dans cette affaire. « En réagissant ainsi, Yves Francoeur attaque toutes les institutions, incluant le DPCP et les policiers à l’enquête », a fait savoir son attachée de presse, Gabrielle Fallu. « Monsieur Fournier ne fera pas d’autres entrevues. Il constate qu’Yves Francoeur refuse de lire le résultat de l’enquête qui est écrit noir sur blanc dans le communiqué: “aucune preuve” », a-t-elle ajouté, deux jours après que le ministre a fait une demande d'excuses au chef syndical
     
    Au micro de Paul Arcand, Yves Francoeur a dit se demander comment ses accusations ont pu être jugées non fondées. Il a dit n’avoir jamais vu une enquête policière non fondée au cours de laquelle 60 personnes ont été rencontrées.
     
    Quelque temps après que M. Francoeur eut lancé ses allégations, on a appris qu’elles avaient visé trois élus ; l’actuel ministre Jean-Marc Fournier, qui lui réclame des excuses, l’ancien ministre Raymond Bachand, qui a évoqué il y a quelques semaines la possibilité de le poursuivre en justice, et l’ex-ministre Claude Béchard, qui est décédé en 2010.
     
    Yves Francoeur préside un syndicat qui représente quelque 4500 policiers actifs et qui offre des services à environ 4700 membres retraités. Il est membre du Conseil de direction du syndicat depuis mars 1998.
     
    Dans un communiqué laconique émis après que la SQ eut fait part de sa décision à son sujet, Yves Francoeur s’est défini comme étant un lanceur d’alerte. L'administrateur intérimaire du Service de police de la Ville de Montréal, Martin Prud'homme, a aussi refusé de le blâmer pour avoir voulu «dénoncer une situation».













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.