Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Les pitbulls ne seront plus interdits à Montréal

    «Le comportement d’un chien n’est pas intrinsèquement lié à sa race», fait valoir Craig Sauvé, responsable du dossier au comité exécutif

    9 décembre 2017 |Jeanne Corriveau | Montréal
    Les dispositions identifiant les pitbulls, certaines races ou faisant état de caractéristiques morphologiques associées aux pitbulls seront suspendues. La Ville de Montréal ne délivrera dorénavant qu’un seul type de permis pour chien.
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Les dispositions identifiant les pitbulls, certaines races ou faisant état de caractéristiques morphologiques associées aux pitbulls seront suspendues. La Ville de Montréal ne délivrera dorénavant qu’un seul type de permis pour chien.

    La Ville de Montréal suspendra les articles visant les pitbulls dans son règlement sur le contrôle des animaux. À compter du 20 décembre prochain, ce type de chien ne sera donc plus interdit à Montréal.

     

    Le règlement de même que les articles s’appliquant aux chiens dangereux et aux chiens à risque demeureront en vigueur. Mais les dispositions identifiant les pitbulls, certaines races ou faisant état de caractéristiques morphologiques associées aux pitbulls seront suspendues. Ainsi, la Ville de Montréal ne délivrera qu’un seul type de permis pour chien.

     

    « Selon les consultations qu’on a faites auprès de scientifiques et d’experts en comportement animal, on sait que le comportement d’un chien n’est pas intrinsèquement lié à sa race. De plus, le pitbull lui-même est difficile à définir et à identifier visuellement », fait valoir le conseiller Craig Sauvé, responsable du dossier de la gestion animalière au comité exécutif.

     

    « Il ne faut pas créer un faux sentiment de sécurité auprès des Montréalais. Tous les chiens peuvent être dangereux s’ils ont une mauvaise socialisation ou un mauvais comportement. »

     

    Promesse de campagne

     

    Projet Montréal respecte ainsi sa promesse faite pendant la campagne électorale de revoir le controversé règlement adopté par la Ville sous l’administration de Denis Coderre en 2016.

     

    Le comité exécutif sera appelé à entériner la suspension des articles en question lors de la réunion du 20 décembre prochain. « On voulait l’annoncer tout de suite parce que plusieurs permis viennent à échéance le 21 décembre. Les permis spéciaux sont plus coûteux », a indiqué Craig Sauvé.

     

    Les muselières, qui étaient requises en tout temps pour les pitbulls, ne seront plus obligatoires, précise M. Sauvé.

     

    L’administration promet de tenir des consultations avant de présenter un nouveau règlement l’an prochain. « On va inclure les gens qui ont peur des chiens dans nos consultations », a assuré M. Sauvé.

     

    Rappelons que le règlement interdisant les nouveaux pitbulls à Montréal avait été adopté en septembre 2016, quelques mois après le décès de Christiane Vadnais, attaquée par un chien alors qu’elle se trouvait dans sa cour. Le coroner Ethan Lichtblau, qui avait enquêté sur ce décès, avait remis en question le règlement de la Ville.

     

    Bien-être animal

     

    La SPCA, qui s’était opposée avec vigueur au règlement de la Ville, s’est réjouie de la décision de la nouvelle administration. « On a vraiment très hâte de travailler avec la Ville pour développer une réglementation progressiste et responsable », a indiqué Me Sophie Gaillard, avocate à la SPCA.

     

    L’organisme s’était adressé aux tribunaux pour contester le règlement de l’administration Coderre, mais il attendra l’adoption du nouveau règlement avant d’abandonner les procédures.

     

    D’ici là, la SPCA recommandera à la Ville de mettre l’accent sur des mesures qui assurent le bien-être animal dans le but d’améliorer la sécurité publique.

     

    « On sait que les chiens qui ont été maltraités, négligés et éduqués avec des méthodes de punition physique ont tendance à développer des comportements agressifs », souligne Me Gaillard, qui souhaite que la Ville fasse appel à des experts pour évaluer le degré de dangerosité des chiens.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.