Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    La fin des cravates au conseil municipal?

    1 décembre 2017 |Jeanne Corriveau | Montréal
    En 2014, le conseiller de Projet Montréal Alex Norris a été expulsé de la salle du conseil pour s'être présenté à une assemblée sans cravate.
    Photo: Anneclaire Le Royer Getty Images En 2014, le conseiller de Projet Montréal Alex Norris a été expulsé de la salle du conseil pour s'être présenté à une assemblée sans cravate.

    Des élus montréalais demandent que la cravate ne soit plus obligatoire au conseil municipal de Montréal. Une motion sera déposée à la prochaine assemblée afin que la Commission de la présidence revoie sa position sur le code vestimentaire imposé aux élus masculins.

     

    En 2010, le conseiller de Projet Montréal Alex Norris s’était fait rappeler à l’ordre par le président du conseil municipal lorsqu’il avait osé se présenter à une assemblée sans cravate. En 2014, il a même été expulsé de la salle du conseil pour cette raison.

     

    Après avoir examiné le dossier, la Commission de la présidence avait décidé de maintenir la tradition sur le port obligatoire du veston et de la cravate.

     

    Le conseiller Marvin Rotrand estime que le temps est venu de changer ces règles, d’autant qu’en campagne électorale plusieurs candidats ont plaidé en faveur d’un conseil municipal plus convivial et moins formel. Il appuiera donc la motion que présentera le maire d’Anjou, Luis Miranda, à l’assemblée du 11 décembre.

     

    « Cette règle n’existe pas dans les autres grandes villes, comme Toronto, Vancouver, Winnipeg ou Edmonton », signale-t-il. « Que M. Norris porte une cravate ou non, ça n’affecte pas notre efficacité. Les élus de Toronto sont capables de faire leur travail sans cravate. »

     

    MM. Miranda et Rotrand demandent aussi que la Commission de la présidence examine la possibilité de demander à Québec des changements législatifs afin que la Ville puisse profiter des élections municipales pour tenir un référendum.

     

    En campagne électorale, Valérie Plante avait suggéré de consulter les citoyens sur les investissements dans un stade de baseball lors du prochain scrutin.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.