Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Éditorial

    Denis Coderre avec un bémol

    Brian Myles
    4 novembre 2017 |Brian Myles | Montréal | Éditoriaux

    À la veille des élections municipales, Le Devoir poursuit la tradition éditoriale en exprimant son choix pour la mairie de Montréal. Denis Coderre, avec un sérieux bémol.


    Denis Coderre a cette fâcheuse habitude de tout ramener à lui. Son meilleur argument au soutien d’un deuxième mandat ? Il a remis Montréal « sur la carte » après une décennie de noirceur, de corruption et de collusion sous l’administration Tremblay.

     

    Vrai que Montréal n’est plus la ville ouverte qu’elle était en matière de gestion contractuelle. Mais comme le rappelle dans nos pages le maire par intérim Laurent Blanchard, qui avait pris la relève après la chute successive de Gérald Tremblay et de Michael Applebaum, une coalition regroupant tous les partis avait géré la Ville pendant cinq mois, permettant à M. Coderre d’emménager dans « une maison propre » au lendemain des élections de 2013.

     

    La création du Bureau de l’inspecteur général (BIG) reste le meilleur coup de M. Coderre. La concentration anormale de contrats publics entre les mains d’une clique d’entrepreneurs n’est plus aussi forte que jadis en raison d’un effort concerté du BIG, de l’Unité permanente anticorruption (UPAC), de l’Autorité des marchés financiers (AMF), des journalistes d’enquête et de l’administration Coderre. Par contre, les relents de collusion qui subsistent devraient inciter le maire à plus de modestie. Son fameux « filtre Coderre » est loin de la perfection, et il n’explique pas à lui seul l’assainissement des moeurs. Cet effort collectif est trop important pour permettre à un seul homme de s’en attribuer le mérite.

     

    Les électeurs québécois, du moins ceux qui daignent voter aux élections municipales, font preuve d’une grande prudence. Près de 80 % des maires sortants sont réélus pour un deuxième mandat. La question centrale ne consiste donc pas à nous demander si Denis Coderre mérite un deuxième mandat, mais plutôt à nous interroger sur les raisons qui nous amèneraient à le priver de ce privilège.

     

    Quel maire imparfait ! Sous sa façade tout en bonhomie, Denis Coderre est un politicien roublard, allergique à la critique, centralisateur et revanchard. Son aventure dans la Formule E est pitoyable. Non seulement a-t-il indisposé les citoyens et les commerçants de Ville-Marie, mais il est encore incapable, au moment d’écrire ces lignes, de fournir le bilan complet des coûts et bénéfices de ce vroum vroum électrique pour les Montréalais.

     

    Sa proximité avec le promoteur Evenko, symbolisée également par l’abattage de 1000 arbres au parc Jean-Drapeau, sans consultation, pour y aménager un amphithéâtre dit « naturel », suscite la méfiance. Sera-t-il au service des intérêts privés ou des Montréalais ? Ces craintes sont d’autant plus légitimes que Denis Coderre se prononce pour le financement public d’une équipe de baseball professionnel, un projet qu’il a l’intention de soumettre à la consultation à une date ultérieure, sans pour autant promettre un référendum en bonne et due forme.

     

    Les Montréalais n’ont pas à payer pour les lubies du maire. Ce serait une insulte de leur demander de financer les projets d’une bande de millionnaires qui veulent regarder d’autres millionnaires courir, frapper et attraper des balles. Au strict minimum, il faudra tenir un référendum, en mettant sur la table toutes les cartes, y compris l’analyse des coûts et des bénéfices pour la Ville de Montréal.

     

    Valérie Plante chauffe Denis Coderre. Sur le plan de l’image, la chef de Projet Montréal a mené une campagne sans faute. Elle a comblé son déficit de notoriété par rapport à M. Coderre en faisant preuve d’une spontanéité et d’un sens de la répartie qui tranchent avec la mine renfrognée affichée par l’omnimaire dans la dernière partie de la campagne. Si jamais elle arrive à causer la surprise dimanche, elle ne fera pas une mauvaise mairesse, bien au contraire. Le problème n’est pas là.

     

    En 2017 comme en 2013, Projet Montréal n’a guère d’autres préoccupations que l’aménagement du territoire et la mobilité durable. Mme Plante n’a pas de cadre financier. Son projet de ligne rose du métro tient davantage de l’hyperbole que du réalisme. Son candidat désigné pour assumer la présidence du comité exécutif, le maire du Sud-Ouest Benoit Dorais, suscite peu d’engouement dans les milieux d’affaires. À part quelques exceptions, Mme Plante ne bénéficie pas d’une équipe du tonnerre et d’une vision globale pour l’économie de Montréal.

     

    L’envergure d’un homme ou d’une femme politique se mesure à celle de son entourage, dit l’adage. À ce chapitre, Denis Coderre n’a de leçons à recevoir de personne. Au cours des quatre dernières années, il a travaillé sans relâche pour rassembler les forces vives au conseil municipal. Il se présente à la tête d’un mouvement qui réunit des candidats de tous les horizons politiques et de tous les âges. Il y a suffisamment de talent et d’expérience autour de lui pour composer un comité exécutif stable.

     

    Il faut espérer que cette équipe puisse tenir tête à M. Coderre et lui expliquer, à l’occasion, la différence entre la détermination et l’arrogance. Comme condition préalable à un exercice sain de la démocratie, les élus de l’équipe Coderre devront se rappeler qu’ils sont d’abord et avant tout redevables aux citoyens.

     

    Le Devoir n’est cependant pas dupe quant à la propension des conseillers municipaux à se plier sans résistance aux caprices du maire. Il s’agit d’un trait distinctif de la politique municipale. C’est pourquoi notre appui vient avec un sérieux bémol. Qui d’autre pourra contenir les tentations autocrates de Denis Coderre s’il est réélu ? Il faudra une opposition forte et structurée, que Projet Montréal incarne à merveille.

     

    M. Coderre espérait en début de campagne une majorité absolue pour gouverner avec les coudées franches. Une victoire sans partage serait dommageable pour Montréal, car elle lui permettrait d’accroître la centralisation des pouvoirs au détriment des arrondissements à qui il faut laisser leur autonomie. M. Coderre a dit tout le mal qu’il pensait des arrondissements dirigés par les maires Luc Ferrandez (Plateau-Mont-Royal) et François Croteau (Rosemont–La Petite-Patrie). Il utilise même M. Ferrandez comme un épouvantail pour effrayer les électeurs, donnant l’impression qu’il nie à Valérie Plante ses facultés d’agir et de penser par elle-même.

     

    Dans les quartiers centraux de Montréal, Projet Montréal s’est distingué par sa capacité d’écoute et de défense des intérêts des citoyens, au risque de s’aliéner les commerçants, et surtout les automobilistes de passage. Cette formation n’est pas sans rappeler le défunt Rassemblement des citoyens de Montréal (RCM) de feu Jean Doré pour ses préoccupations civiques. L’heure de gloire de Projet Montréal viendra le jour où le parti sera en mesure de concilier dans un même programme une vision cohérente pour les arrondissements et la ville centre. Pour l’heure, nous n’en sommes pas là.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.