Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Montréal: pressions de l’opposition pour élargir le mandat de l’inspecteur général

    21 août 2017 |Marie-Lise Rousseau | Montréal
    L'inspecteur général de Montréal, Denis Gallant, avec le maire Denis Coderre au moment de son entrée en poste, en févirer 2014
    Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir L'inspecteur général de Montréal, Denis Gallant, avec le maire Denis Coderre au moment de son entrée en poste, en févirer 2014

    L’opposition à l’Hôtel de Ville de Montréal est déçue que le comité exécutif n’élargisse pas dès maintenant le mandat du Bureau de l’inspecteur général (BIG), malgré des recommandations en ce sens de la Commission permanente sur l’inspecteur général.

     

    Le parti Vrai Changement pour Montréal avait demandé en octobre 2016 à ce que le mandat de l’inspecteur général, Me Denis Gallant, soit élargi. Actuellement, le pouvoir de son bureau se limite à l’octroi de contrats par la Ville de Montréal.

    Or, le parti d’opposition affirme que la Ville est vulnérable dans d’autres domaines, notamment dans les dossiers qui requièrent des changements de zonage.

     

    Temps de réflexion

     

    La Ville dit vouloir réfléchir davantage à la question avant de prendre une décision. « Je trouve la réponse du comité exécutif décevante et molle », a affirmé la chef de Vrai Changement, Justine McIntyre, lors de la séance du conseil municipal lundi.

     

    Un avis partagé par le conseiller de Projet Montréal, Éric Alan Caldwell. « Il n’y a pas de chien de garde sur ces questions présentement. C’est le trou noir », déplore-t-il.

     

    L’élu responsable des infrastructures à la Ville, Lionel Perez, a répondu que le comité exécutif est « très sensible aux préoccupations soulevées par la commission ». Il assure que les services juridiques de Montréal étudieront les recommandations de façon plus approfondie.

     

    « On va faire le suivi de façon posée et structurée », a déclaré M. Perez, rappelant que le BIG a été créé par l’administration Coderre.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.