Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Ottawa investit 1,3 milliard dans le projet de REM

    15 juin 2017 |Sarah R. Champagne | Montréal
    Le projet de REM est piloté par la Caisse de dépôt et placement du Québec.
    Photo: Caisse de dépôt et placement du Québec Le projet de REM est piloté par la Caisse de dépôt et placement du Québec.

    Le gouvernement fédéral investira 1,283 milliard de dollars dans le projet de Réseau électrique métropolitain (REM).

     

    Le premier ministre Justin Trudeau en fera l’annonce jeudi matin à Montréal, en compagnie du maire Denis Coderre et de Michael Sabia, le président de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ).

     

    La participation d’Ottawa égalera donc celle de Québec, qui a prévu 1,28 milliard dans son dernier budget, c’est-à-dire près du quart du coût total.

     

    Le projet est piloté par la CDPQ, qui prévoit quant à elle d’injecter 2,67 milliards, à travers sa filiale CDPQ Infra.

     

    Le coût total du REM est maintenant évalué à plus de 6 milliards de dollars, soit une facture plus élevée que les 5,5 milliards annoncés en avril 2016.

     

    Le projet initial a été bonifié de quarante voitures supplémentaires et de trois stations. Une fois achevé, il comptera 27 stations réparties sur 67 kilomètres de voie ferroviaire, reliant notamment Brossard, Sainte-Anne-de-Bellevue, l’aéroport Montréal-Trudeau, Deux-Montagnes et la Gare centrale de Montréal.

     

    Le gouvernement Trudeau n’avait pas confirmé expressément le financement de ce projet, mais il s’était voulu rassurant auprès de Québec.

     

    La coalition Trainsparence milite pour une nouvelle consultation du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), jugeant celle déjà menée incomplète.

     

    Le gouvernement libéral a par ailleurs déposé un projet de loi en mai dernier pour empêcher les citoyens de contester leur expropriation devant les tribunaux.

     

    Ces futurs « expropriés du train » pourront en revanche contester les indemnités prévues par le gouvernement, qui leur réserve 200 millions.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.