Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Montréal

    Tour résidentielle, hôtel et commerces pour ressusciter la zone du Silo no 5

    La Société du Vieux-Port veut tisser des liens entre la ville, les quais et le fleuve

    13 juin 2017 |Améli Pineda | Montréal
    Au cœur de la revitalisation se trouve le Silo no 5, cette icône de Montréal rachetée en 2010 par la Société immobilière du Canada, qui possède aussi le Vieux-Port.
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Au cœur de la revitalisation se trouve le Silo no 5, cette icône de Montréal rachetée en 2010 par la Société immobilière du Canada, qui possède aussi le Vieux-Port.

    Un belvédère au Silo no 5, des tours résidentielles et un hôtel dans La Pointe-de-l’Île ; la Société du Vieux-Port de Montréal a présenté lundi un plan « préliminaire » pour ressusciter le site d’ici dix ans.

     

    Un tout nouveau quartier pourrait donc naître notamment dans le secteur ouest du Vieux-Port selon cette première version du plan directeur de la Société.

     

    « On a voulu créer sur la totalité du site une relation privilégiée entre les différents secteurs qui composent le Vieux-Port[…] pour retisser des liens entre la ville, la promenade, les quais et le fleuve », a expliqué Renée Daoust, architecte chez Daoust Lestage, qui signe la maquette.

     

    Le plan présenté lundi se concentre sur les 2,5 km du Vieux-Port de Montréal, en partant du quai de l’Horloge jusqu’à la Pointe-du-Moulin, où se trouve le Silo no 5.

     

    Au coeur de la revitalisation, se trouve justement cette icône de Montréal racheté en 2010 par la Société immobilière du Canada, qui possède aussi le Vieux-Port.

    Photo: Société du Vieux-Port C'est la firme Daoust Lestage qui signe la maquette.
     

    Selon la Société du Vieux-Port, ce mal-aimé des Montréalais devrait être transformé en tour d’observation. La Société souhaite consacrer les deux derniers étages de l’ancien élévateur à grain en belvédères pour offrir des vues panoramiques sur Montréal et le fleuve. Une partie du Silo no 5, sans intérêt patrimonial, sera détruite pour faire place à un grand espace public.

     

    Le plan propose également la construction à quelques pas de cet emblème, dans la Pointe-du-Moulin, d’un hôtel de 23 étages ainsi que de quatre tours abritant des commerces, des bureaux et des résidences puisque le secteur devrait accueillir une des stations du futur Réseau électrique métropolitain.

     

    La Société du Vieux-Port n’a toutefois pas dévoilé les coûts de cette partie de la métamorphose. Elle assure toutefois que la transformation du Silo no 5 ne sera pas privatisée, mais compte sur l’intérêt de promoteurs pour la création de son nouveau quartier de la Pointe-du-Moulin.

     

    Pour Héritage Montréal, cet ambitieux plan est prometteur, mais l’organisme de défense du patrimoine architectural prévient qu’il faudra être prudent avec la privatisation de certaines zones.

    Photo: Société du Vieux-Port Un belvédère vitré au-dessus du Silo no 5 offrirait des vues panoramiques sur Montréal et le fleuve.
     

    « Dans les dernières années, le bord du fleuve et du canal de Lachine a eu tendance à être privatisé. Les plans montrent une immense tour que les Montréalais sont peut-être prêts à accepter dans le paysage, mais ça ne doit pas se faire au détriment d’une accessibilité à l’eau. Il faut que ce développement soit aussi bénéfique pour la collectivité », soutient Dinu Bumbaru, directeur des politiques chez Héritage Montréal.

     

    La Ville de Montréal aura également son rôle à jouer dans la création d’un nouveau quartier, alors qu’elle devra approuver un changement de zonage.

     

    « On prend note du plan qui a été développé par la Société du Vieux-Port et de l’exercicede consultation qui est toujours en cours », indique Marc-André Gosselin, attaché de presse du maire de Montréal, Denis Coderre.

     

    Révisions et corrections

     

    La Société du Vieux-Port, qui n’est pas à ses premières consultations sur le sujet, n’a évalué que les travaux d’infrastructures, qu’elle estime à hauteur 175 millions. Ils comprennent la construction de passerelles d’accès pour entre autres permettre aux piétons de ne pas rester enclavés lors des passages de trains sur le chemin de fer entre la rue de la Commune et la promenade.

     

    Les coûts prévoient aussi l’abaissement de quais. La Société immobilière du Canada, responsable du Vieux-Port, a indiqué qu’à la suite d’une série de consultation sur l’avenir du Vieux-Port en 2015, l’accès au fleuve y avait été réclamé par une majorité de Montréalais.

     

    Cette revitalisation permettra donc de donner un meilleur au Saint-Laurent, mais il ne sera toujours pas possible de s’y baigner selon les plans présentés lundi.

     

    Pour permettre aux Montréalais de « se tremper les pieds dans l’eau », Mme Daoust a expliqué qu’on pourra abaisser les quais Jacques-Cartier et de la tour de l’Horloge pour les transformer en grandes marches où pourront s’installer les citoyens pour admirer le Saint-Laurent et profiter du fleuve.

     

    L’idée du bain portuaire de la Ville de Montréal n’a pas été intégrée au plan, mais la Société assure que des discussions sont toujours en cours pour le réaliser.

     

    La Société recommande aussi de revoir la promenade actuelle, principalement asphaltée. Elle compte la verdir ainsi que l’illuminer.

     

    La Société projette également la construction d’un autre hôtel près du quai de l’Horloge ainsi que l’aménagement d’un stationnement étagé pour compenser les pertes en améliorant les accès au fleuve.

     

    Les Montréalais pourront commenter le plan préliminaire lors de séances publiques qui se tiendront du 15 au 17 juin. La version définitive du plan est prévue pour cet automne.

     

    En 2016-2017, plus de 1700 Montréalais ont participé à la première phase de consultations publiques de la Société du Vieux-Port.

    Des projets pour le Silo no 5 Depuis la fin des activités du Silo no 5 en 1995, plusieurs firmes d’architectes ont tenté de lui imaginer une deuxième vie. Rappel des différents projets.

    Créer un immense aquarium surmonté d’une piscine sur le toit (Lemoine, Lapointe, Magne).

    Construire un hôtel haut de gamme et une tour d’habitation (Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes).

    Aménager un musée d’art moderne (Cardinal Hardy).












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.