Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Pavillon Mordecai-Richler: le BIG attribue l’explosion des coûts à un manque de rigueur

    26 avril 2017 |Jeanne Corriveau | Montréal
    En 2011, l’ex-maire Gérald Tremblay avait annoncé que le pavillon défraîchi situé au pied du mont Royal serait rénové et renommé en l’honneur de Mordecai Richler.
    Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir En 2011, l’ex-maire Gérald Tremblay avait annoncé que le pavillon défraîchi situé au pied du mont Royal serait rénové et renommé en l’honneur de Mordecai Richler.

    Montréal a manqué de rigueur dans la gestion de fonds publics avec le dossier du pavillon Mordecai-Richler, dont les coûts de rénovation ont explosé pour atteindre 720 000 $, estime le Bureau de l’inspecteur général (BIG) dans son rapport annuel.

     

    Le BIG a enquêté sur ce projet qui a mis cinq ans à se réaliser. En 2011, l’ex-maire Gérald Tremblay avait annoncé que le pavillon défraîchi situé au pied du mont Royal serait rénové et renommé en l’honneur de Mordecai Richler. Les rénovations devaient coûter 378 000 $ et se terminer en 2012.

     

    Les travaux ne se sont pas déroulés comme prévu. Me Denis Gallant attribue les problèmes et l’augmentation des coûts à une « gestion discutable du projet par le Service des grands parcs »et à un manque de connaissances en rénovation patrimoniale.

     

    En cours d’exécution des travaux, du plomb a été découvert dans la charpente et, sans sonder le marché, la Ville a donné un mandat de 85 000 $ à l’entrepreneur pour la décontamination. Cette opération a mis au jour une importante détérioration du toit. Celui-ci fut alors démoli sans l’autorisation du ministère de la Culture, a-t-il souligné.

     

    « C’est un pavillon de parc, pas une centrale thermonucléaire », a commenté le conseiller de l’opposition François Limoges lors de l’assemblée du conseil municipal mardi. « Cette saga a entaché l’hommage qu’on voulait rendre à Mordecai Richler. »

     

    Denis Coderre a convenu que ce dossier n’avait pas été géré avec rigueur : « Ce n’est pas le plus beau dossier, on s’entend. Je n’étais pas content moi non plus. »

     

    Le maire a toutefois signalé que la rénovation du pavillon du parc Molson avait été fort coûteuse aussi.

     

    « On ne parle pas du tout de la même chose », a rétorqué le maire de Rosemont–La Petite-Patrie, François Croteau. La restauration du pavillon du parc Molson, qui date de 1929, a coûté 527 000 $, mais ses fondations sont en béton et il est doté d’une chambre électrique pour les spectacles, a-t-il expliqué.

     

    François Croteau reconnaît que, pour les citoyens, les coûts de telles rénovations peuvent paraître élevés. « Dans le secteur public, l’encadrement et les normes qu’on doit respecter font exploser les coûts », a-t-il dit.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.