Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    «La croix du mont Royal» revivra bel et bien au pied de la montagne

    Montréal est maintenant prête à verser une aide financière

    27 septembre 2016 |Jeanne Corriveau | Montréal
    C’est dans une ambiance plus sereine que le montage de «La croix du mont Royal» commencera mercredi près de l’intersection des avenues du Parc et des Pins. 
    Photo: Gabor Szilasi Succession Pierre Ayot SODRAC C’est dans une ambiance plus sereine que le montage de «La croix du mont Royal» commencera mercredi près de l’intersection des avenues du Parc et des Pins. 

    Après avoir retiré la subvention de la Ville de Montréal de 10 000 $, l’administration Coderre est maintenant prête à accorder cette somme pour le projet de La croix du mont Royal ou pour une autre oeuvre de Pierre Ayot. L’oeuvre créée pour Corridart sera donc installée au pied de la montagne, comme prévu, et son inauguration pourrait avoir lieu la semaine prochaine.

     

    Les instigateurs du projet, les commissaires Marthe Carrier et Nicolas Mavrikakis, ont indiqué avoir rencontré les religieuses hospitalières lundi matin afin de discuter de leurs intentions. Les religieuses étaient heureuses d’avoir plus de détails sur le projet, ont-ils relaté. « Les soeurs comprenaient mieux notre intérêt à remontrer l’oeuvre de Pierre [Ayot] et elles comprenaient que la croix pouvait avoir plusieurs portées. Elles étaient très ouvertes dans cette perspective », a expliqué Marthe Carrier.

     

    En après-midi, le maire Coderre a fait savoir qu’à la suite de cette rencontre avec les religieuses, la Ville respecterait la promesse d’une aide de 10 000 $. « Je voulais juste qu’on s’assure, quand il y a des gestes de cet acabit, qu’on puisse faire preuve de délicatesse », a-t-il dit.

     

    Ce montant sera transféré à l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal pour le projet de La croix du mont Royal ou pourrait être utilisé pour exposer une autre oeuvre de Pierre Ayot, à la place Émilie-Gamelin ou devant la Grande Bibliothèque, a-t-il suggéré.

     

    Plus tôt dans la journée, le Plateau-Mont-Royal avait annoncé que pour compenser le retrait de la subvention de la Ville, il verserait 10 000 $ pour le projet.

     

    Rappelons que La croix du mont Royal est une oeuvre créée par Pierre Ayot (1943-1995) pour l’événement Corridart en 1976 et qu’elle avait été démantelée comme les autres éléments de cette exposition sur ordre de Jean Drapeau.

     

    L’art et la liberté

     

    C’est donc dans une ambiance plus sereine que le montage de La croix du mont Royal commencera mercredi près de l’intersection des avenues du Parc et des Pins. L’inauguration de l’oeuvre pourrait avoir lieu le vendredi 7 octobre.

     

    Reste que, pour Nicolas Mavrikakis, cette controverse devrait faire réfléchir sur l’art et la notion de consensus. « Nous croyons que l’art, qu’il soit public ou pas, doit continuer d’avoir sa liberté. On ne peut pas avoir l’accord de tous pour une oeuvre d’art public. Elle sert à faire réfléchir, d’autant qu’ici, cette oeuvre n’était pas une attaque contre la religion, a-t-il expliqué. Il serait très grave et sérieux que l’art public suscite un consensus absolu. »

     

    Conjointe de Pierre Ayot et directrice de la galerie Graff, Madeleine Forcier a relaté les circonstances qui ont mené à la création de La croix du mont Royal. « Pierre m’avait dit : “Il va y avoir plein de gens qui vont venir de tous les pays et j’aimerais leur montrer un monument de Montréal qu’on ne voit plus parce que ça fait tellement longtemps qu’il est là.” […] Sa première idée, c’était de faire un stroboscope et d’avoir la croix qui s’éteint et tombe. Mais c’était pour attirer l’attention sur le monument et même le mettre en valeur. À cause de raisons techniques, ça n’a pas été possible de le faire. »

     

    « Je pense qu’on a été en face d’une situation d’incompréhension et de mauvaise communication, a-t-elle poursuivi. Souvent, les administrations sont frileuses par rapport à tout ce qui pourrait heurter la sensibilité quand on parle de religion. »

     

    L’événement La croix du mont Royal, qui doit durer neuf semaines, est organisé dans le cadre d’une rétrospective des oeuvres de Pierre Ayot qui se déroulera dans plusieurs lieux de diffusion.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.