Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Montréal

    L’usine d’ozonation en fonction à l’année

    22 septembre 2016 |Jeanne Corriveau | Montréal
    Selon la responsable du dossier de l’eau au comité exécutif, Chantal Rouleau, il s’agira de la plus grande usine d’ozonation des eaux usées au monde.
    Photo: Ville de Montréal Selon la responsable du dossier de l’eau au comité exécutif, Chantal Rouleau, il s’agira de la plus grande usine d’ozonation des eaux usées au monde.

    La nouvelle usine d’ozonation qui traitera les eaux usées de Montréal à compter de 2018 fonctionnera 12 mois par année, et non 6 mois comme prévu à l’origine, a annoncé la Ville de Montréal mercredi. Mais le projet coûtera 141 millions de plus que prévu.


    Le procédé d’ozonation permettra de réduire de façon significative la présence de bactéries, de virus et d’hormones dans les eaux usées qui sont rejetées dans le fleuve Saint-Laurent. Ainsi, les quantités d’antidépresseurs et d’anticonvulsifs baisseront de 75 % avec le nouveau traitement, a expliqué Richard Fontaine, directeur de l’épuration des eaux usées à la Ville de Montréal. Le système permettra aussi de détruire les antibiotiques et les hormones à plus de 90 %. Quant aux perturbateurs endocriniens, ils diminueront de 85 %.


    Plus cher que prévu


    Le projet prévoit la construction de quatre bâtiments industriels ainsi que l’installation d’équipements d’ozonation, mais il coûtera 351 millions, soit 141 millions de plus que les estimations faites en 2005.


    Selon Richard Fontaine, cet écart est attribuable au fait que le projet d’origine n’incluait pas certains bâtiments, ce qui a fait augmenter la facture de 67 millions. De plus, le coût de l’unité d’ozonation s’est avéré plus élevé que prévu et nécessitera un investissement supplémentaire de 40 millions, a-t-il dit.


    Ottawa et Québec assumeront 70 % de la facture, contre 30 % pour la Ville de Montréal.


    Autre emprunt


    Montréal avait déjà procédé à un règlement d’emprunt de 243,2 millions. Mercredi matin, les membres du comité exécutif ont entériné un autre règlement d’emprunt de 130 millions.


    Alors que le projet initial prévoyait que l’unité d’ozonation ne fonctionnerait que 6 mois par année, ce qui avait suscité de nombreuses critiques, il a finalement été convenu que le système serait en service 12 mois par année. « Les 6 mois correspondaient aux exigences gouvernementales pour permettre aux gens de profiter davantage du fleuve l’été. Mais la réalité, c’est que pour la santé du fleuve, il faut y aller 12 mois par année. On ne court pas de risques », a indiqué le maire Denis Coderre, en précisant qu’il s’agissait de sa décision.

    Selon la responsable du dossier de l’eau au comité exécutif, Chantal Rouleau, il s’agira de la plus grande usine d’ozonation des eaux usées au monde. La future salle des ozoneurs












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.