Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Le leader de Pegida UK tenterait de tisser des liens avec l’extrême droite canadienne

    Une allocution prévue dans un hôtel montréalais a été annulée à la dernière minute

    Ce texte a été modifié après sa publication. 

    Des éléments d’extrême droite des milieux anglophones en seraient à tenter de créer des ponts avec les groupuscules de l’extrême droite québécoise. C’est dans ce contexte que Paul Weston, le leader de Pegida Grande-Bretagne, une organisation islamophobe, se trouvait à Montréal mercredi. L’allocution prévue dans un hôtel de l’ouest de l’Île a toutefois été annulée à la dernière minute en raison de la présence de manifestants.

     

    Paul Weston est notamment le leader du UK Liberty Party, un parti politique d'extrême-droit n'ayant aucun député. En 2010, il avait été candidat de l’United Kingdom Independence Party (UKIP), quatrième parti au Royaume-Uni avec 13 % des voix également connu pour ses positions situées très à droite dans l'échiquier politique anglais. En 2012, il avait soutenu «croire que l'Islam causera encore plus de morts et de destruction en Europe au cours du XXIe siècle que le nazime et le communisme au cours du XXe». Il est à la tête de Pegida UK, une organisation islamophobe dont les racines sont en Allemagne, depuis le 4 janvier.

     

    Weston plaide vigoureusement contre l’immigration et affirme l’échec des politiques multiculturelles. L’invitation publique lancée par l’organisme Act for Canada/Agissons pour le Canada à venir entendre ce leader xénophobe affirme qu'il devait se trouver à Montréal mercredi et devrait être à Toronto jeudi.

     

    Tisser des liens ?

     

    L’annonce de la présence de Weston à Montréal a été relayée notamment par l’organisation Israel Activist Alliance et la Jewish Defense League (JDL). Cette dernière est considérée comme un groupe terroriste par le FBI.

     

    Selon Francis Boudrias Plouffe, un des membres de l'organisation de la manifestation contre la présence de Paul Weston au Canada, il s’agit en fait d’une occasion de rassemblement pour plusieurs groupuscules canadiens et étrangers en vue de fédérer des positions communes. « Ils semblent vouloir créer des liens avec Pegida Québec. »

     

    Fabienne Presentey, de Voix juives indépendantes, s’insurge, elle aussi, contre la propagation d’un tel discours haineux. « On a un centre antiradicalisation ici. Ce serait bien qu’on le voie à l’oeuvre. »

     

    Les effectifs de ces mouvements ici apparaissent difficiles à connaître avec précision, puisque l’organisation n’avance pas en plein jour. Elle se méfie apparemment désormais de l’étalage de ses intentions sur les réseaux sociaux.

     

    Les détracteurs de Pegida semblaient avoir une fois de plus réussi à faire fuir le groupe, mercredi, ou du moins à dissuader la direction de l’hôtel Ruby Foo’s d’accueillir l’événement. Un panneau annonçant l’annulation de l’événement avait été placé bien en vue, à l’entrée de l’établissement, a constaté Le Devoir mercredi soir.

     

    « J’ai pris cette décision en raison de plusieurs circonstances et sur la base des informations dont je disposais » par rapport à l’événement, a indiqué Maurice Wong Kee Song, directeur général de l’hôtel Ruby Foo’s.

     

    Près d’une vingtaine de manifestants antixénophobes et une cinquantaine de policiers étaient présents mercredi soir. M. Weston et les organisateurs de l’événement ne semblaient pas, eux, avoir tenté d’accéder au lieu prévu de la rencontre.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Populaires|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.