Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous
    Projet Énergie Est

    C’est «non», scandent les maires de la CMM

    Des politiciens de l’Ouest ont réservé un accueil glacial à cette prise de position

    22 janvier 2016 |Jeanne Corriveau | Montréal
    Denis Coderre
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Denis Coderre

    Les 82 villes de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) opposent un non catégorique au projet de pipeline Énergie Est. Le projet présente des risques qui dépassent largement ses retombées économiques, ont fait valoir les maires pour justifier leur position.

     

    En conférence de presse, les maires Denis Coderre, de Montréal, Marc Demers, de Laval, Caroline St-Hilaire, de Longueuil, ainsi que plusieurs élus de la région de Montréal, ont dit avoir adopté cette position à la lumière des commentaires entendus lors d’une consultation menée à l’automne dernier.

     

    « Le projet entraînerait la création d’une trentaine d’emplois directs pour l’ensemble du Québec pour son exploitation et des retombées fiscales d’au plus deux millions de dollars par année, a expliqué le maire Coderre. Par comparaison, le coût d’un déversement majeur dans la région métropolitaine de Montréal pourrait se situer entre un et dix milliards de dollars. »

     

    Il a aussi souligné que le pipeline, qui traversera des boisés métropolitains, des milieux humides et la zone agricole, ferait disparaître 130 hectares de couverts forestiers, soit l’équivalent de 260 terrains de football.

     

    Évaluation environnementale

     

    La CMM entend aussi demander au gouvernement fédéral de changer la loi afin d’inclure dans l’évaluation du projet une étude d’impact environnemental concernant la production des gaz à effets de serre.

     

    Tout en reconnaissant que le dernier mot ne reviendra pas aux élus municipaux, Denis Coderre croit que le message des maires sera entendu à Ottawa : « On est devenus incontournables. »

     

    La CMM défendra sa position devant le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) et devant l’Office national de l’énergie (ONE), qui devra faire ses recommandations au gouvernement fédéral.

     

    Décision saluée

     

    Les groupes environnementaux ont salué la position adoptée par les maires. Steven Guilbeault, directeur principal d’Équiterre, croit que l’opinion des maires et la mobilisation citoyenne auront du poids. Il rejette la théorie selon laquelle l’abandon du pipeline fera augmenter substantiellement le transport par train tout comme celle voulant que le transport par pipeline soit plus sécuritaire que le transport par train.

     

    La position ferme des maires devrait signer l’arrêt de mort du projet puisque le premier ministre canadien, Justin Trudeau, a déjà dit que pour aller de l’avant, les projets de pipelines devaient obtenir l’accord des communautés, a rappelé Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie chez Greenpeace.

     

    Critiques dans l’Ouest

     

    Dans l’ouest du pays, l’accueil a été glacial. Le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, s’est fait cinglant sur Twitter : « Je suis convaincu que les maires de la région de Montréal vont poliment rembourser leur part des 10 milliards de paiements de péréquation auxquels l’ouest du pays a contribué. »

     

    Le chef de l’opposition en Alberta, Brian Jean, avait aussi des reproches à faire : « Vous ne pouvez rejeter des eaux usées dans le fleuve, accepter les pétroliers étrangers et bénéficier de la péréquation, pour ensuite dire non à nos pipelines. »

     

    Des associations de gens d’affaires ont déploré la position des maires. « Le Québec ne doit pas tourner le dos à de nouveaux investissements, particulièrement au chapitre de l’énergie », avance Françoise Bertrand, la p.-d.g. de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ).

     

    TransCanada garde le cap

     

    TransCanada ne renoncera pas à son projet, a indiqué son porte-parole, Tim Duboyce. « On va prendre acte des préoccupations principales qui sont citées dans le rapport, a-t-il dit. On fera des modifications au projet s’il le faut pour faire d’Énergie Est un meilleur projet. »

     

    TransCanada a prévenu que si le projet de pipeline n’allait pas de l’avant, davantage de trains transportant du pétrole traverseraient les municipalités.

     

    Le ministre fédéral des Ressources naturelles, Jim Carr, s’est dit ouvert aux demandes des maires. « Le gouvernement entend rétablir la crédibilité des évaluations environnementales et de l’Office, en veillant à ce que les décisions soient fondées sur la science, les faits et les données probantes », a indiqué son bureau dans un courriel.













    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel