Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Projet Montréal part en croisade contre un mégacentre commercial

    10 février 2015 |Jeanne Corriveau | Montréal
    Le maire de Mont-Royal affirme qu’il ira de l’avant avec le projet « Quinze40 », à l’angle des autoroutes 15 et 40, qui prévoit la construction d’un hôtel, d’un centre de congrès et d’espaces commerciaux.
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le maire de Mont-Royal affirme qu’il ira de l’avant avec le projet « Quinze40 », à l’angle des autoroutes 15 et 40, qui prévoit la construction d’un hôtel, d’un centre de congrès et d’espaces commerciaux.

    Alors que les élus de Projet Montréal sont prêts à se lancer dans une bataille contre la construction d’un mégacentre commercial à l’angle des autoroutes 15 et 40, le maire de Mont-Royal, Philippe Roy, affirme que son administration ira de l’avant avec la modification de zonage qui permettra la réalisation du projet.

     

    « Le projet va avoir lieu. La décision politique est prise. C’est un super projet […] pour tous les gens de Montréal autant en termes de retombées économiques que de création d’emplois », a indiqué le maire Philippe Roy.

     

    Un peu plus tôt lundi, le chef de Projet Montréal, Luc Ferrandez, a dénoncé le projet de mégacentre commercial qui doit être construit à la jonction des autoroutes 15 et 40, dans un secteur industriel de Mont-Royal. Le projet du promoteur Carbonleo — qui avait réalisé le Quartier DIX30 de Brossard — prévoit la construction d’un hôtel, d’un centre de congrès et d’espaces commerciaux. Selon M. Ferrandez, le projet du « Quinze40 » aura un effet dévastateur sur l’économie montréalaise et sur la vitalité des artères commerciales qui traversent des moments difficiles.

     

    « Montréal ne peut pas se permettre d’ajouter du pied carré en ce moment ni dans la restauration, ni dans l’hôtellerie, ni dans le commerce de détail », a soutenu le maire du Plateau Mont-Royal. Projet Montréal déposera une motion le 23 février pour demander au conseil municipal de se prononcer contre le projet.

     

    Les élus de Projet Montréal ne comptent pas se limiter à cette motion. « On est un parti de militants. On va aller militer dans Ville Mont-Royal. On va aller frapper sur chaque porte. On va demander aux citoyens d’exiger un référendum et de voter contre ce projet », a expliqué Luc Ferrandez.

     

    Inquiétudes justifiées ?

     

    Les déclarations de Luc Ferrandez ont fait sourciller le maire de Mont-Royal. « Je trouve ça curieux de la part d’un maire d’arrondissement de venir dire qu’il va se mêler de la gestion d’une autre ville, a commenté Philippe Roy. J’avoue que c’est un peu cavalier. »

     

    M. Roy estime que les inquiétudes exprimées sont exagérées. « Les gens réagissent sans avoir vu le projet, a-t-il indiqué. Les gens disent que c’est un DIX30, mais ce n’est pas le cas. C’est quelque chose de très différent. Comme Montréalais, on va tous être heureux d’avoir ça en plein coeur de l’île. »

     

    Selon lui, l’offre commerciale de ce centre de divertissement ne nuira pas aux artères commerciales montréalaises. Le maire Roy n’a cependant pas voulu chiffrer le nombre d’emplois qui seront créés disant vouloir laisser le promoteur dévoiler les détails du projet lorsqu’il serait prêt à le faire.

     

    Le changement de zonage sera effectué au plus tard au début de l’été. D’ici là, des consultations publiques seront menées, a-t-il dit : « Ce que je comprends, c’est que les gens de Mont-Royal sont très favorables au projet. »

     

    Denis Coderre est demeuré prudent. « Je suis sceptique, mais je vais parler à tout le monde », a expliqué le maire qui entend rencontrer le promoteur et les représentants des artères commerciales. « Il y a déjà des centres d’achats un peu partout, dont le Marché central. Est-ce que ça aura un impact sur le centre-ville et les artères commerciales ? Je pense qu’il faut se demander si le jeu en vaut la chandelle », a-t-il expliqué.

     

    De son côté, le promoteur Carbonleo n’a pas voulu faire de commentaires.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.