Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Tensions et amertume à Outremont

    7 février 2015 |Jeanne Corriveau | Montréal
    L'hôtel de ville de l'arrondissement d'Outremont
    Photo: Michaël Monnier Le Devoir L'hôtel de ville de l'arrondissement d'Outremont

    Les esprits s’étaient un peu calmés vendredi matin lorsque les élues d’Outremont ont repris la séance du conseil d’arrondissement ajournée abruptement lundi soir après le départ de deux conseillères. Pour rétablir un semblant de paix, la majorité a convenu de reporter à une date ultérieure le dossier des voitures en libre-service qui divisait les élues.

     

    L’apparente courtoisie des échanges n’a pas dissipé l’amertume des derniers jours. La mairesse Marie Cinq-Mars en voulait encore aux conseillères Jacqueline Gremaud et Céline Forget d’avoir quitté la salle du conseil en pleine réunion lundi soir.

     

    Depuis la démission de la conseillère Lucie Cardyn en décembre dernier, les relations entre les élues d’Outremont se sont envenimées. Les élues indépendantes reprochent à la mairesse Cinq-Mars d’utiliser son vote prépondérant pour forcer l’adoption de dossiers litigieux, dont celui de l’autopartage, et de se ranger systématiquement du côté de la conseillère de Projet Montréal, Mindy Pollak, lors des votes. Une élection partielle aura lieu le 22 mars dans le district Robert-Bourassa.

     

    Si le règlement du conseil municipal de Montréal prévoit des amendes pour les élus qui ne participent pas à un vote, rien de semblable n’existe dans les arrondissements. « Mais croyez-moi, lorsque l’élection va avoir lieu, je vais proposer qu’il y ait une amende salée et sévère pour des gens qui font ça », a dit Marie Cinq-Mars.

     

    La conseillère Mindy Pollak a qualifié d’« inacceptable » l’attitude de ses deux collègues : « On s’est fait couper 20 % de notre budget. On devrait travailler ensemble pour mener la bataille contre les vrais adversaires : le maire et la réforme Coderre. »

     

    De son côté, Jacqueline Gremaud a invoqué un malaise pour expliquer son départ subit lundi : « J’ai défendu des citoyens qui ne sont pas représentés actuellement. J’aurais voulu qu’on ait la décence d’attendre l’élection. »

     

    Les échanges acrimonieux au conseil d’Outremont ont d’ailleurs valu aux élues d’être en vedette à l’émission Infoman. « Passer deux semaines d’affilée à Infoman, c’est déplorable. C’est même un peu honteux », a commenté le candidat de Projet Montréal pour l’élection partielle, Philipe Tomlinson.

     

    Jacqueline Gremaud espère que les électeurs de Robert-Bourassa choisiront le 22 mars la candidate de l’Équipe Denis Coderre, Marie Potvin, pour avoir « un lien avec la ville centre ». De son côté, Marie Cinq-Mars présente sa candidateChristine Gélinas-Elie.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.