Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    L’appui de Montréal à un déjeuner religieux dérange

    29 janvier 2015 |Jeanne Corriveau | Montréal
    Cette controverse survient alors qu’en début d’après-midi, mercredi, le maire Coderre accueillait à l’hôtel de ville une vingtaine de leaders religieux représentant les confessions chrétienne, musulmane, juive et sikhe.
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Cette controverse survient alors qu’en début d’après-midi, mercredi, le maire Coderre accueillait à l’hôtel de ville une vingtaine de leaders religieux représentant les confessions chrétienne, musulmane, juive et sikhe.

    Alors que le maire Denis Coderre recevait, mercredi à l’hôtel de ville, près d’une vingtaine de leaders spirituels de diverses confessions, des élus se questionnent sur l’appui accordé par la Ville de Montréal à un événement à caractère religieux qui réunira des gens d’affaires au printemps.

     

    Le 2 avril prochain, des dirigeants d’entreprises et « chefs de file » se retrouveront à l’hôtel Reine Élizabeth pour un « Déjeuner fraternité et prière ». L’événement est organisé par la Fondation A.D.V. dirigée par l’homme d’affaires J.-Robert Ouimet, président du conseil d’administration de Holding O.C.B. (Ouimet-Cordon Bleu), un chef d’entreprise qui n’a jamais caché sa foi catholique.

     

    La journée débutera avec un « partage de la parole de Dieu » qu’animera le cardinal Gérald C. Lacroix, archevêque de Québec. Un déjeuner suivra avec des prières, prononcées par Louis Roquet, président du CA d’Investissement Québec, et par Thomas d’Aquino, président du CA du Musée des beaux-arts du Canada. Les participants auront aussi droit aux témoignages personnels de David Johnston, gouverneur général du Canada, et de Paul Desmarais fils, président du conseil et cochef de la direction de Power Corporation.

     

    « Ces rencontres se déroulent dans la plus grande simplicité, sans table d’honneur et sans aucun applaudissement. Elles sont un témoignage discret de la confiance que nous avons en Dieu, Notre Père, notre meilleur Ami, notre Ami le plus fidèle », souligne le dépliant d’invitation.

     

    Un logo qui dérange

     

    L’événement s’appuie sur une tradition qui remonte à 1971. Au fil des ans, ces déjeuners ont notamment été coprésidés par les ex-maires Jean Drapeau et Gérald Tremblay. « En l’absence de Denis Coderre », le président du comité exécutif, Pierre Desrochers, sera présent le 2 avril prochain.

     

    L’invitation, qui a été envoyée aux élus municipaux, arbore le logo de la Ville de Montréal, ce qui dérange plusieurs d’entre eux. « On est censé avoir une séparation entre l’Église et l’État dans notre système démocratique », estime le conseiller de Projet Montréal Alex Norris. « Il est totalement inapproprié que le logo de la Ville soit utilisé pour promouvoir un événement à caractère religieux. Tout élu a le droit de participer à une activité religieuse et d’afficher sa foi à titre personnel, mais pas au nom de la municipalité », dit-il.

     

    Au cabinet de Denis Coderre, on signale que la Ville de Montréal ne verse pas de contribution financière pour cet événement, mais qu’on ne voyait pas d’inconvénient à ce que son logo soit utilisé. L’association entre la Ville et la fondation s’inscrit dans une tradition qui remonte à plusieurs décennies, a-t-on fait valoir. « L’utilisation du logo a été autorisée parce que M. Desrochers participe à la rencontre, mais il n’y a pas de financement par la Ville de Montréal », a expliqué Catherine Maurice, attachée de presse du maire Coderre.

      

    « Ce n’est pas une commandite », confirme Lorraine Felton, une bénévole de la Fondation A.D.V., au sujet du logo de la Ville de Montréal. « La Ville nous a donné l’autorisation [d’utiliser le logo], mais [l’événement] n’a rien à voir avec la Ville de Montréal », a-t-elle reconnu.

     

    À l’instar d’Alex Norris, la conseillère indépendante d’Outremont, Céline Forget, trouve inapproprié que la Ville soit associée à l’événement. Selon elle, la présence du logo de la Ville prête à confusion, d’autant que l’invitation n’explique pas clairement le rôle joué par la Ville ni ce qu’est la Fondation A.D.V. « Je trouve qu’une ville doit faire attention à l’utilisation de son logo. Il ne s’agit pas nécessairement d’une mauvaise fondation, mais ça n’a rien à voir avec la Ville de Montréal. »

     

    Symbole

     

    Cette controverse survient alors qu’en début d’après-midi, mercredi, le maire Coderre accueillait à l’hôtel de ville une vingtaine de leaders religieux représentant les confessions chrétienne, musulmane, juive et sikhe. Le maire a soutenu que dans la foulée des gestes de violence commis en France, notamment à Charlie Hebdo, il importait de présenter un front uni pour dénoncer l’intégrisme et le fanatisme. « C’est un symbole très important », a-t-il dit à l’issue de la rencontre.

     

    Un comité informel sera mis sur pied pour maintenir la communication entre la Ville et les leaders religieux et deux ou trois rencontres auront lieu chaque année, a expliqué M. Coderre. Montréal n’est pas à l’abri des attentats, a reconnu le maire. « Mais on n’est pas en mode panique. On est en mode communication et ouverture », a-t-il affirmé.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.