Un nouveau pont aux lignes sobres

Le nouveau pont sera doté de haubans dans la section qui surplombe la Voie maritime du Saint-Laurent.
Photo: Source Transport Canada Le nouveau pont sera doté de haubans dans la section qui surplombe la Voie maritime du Saint-Laurent.

Élégant et simple. Voilà comment les architectes qui ont dessiné le futur pont Champlain ont décrit leur œuvre vendredi matin lors de la présentation des premières images de l’ouvrage qui reliera Montréal à la Rive-Sud en 2018.

Long de 3,4 kilomètres, le nouveau pont sera doté de haubans dans la section qui surplombe la Voie maritime du Saint-Laurent. Son tracé suivra une courbe vers l’ouest à l’approche de Montréal. À partir de la Rive-Sud, le pont comportera une pente ascendante qui, à mi-chemin, se transformera en légère descente, ce qui permettra aux automobilistes qui l’empruntent d’avoir une vue imprenable sur Montréal, a expliqué l’architecte danois Poul Ove Jensen, mandaté par le gouvernement fédéral pour concevoir le design du futur pont.

« Ce sera un pont dont les Montréalais seront fiers », a soutenu M. Jenson, qui croit que le futur pont aux lignes sobres a le potentiel de devenir un emblème pour Montréal et qu’il sera aisément reconnaissable.

Le partenaire privé sera libre de décider des matériaux utilisés pour ce pont, dont la durée de vie a été fixée à 125 ans. Le constructeur pourrait opter pour le béton ou l’acier, avance Claude Provencher, de la firme montréalaise Provencher Roy + associés, qui a épaulé M. Jensen.

Les piliers en forme de Y, implantés tous les 74 mètres, supporteront trois tabliers distincts, soit deux pour la circulation automobile et un au 
centre pour le transport en commun. Le pont sera également doté d’une piste cyclable.
Sur la vidéo présentée en conférence de presse, des 
autobus circulent sur les voies centrales, mais le ministre de l’Infrastructure, Denis Lebel, soutient que ce tablier pourra accueillir un système léger sur rail (SLR) si Québec choisit ce mode de transport.

Expropriations ?

Le nouveau pont sera construit en partenariat public-privé (PPP) à un coût pouvant atteindre 5 milliards de dollars. Six consortiums formés d’entreprises canadiennes et internationales ont répondu à l’appel de qualification qu’avait lancé le gouvernement fédéral, a indiqué le ministre Lebel. Au cours des prochaines semaines, trois consortiums seront choisis pour participer à l’appel de propositions. Au sein de ces consortiums, on compte plusieurs entreprises québécoises, dont SNC-Lavalin, Groupe Hexagone et Dessau.

Pour construire le pont, le gouvernement devra procéder à l’acquisition de plusieurs terrains, dont la grande majorité sont déjà de propriété publique et appartiennent à la Ville de Montréal ou au gouvernement du Québec. Seize propriétés privées comportant des résidences pourraient toutefois être expropriées. Le ministre a indiqué que des discussions avaient commencé avec les propriétaires, car le gouvernement souhaite faire l’acquisition de ces terrains par la voie de négociations. Ces propriétés sont situées sur le territoire de l’arrondissement de Verdun, le long de l’autoroute 15.

Denis Lebel a toujours dit que le nouveau pont ne s’appellerait pas Champlain, mais aucun nom n’a encore été retenu. « On n’est pas rendus là encore », a-t-il indiqué, en précisant que le nom de Maurice Richard lui avait souvent été suggéré. « Je ne veux pas soulever de polémique », a-t-il ajouté.

« Le dossier avance »

Les membres du comité d’experts qui avait été créé pour s’assurer de la qualité architecturale du futur pont ont apprécié les esquisses présentées vendredi. Ce comité regroupait des représentants d’Héritage Montréal, de Mission Design, de l’Ordre des architectes du Québec, de l’Ordre des ingénieurs du Québec et de la Ville de Montréal. « Ce pont, s’il est bien réalisé, a le potentiel de devenir une entrée de ville remarquable, durable et représentative des valeurs du milieu », ont-ils indiqué.

Pour sa part, le maire Denis Coderre s’est dit satisfait de voir que « le dossier avance ». Pour ce qui est de la proposition architecturale, il s’est limité à dire que « c’est maintenant aux citoyens d’apprécier la proposition qui est sur la table ».
 

58 commentaires
  • Sylvain Rivest - Inscrit 27 juin 2014 11 h 02

    pourquoi laisser ça dans les mains du canada?

    Québec aurait dû prendre le dossier en main et le donner à Hydro Québec.
    On aurait pu faire un barrage hydro électrique avec turbinnes qui fonctionne avec les marées. Et le transport maritime se serait arrêté à Montréal.

    • Jacques Gagnon - Inscrit 27 juin 2014 14 h 41

      Excellente idée qui nous ramène à un fait que notre courte mémoire a enterré : la voie maritime du Saint-Laurent, entièrement conçue pour que l'Ontario et l'ouest se développent à nos dépends.

    • Sol Wandelmaier - Inscrite 27 juin 2014 16 h 51

      @ M. Rivest...Avez-vous demandé à Hydro-QC ou au gouvernement du QC s'isl ont 5-6 milliards de dollars cash à dépenser dans ce projet?

    • Gilles St-Pierre - Abonné 27 juin 2014 19 h 42

      @ Mme Sol Wandelmaier : serait-ce que vous vous imaginez que ce pont est un cadeau d'Ottawa?

      Voyons donc, si nous cessions d'envoyer notre argent au fédéral nous n'aurions aucun problème à nous payer ce pont et ce, sans à avoir à se mettre à quatre pattes devant le fédéral; cet argent nous revient car c'est tout simplement le nôtre. Incroyable de s'imaginer qu'Ottawa nous donne cet argent, quelle mentalité de colonialiste qui persiste encore chez nous.

    • Louis Huot - Inscrit 27 juin 2014 23 h 04

      Beau pont. Construction très rapide. Efficacité du fédéral. Rien de comparable avec les atermoiements du provincial.

      Finalement, les péquistes ont bien raison: il y a trop de gouvernements au Canada. Mais c'est le provincial qu'il faut abolir. Ah! Ah!

    • Nicole Ste-Marie - Abonnée 28 juin 2014 08 h 20

      @ Mme Sol Wandelmier:
      Rappelons-nous que notre consommation annuelle d'électricité, à tous et chacun, est frappé de 5% de la TPS.
      Lorsque les Québécois réaliserons la manipulation fiscale dont nous sommes sujet. Aussi ils constateront combien de ponts nous aurions pu entretenir et construire.
      Si toute fois Ottawa trouve que le Québec lui est trop dispendieux, il a la solution en main.

    • Sol Wandelmaier - Inscrite 29 juin 2014 10 h 37

      Messieurs et madame ci-dessus..Vous avez l'option de racheter le vieux pont Champlain du Fédéral et le construire à vos frais...sans péage!
      Je suis sûre que Harper serait ouvert à cette option...

      @ M. Saint-Pierre...Les 44 milliards envoyés à Ottawa devraient servir d'abord à recréer tous les services, programmes, ministères, postes, banque centrale, postes douaniers etc etc...Je ne crois pas qu'il resterait des surplus pour construire des ponts après qu'on ait réparé toutes les infrastructures déjà existantes....

      Une vérité (à quelques rares exceptions près): quand un couple divorce, les deux parties sont plus pauvres...

    • Sol Wandelmaier - Inscrite 29 juin 2014 10 h 38

      @M. Huot..Vous avez le sens de l'humour!

    • Marc G. Tremblay - Inscrit 29 juin 2014 16 h 22

      M'ENFIN !
      Pourquoi ne pas se réjouir lorsqu'on annonce une belle et bonne nouvelle ?

    • Denis Hébert - Inscrit 29 juin 2014 23 h 57

      «(...)avec turbinnes qui fonctionne avec les marées (...)»

      C'est vrai que les marées sont très importantes à Montréal...

  • François Dugal - Inscrit 27 juin 2014 11 h 49

    Le pont de l'Île Perrot

    Il y a déjà eu un pont haubanné à l'Île Perrot; il n'a pas duré 30 ans.

    • Simon Chamberland - Inscrit 27 juin 2014 14 h 55

      Ce pont a été conçu avant que des ordinateurs assez puissants existent pour calculer les tensions requises dans chaque corde. Ce n'est pas comparable.

    • Olivier Lamarche - Inscrit 27 juin 2014 21 h 26

      Ah c'est sûr que s'il y a eu un pont haubanné qui a duré que 30 ans à l'île Perrot, on devrait abolir ce type de pont...

    • François Dugal - Inscrit 27 juin 2014 22 h 06

      Monsieur Chamberland,mis c'est l'un des fleurons de l'ingénierie québécoise qui programme ces soi-disants ordinateurs, le pont va tomber illico.

    • Simon Chamberland - Inscrit 28 juin 2014 08 h 27

      M. Dugal,

      La qualité du travail de nos ingénieurs est, règle générale, remarquable. Que les partis politiques aient fait de l'extorsion auprès des firmes d'ingénieurs est une chose et les designs en sont une autre.

      Depuis quelques temps, c'est à la mode de critiquer les ingénieurs. Beaucoup de jalousie qui a fermenté durant des années ressort, mais ceux et celles qui se dirigent en sciences pures et ensuite en génie sont nos plus brillants esprits et le démontrent régulièrement.

    • François Dugal - Inscrit 28 juin 2014 12 h 10

      Monsieur Chamberland, si le travail des ingénieurs québécois est "remarquable", pourquoi alors les ponts tombent-ils, pourquoi les viaducs s'effritent-ils, pourquoi nos routes se désagrègent-elles. Cela n'a rien à voir avec la politique.
      Le pont du Gard est debout depuis 2 000 ans: pas d'ordinateurs, pas de SNC-Lavallin, pas de PPP, juste de l'ouvrage bien faite.

    • Simon Chamberland - Inscrit 28 juin 2014 14 h 56

      Beau sophisme M. Dugal,

      Des ponts tombent. Remarquez la différence entre le mot «des» et le mot «les» que j'emploie et des routes se déagrègent.

      Les contraintes ne sont pas les même qu'à l'époque romaine pas plus que l'usage. Pourtant, même à l'époque romaine des structures s'effondraient. Sinon, le bassin méditerranéen serait couvert de ponts romains que nous utiliserions encore aujourd'hui. Au fait, quand vous allez à Rome, pouvez-vous louer un appartement dans une insula ? Selon votre raisonnement, ça devrait, elles furent construites par milliers.

      Quand on fonctionne par sophisme, on peut se croire drôle, mais les rires déclenchés sont trop souvent de la dérision plus que de l'acceptation. À méditer !

    • François Dugal - Inscrit 28 juin 2014 22 h 02

      Monsieur Chanberland, quand je roule sur les routes québécoises, je ne trouve rien de drôle.
      A part le pont Champlain, il y a le pont Mercier et l'échangeur Turcot qui sont en piteux état.
      Et que dire de l'échangeur du rond point Dorval que l'on mettra 10 ans à construire; le plan original passait à travers un hôtel, oups. Et que pensez-vous de l'échangeur Rockland inondé en cas de forte pluie? Quel ingénierie "remarquable"!

    • Simon Chamberland - Inscrit 29 juin 2014 19 h 49

      M. Dugal,

      Le Québec compte des milliers de viaducs, des dizaines d'échangeurs, des dizaines de milliers de ponceaux et des centaines de ponts.

      Peut-être que dans votre tête ça sonnait drôle et que vous aimez les commentaires condescendants, mais la réalité, c'est que la très vaste majorité des ouvrages résistent très bien.

      Même pour Champlain, un ouvrage conçu par des ingénieurs européens, a résisté malgré un achalandage bien plus grand que ce pourquoi il a été prévu. Tant en nombre de passage qu'en masse des véhicules.

      Les sophismes, ça ne permet pas d'avancer. Surtout quand ils sont démolis.

      Pour votre question, les problèmes de l'échangeur Rockland sont réglés depuis quelques années.

    • Denis Hébert - Inscrit 29 juin 2014 23 h 55

      Le Ministèere des Transports fonctionnenet avec deux budgets distincts. Un pour la construction, l'autre pour l'entretien, or le budget de l'entretien est pratiquement gelé depuis plusieurs années et l'on continue à construire de nouvelles infrastrucutres. Celles-ci lors qu'elles sont terminées passent dans le budget «entretien». Le MTQ doit donc réparer plus de routes, ponts, viaducs... avec le même budget d'il y a pplusieurs années. Pas étonnant que certaines infrastructures soient négligées.

  • J-Paul Thivierge - Abonné 27 juin 2014 12 h 14

    pour l'avenir

    Comme New-York a gardé ses structutres aériennes pour en faire des parcs linéaires il serait souhaitable que certaines sections du vieux pont soit converi en parcs linéaires au lieu d'être démolies à grands frais.

  • Patrice Dionne - Abonné 27 juin 2014 12 h 49

    J'adore cette photo (enfin cette simulation)!

    Il n'y a presque plus de circulation! Est-ce que c'est l'effet du péage ou bien est-ce qu'on prévoit que les transports en commun deviendront le mode préféré de transport des banlieusards! GROS RIRES!

  • Richard Aubé - Inscrit 27 juin 2014 13 h 14

    Très élégant, mais...

    J'apprécie la sobriété de cette nouvelle proposition. Au visionnement de la vidéo, je constate cependant que la piste cyclable semble bien étroite... Et quelle ineptie encore une fois de partager la voie entre piétons et cyclistes... N'apprend-on rien des expériences passées!

    • Simon Chamberland - Inscrit 27 juin 2014 14 h 57

      Les piétons ont déjà la manie de marcher en plein milieu des pistes cyclables, ça ne changera pas beaucoup, nous, les cyclistes, sommes déjà habitués à zigagguer entre les marcheurs et leurs chiens.

    • Jérémie Forget - Inscrit 27 juin 2014 15 h 17

      Bien dit !

    • Richard Aubé - Inscrit 27 juin 2014 17 h 15

      Bien justement, voilà pourquoi il faut tenir les deux à l'écart l'un de l'autre!

    • Simon Chamberland - Inscrit 27 juin 2014 21 h 58

      M. Aubé, ma réponse était sarcastique.

    • Jean Boucher - Inscrit 28 juin 2014 09 h 00

      Vu cette semaine - pas encore terminée - par un témoin oculaire. Evidemment, nouveau pont comme ailleurs, c'est jamais la faute des cyclistes dont 80% ne respectent pas les Arrêts peu importe les conséquences - qui peuvent être très graves - . A ce que je sâche vous n'avez pas encore de carosserie pour vous protéger, comme les nombreux automobilistes qui conduisent plus avec leurs pieds qu'avec leur têtes. Attention : faut pas trop compté sur ces derniers. Vous êtes aussi sinon davantage responsables de vos actes pcq plus fragiles.

    • Simon Chamberland - Inscrit 28 juin 2014 14 h 58

      M. Boucher,

      Peut-être que 80 % des cyclistes ne font pas d'arrêt complet, ce qui semble être la proportion d'automobiliste qui ne s'arrêtent pas au complet non plus. Par contre, la proportion d'automobilistes qui ne respectent pas les limites de vitesse atteint bien près de 100 %, et c'est nettement plus dangereux.