Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!
    Montréal

    Bixi restera dans des mains québécoises

    12 avril 2014 |Jeanne Corriveau | Montréal
    L’offre de dernière minute de la société américaine Reqx Ventures, qui proposait 1,45 million de dollars de plus, a été rejetée par le juge étant donné que les délais étaient expirés.
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir L’offre de dernière minute de la société américaine Reqx Ventures, qui proposait 1,45 million de dollars de plus, a été rejetée par le juge étant donné que les délais étaient expirés.

    Bixi International restera entre les mains d’intérêts québécois. Les actifs internationaux de la Société de vélo en libre-service (SVLS) ont été vendus à l’homme d’affaires québécois Bruno Rodi pour 4 millions de dollars, le tribunal ayant rejeté, vendredi, l’offre tardive de l’entreprise américaine Reqx Ventures qui proposait de verser 1,45 million de plus.

    Reqx, une société d’investissement basée à New York, avait demandé vendredi matin à la Cour supérieure de considérer son offre d’achat malgré l’entente déjà conclue entre Bruno Rodi et le syndic de faillite RSM Richter.
     
    Dans une offre de dernière minute déposée jeudi soir, Reqx promettait 5,45 millions pour faire l’acquisition de Bixi International. Mais le juge Martin Castonguay a balayé l’offre de Reqx parce que l’entreprise n’avait pas respecté les délais fixés dans le cadre du processus d’appel de propositions.
     
    Considérer cette offre aurait forcé la reprise de tout le processus, ce qui aurait occasionné des délais supplémentaires dans la conclusion d’une transaction, a fait valoir le juge Castonguay. Or, chaque semaine de retard coûte 250 000 $ à la SVLS.

    Quatre soumissions

    Lorsque la SVLS s’était placée sous la protection de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité en janvier dernier, Bixi International avaient été mis en vente. Reqx Ventures faisait partie des quatre soumissionnaires, mais sa proposition avait été rejetée faute d’avoir respecté toutes les conditions requises, dont celle ayant trait à un dépôt de 10 % du prix d’achat.
     
    Le syndic Richter s’est alors tourné vers le 2e proposant, l’homme d’affaires Bruno Rodi, qui offrait 4 millions comptant. La proposition ayant été jugée conforme, les deux parties ont signé une entente mercredi soir. Entrepreneur et investisseur, M. Rodi est propriétaire de Rodi Design, une entreprise de conception et de fabrication de meubles dont le siège social est situé à Longueuil.
     
    Étant le principal créancier de la SVLS après qu’elle eut accordé un prêt de 37 millions en 2011, la Ville de Montréal pourra toucher les revenus de la vente conclue avec Bruno Rodi.
     
    M. Rodi n’était pas présent au palais de justice vendredi. « Il est dans l’océan Indien sur une chaloupe », a indiqué Me Sarto Blouin, qui a agi à titre de négociateur pour l’homme d’affaires dans ce dossier. Me Blouin n’a pas voulu commenter davantage.
     
    La décision de la cour permettra de dissiper l’incertitude entourant la relance de Bixi à l’étranger, estime le chef de la restructuration à la SVLS, Dominic Deveaux. Quant à la soixantaine d’employés de Bixi, Bruno Rodi pourrait décider de les embaucher, a-t-il dit.

    Saison 2014
     
    La semaine prochaine, le tribunal devra par ailleurs donner son aval à la cession des activités locales de Bixi à la Ville de Montréal. Des fournisseurs auraient déjà annoncé leur intention de contester ce transfert, a indiqué M. Deveaux qui croit que la saison 2104 de Bixi à Montréal pourra quand même commencer le 15 avril comme prévu.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel