Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Montréal veut devenir la ville la plus intelligente au monde en 2017

    27 mars 2014 |Jeanne Corriveau | Montréal
    Quatre axes ont été déterminés, dont la libération massive de données, le développement de plateformes Web, le déploiement d’infrastructures de réseaux sans fil et le développement de systèmes intelligents de gestion.
    Photo: Associated Press Silvia Izquierdo Quatre axes ont été déterminés, dont la libération massive de données, le développement de plateformes Web, le déploiement d’infrastructures de réseaux sans fil et le développement de systèmes intelligents de gestion.

    En 2017, Montréal sera la ville la plus intelligente du monde. Tel est l’objectif visé par Harout Chitilian, responsable du dossier au comité exécutif de la Ville, qui a annoncé mercredi la création du Bureau de la Ville intelligente et numérique promis en campagne électorale par Denis Coderre.

     

    Le comité exécutif a donné son aval à l’octroi d’un budget de 400 000 $ pour la mise en place du bureau, qui aura pour mission, au cours des prochains mois, d’élaborer une stratégie pour engager Montréal dans une révolution numérique.

     

    Quatre axes ont été déterminés, dont la libération massive de données, le développement de plateformes Web, le déploiement d’infrastructures de réseaux sans fil et le développement de systèmes intelligents de gestion dans des domaines comme le transport ou l’environnement.

     

    Le bureau comptera un chef de service — qu’il faudra recruter — et trois employés.

     

    Pour l’instant, M. Chitilian ne peut préciser les investissements qui seront requis pour propulser Montréal au sommet du palmarès des villes intelligentes. Il croit que plusieurs projets pourraient être réalisés à même les budgets des différents services, d’autres avec des partenaires externes. « Il faut donner la chance au bureau de faire l’inventaire des initiatives actuelles et de conclure des partenariats », a-t-il fait valoir.

     

    Harout Chitilian reconnaît par ailleurs que la structure de gouvernance de la Ville, avec ses 19 arrondissements, représente un défi qu’il faudra surmonter. Il a cité l’exemple du nouveau système de radiocommunications SERAM qui sera utilisé par les policiers et les pompiers, mais qui n’obtient pas l’adhésion de tous les arrondissements.

     

    Des doutes

     

    Le conseiller Marc-André Gadoury croit qu’il sera ardu de faire de Montréal la ville la plus intelligente de la planète en trois ans. « Il m’est difficile de remettre en cause des buts audacieux parce que j’aime l’audace en général. Mais dans ce cas-ci, je suis un peu sceptique face au peu de moyens qu’on semble vouloir déployer pour réaliser cette ambition », explique-t-il.

     

    Selon lui, l’administration devra engager rapidement des discussions avec les arrondissements pour les convaincre d’adhérer au projet.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel