Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Élections du 3 novembre - Pour Bergeron

    Les élections municipales de ce dimanche au Québec seront l’occasion pour plusieurs municipalités de tourner la page sur un chapitre sombre de leur histoire. Les regards se porteront tout particulièrement vers Montréal, qui encore plus que les autres a besoin de dirigeants qui sont d’une totale intégrité et qui ont une vision de l’avenir de la métropole.

     

     

    Montréal va mal, dit-on. Il est vrai que la métropole a pris du retard sur le plan économique sur les autres grandes villes canadiennes. Toronto la devance largement, mais aussi Vancouver, Calgary. Il faut toutefois nuancer. Montréal a été dans bien pire situation qu’aujourd’hui. Au lendemain des Jeux olympiques de 1976, après la grande fête, il fallut payer la note qui prit la forme d’un ralentissement économique et d’une montée catastrophique du chômage. Mais les Montréalais se sont relevés. Un groupe de travail arc-en-ciel présidé par Laurent Picard fut chargé de redéfinir l’avenir de Montréal. Il produisit en 1986 un rapport marquant. On lui doit ce que sont aujourd’hui les lignes de force de Montréal, la haute technologie, le pharmaceutique, l’aéronautique, le commerce international.

     

    Le pire n’est jamais certain. Montréal peut sortir de sa morosité pour peu que la communauté montréalaise se mobilise à nouveau. Pour donner cette nouvelle impulsion au développement de la métropole que tous souhaitent, le prochain maire et le prochain conseil municipal auront un rôle déterminant pour engager, comme dans les années 1980, un effort concerté de tous les gouvernements et de tous les groupes qui forment le tissu montréalais, ce qui comprend autant la communauté d’affaires que les groupes sociaux et culturels. Ceux-ci attendent d’ailleurs depuis longtemps qu’on les mobilise.

     

    L’enjeu premier de cette élection est de mettre fin à la paralysie dont souffre l’Hôtel de Ville. Le prochain conseil doit redonner à l’administration montréalaise son autorité et son pouvoir. Ou en d’autres mots, cette élection doit mettre en place un conseil capable de reconstruire tout ce que ses prédécesseurs ont démoli : la réputation de la Ville, son intégrité et sa moralité, le professionnalisme et la productivité de son appareil administratif. Le chantier est immense, et c’est sans compter tous les travaux à entreprendre pour donner aux Montréalais les services auxquels ils ont droit.

     

    Les Montréalais auront ce dimanche un choix plus grand que jamais. Parmi les quelque 400 candidats qui se disputent les postes de conseillers se trouvent beaucoup de candidatures nouvelles. L’élection de nouveaux venus est souhaitable, car c’est en faisant du passé table rase que nous pourrons rétablir l’image d’intégrité des élus. Si on veut tourner la page sur ce chapitre douloureux de l’histoire de Montréal, la rupture avec le conseil de l’époque Tremblay-Zampino-Applebaum se doit d’être nette.

     

    À la mairie, les candidatures se sont aussi multipliées, mais on n’y trouve pas ce candidat idéal, ce Jean-Paul L’Allier ou ce Michael Bloomberg qui aurait donné à Montréal l’élan que tous espèrent. Ne déconsidérons pas toutefois ceux et celles qui se sont engagés à servir leurs concitoyens, peu importe qu’ils l’aient fait par ambition de faire carrière politique ou par désir de défendre une vision de l’avenir de leur ville.

     

    ***

     

    Ces deux mots, « ambition » et « vision », sont ceux qui permettent le mieux de départager les quatre candidats en tête de la course à la mairie. L’ambition est ce qui a motivé les candidatures de Mélanie Joly et de Denis Coderre. Tous deux voient la politique comme une carrière, ce qui est en soi honorable, mais retenons que c’est essentiellement ce qui les motive. M. Coderre rêvait au poste de premier ministre du Canada, mais s’est replié vers ce second choix qu’est Montréal. Mélanie Joly s’en défend, mais elle est portée par le désir de se faire un nom en politique. Notons que l’ambition ne doit pas être un mauvais moteur puisque ce sont ces deux candidats qui sont en tête.

     

    Mélanie Joly a mené une campagne exceptionnelle. Elle a apporté à la campagne électorale. Elle a séduit beaucoup d’électeurs par sa fraîcheur. Mais lui confier les clés de l’Hôtel de Ville serait le début d’une aventure périlleuse que Montréal n’a pas le luxe de se payer. Il faut y résister. À côté d’elle, le populiste Denis Coderre est une valeur sûre en raison de son expérience, mais son intérêt soudain pour Montréal doit donner à réfléchir. Sans doute saurait-il être un bon gestionnaire au quotidien, mais il n’a pas su proposer durant la campagne cette vision de l’avenir de Montréal que l’on attendait de lui. En choisissant de s’appuyer sur les dépouilles d’Union Montréal pour constituer son équipe, il représente la continuité avec la gestion passée de la Ville plutôt qu’une rupture nécessaire.

     

    À l’inverse, Richard Bergeron et Marcel Côté recherchent le pouvoir pour mettre en oeuvre des projets. Ils ont tous deux une compréhension des problèmes de Montréal et une vision de ce que devrait être son avenir, fruit de leur engagement personnel et professionnel dans cette ville, le premier en militant dans le parti Projet Montréal qu’il a créé il y a dix ans, et le second par une présence active au sein de la communauté montréalaise, celle des affaires et celle de la culture. Le projet de Richard Bergeron en est un de développement durable. Il cherche à construire une ville moderne. Pour sa part, Marcel Côté propose plutôt la rigueur. Avec lui, on mettra l’administration montréalaise en ordre, ce qui est un passage obligé pour éloigner la collusion qui, ces dernières décennies, s’était glissée dans les failles du système. On le conçoit bien, la reconstruction de Montréal doit commencer par les fondations.

     

    Mais l’élément clé pour diriger Montréal est d’abord la capacité à exercer un leadership. Ce facteur outrepasse les programmes, qui souvent se rejoignent. C’est d’autant plus important que le prochain maire n’aura vraisemblablement pas de majorité au conseil. Le prochain maire devra créer des consensus et, le cas échéant, savoir trancher. À cet égard, Richard Bergeron et Marcel Côté se qualifient mieux que Mélanie Joly et Denis Coderre pour occuper le fauteuil de premier magistrat.

     

    De Marcel Côté et Richard Bergeron, c’est ce dernier qui nous apparaît le mieux préparé pour diriger Montréal. Il manque à M. Côté cette expérience directe de la politique municipale qu’a acquise pour sa part le chef de Projet Montréal au cours de ses huit années au conseil municipal et par la direction d’un parti, ce qui lui a donné une connaissance directe des enjeux qui sont ceux de Montréal et des rouages de l’appareil administratif. Lui-même et son parti offrent par ailleurs une garantie d’intégrité exceptionnelle. Nous avons plusieurs fois critiqué dans cette page M. Bergeron pour ses positions trop militantes. Nous souhaitons que s’il est élu maire de Montréal, il sache s’élever au-dessus des enjeux partisans et être le maire de tous les Montréalais.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.