Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Michel Brûlé ne fera plus cavalier seul

    L’éditeur fonde le parti Intégrité Montréal

    19 septembre 2013 |Karl Rettino-Parazelli | Montréal

    Le candidat à la mairie Michel Brûlé ne lancera pas sa campagne électorale en solitaire. L’éditeur a présenté mercredi soir les candidats et la plateforme de son nouveau parti politique, Intégrité Montréal.

     

    Le fondateur des éditions des Intouchables a d’abord annoncé au début du mois de juillet qu’il briguerait la mairie comme indépendant. Ignoré lors du premier débat entre candidats organisé le 16 août dernier, il a décidé de changer son fusil d’épaule. « Je pense que les médias établissent les règles du jeu et on doit les suivre. Quand j’ai vu qu’on ne donnait pas de visibilité aux candidats indépendants, je me suis dit qu’il fallait que je forme une équipe. »

     

    Le parti Intégrité Montréal, actuellement en cours d’autorisation par le Directeur général des élections, regroupe pour l’instant 14 candidats aux postes de conseiller de ville ou de maire d’arrondissement.Parmi eux, un chauffeur d’autobus, un écrivain, un cuisinier, une ingénieure : « monsieur-madame Tout-le-Monde, explique M. Brûlé. Nous sommes pour un Montréal français, cosmopolite, laïque et intègre. L’intégrité, c’est nous », ajoute-t-il d’un ton solennel. Il invite d’ailleurs tous les citoyens qui ont soif de changement à se joindre à son équipe.

     

    Des GPS pour les vélos

     

    Le chef du nouveau parti ne manque pas d’idées pour Montréal. S’il est élu, Michel Brûlé s’engage notamment à centraliser le pouvoir et simplifier le processus d’appels d’offres. Il veut éliminer les mairies d’arrondissement et faire passer le nombre d’élus de 103 à 31. « Les gens veulent que les élus prennent des décisions et agissent au lieu de faire les clowns dans des Parlements ou des enceintes quelconques. »

     

    Il en a contre « l’establishment financier », qui guide selon lui les décisions de la Ville. «Montréal a besoin d’un maire qui a les deux mains sur le volant. Une main à gauche et une main à droite. En ce moment, il y a juste une main à droite», illustre-t-il.

     

    Michel Brûlé souhaite également accorder une grande place à la culture et l’art public. Il approuve l’instauration de péages sur les ponts de la métropole et promet que les étudiants, les aînés et les parents accompagnés de jeunes enfants auront accès gratuitement au réseau de transport en commun.

     

    Sous une administration Brûlé, tous les vélos seraient munis d’un GPS pour éliminer les vols et 1000 kilomètres de routes seraient remis à neuf chaque année. « Je crois vraiment en mes chances, insiste le coloré éditeur. J’arpente les rues depuis deux mois et demi, je rencontre 200 personnes par jour et les gens me disent qu’ils en ont ras le bol. »













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.