Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Élections municipales montréalaises - Les candidats à la mairie courtisent les cyclistes

    23 juillet 2013 |Marco Fortier | Montréal
    Le réseau cyclable de Montréal s’est beaucoup développé, ces dernières années, et la métropole est aujourd’hui considérée comme la meilleure ville cycliste en Amérique du Nord.
    Photo: Jacques Grenier - Le Devoir Le réseau cyclable de Montréal s’est beaucoup développé, ces dernières années, et la métropole est aujourd’hui considérée comme la meilleure ville cycliste en Amérique du Nord.
    Les candidats à la mairie de Montréal courtisent assidûment les cyclistes, qui forment pour la première fois un groupe de pression incontournable dans une campagne électorale au Québec.

    Aménagement de nouvelles pistes cyclables, campagne de sensibilisation contre l’ouverture intempestive de portières, déneigement de voies cyclables en hiver, et ainsi de suite : les partis municipaux rivalisent d’imagination pour obtenir l’appui des adeptes du vélo. Montréal est considérée comme la meilleure ville cycliste en Amérique du Nord, avec plus de 900 000 adeptes du deux-roues, et ça se reflète sur le terrain politique.

     

    L’ancien journaliste Philippe Schnobb, candidat de l’Équipe Denis Coderre, a rencontré la semaine dernière un groupe informel de cyclistes de la Coalition vélo de Montréal pour sonder leurs besoins. Équipe Coderre fera une place importante au vélo dans sa plateforme électorale, indique M. Schnobb, qui se déplace sur deux roues été comme hiver. « C’est clair qu’il y a de plus en plus de cyclistes et un lobby du vélo à Montréal. Tant mieux », dit le responsable des transports au sein d’Équipe Coderre. Il est candidat au poste de conseiller dans le district Saint-Jacques, au centre-ville de Montréal.

     

    Plateforme ambitieuse

     

    Le parti Projet Montréal, de Richard Bergeron, prépare de son côté une plateforme ambitieuse pour encourager les déplacements à vélo. Une version préliminaire du programme « vélo » du parti, obtenue par Le Devoir, met de l’avant une vingtaine de propositions.

     

    « Il faut augmenter la sécurité et la fluidité des déplacements à vélo », dit Magali Bebronne, coauteure du programme cycliste de Projet Montréal. Elle fait partie d’un groupe informel de cyclistes très actif à Montréal, été comme hiver.

     

    Projet Montréal propose d’améliorer le passage des vélos sur les ponts et sous les viaducs, où les cyclistes se sentent souvent menacés par les voitures. Plusieurs grandes artères, comme Saint-Denis, Saint-Laurent, Papineau ou De Lorimier, passent sous deux voies ferrées qui traversent l’île d’est en ouest. Dans ces tunnels sombres et étroits, les vélos se font frôler par les véhicules sur des chaussées pleines de trous. « On a l’impression de jouer au loto quand on passe sous ces infrastructures-là », dit Magali Bebronne. Un cycliste a même reçu une contravention la semaine dernière pour avoir roulé sur le trottoir du « tunnel de la mort », rue d’Iberville, réputé comme un endroit dangereux pour les cyclistes et pour les automobilistes.

     

    La plateforme de Projet Montréal propose davantage de marquage au sol pour délimiter des endroits réservés aux vélos, notamment aux intersections. Le programme suggère aussi d’étudier le virage à droite aux feux rouges pour les vélos, avec priorité aux piétons ; le passage des vélos aux feux pour piétons (avec priorité aux piétons) est aussi envisagé, après étude. Projet Montréal propose en outre de déneiger beaucoup plus de pistes cyclables en hiver. Le nombre de cyclistes hivernaux a augmenté de façon considérable l’an dernier.

     

    Tous les partis, y compris la coalition entre Marcel Côté et Louise Harel de Vision Montréal, proposeront d’étendre considérablement le réseau cyclable.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.