Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?

    Neuf candidats briguent la mairie de Montréal

    11 juillet 2013 |Jeanne Corriveau | Montréal
    La liste des candidats à la mairie de Montréal s’allonge un peu plus chaque semaine. Jusqu’à maintenant, au moins neuf candidats ont signifié leur intention de briguer le poste de maire lors du scrutin du 3 novembre prochain.

    Même s’ils n’ont pas la notoriété des candidats « vedettes » ni la même attention médiatique, plusieurs Montréalais ont décidé de se lancer dans la course à la mairie. C’est le cas notamment de l’éditeur Michel Brûlé, de Clément Sauriol, un travailleur autonome, et de Michel Bédard, ancien chef du parti Éléphant blanc et candidat lors des élections de 2005 et de 2009.


    À l’heure actuelle, 11 candidats indépendants ont été autorisés par le Directeur général des élections (DGE), mais certains d’entre eux sollicitent un poste de conseiller. Parmi ceux qui convoitent la mairie figurent le fondateur de Secor, Marcel Côté - qui s’est allié à Louise Harel la semaine dernière -, Mélanie Joly, Michel Brûlé et Clément Sauriol. Ayant reçu la bénédiction du DGE, ils peuvent désormais engager des dépenses en vue des élections.


    De leur côté, Denis Coderre et Richard Bergeron, de Projet Montréal, sont inscrits auprès du DGE à titre de chefs de parti politique.


    Pour tous les goûts


    Travaillant pour un OSBL (la Corporation des premières assises mondiales sur la condition humaine Rallye 2000), Clément Sauriol affirme faire campagne sans slogan. Sur son site Internet, il présente son « programme simplifié » comprenant 32 engagements, dont ceux de récupérer les « sommes volées » à la Ville de Montréal, d’abolir la taxe de mutation (taxe de Bienvenue) et de combattre la «circulation parasite».


    Expert en aéronautique et impliqué dans la lutte contre le décrochage scolaire, Kofi Sonokpon a annoncé son intention de briguer la mairie via les médias sociaux. Comme il ne porte pas les partis politiques dans son coeur, il suggère de regrouper des candidats indépendants au sein de l’ACIDE (Alliance des candidats indépendants pour déloger les élus). D’origine togolaise, M. Sonokpon dit vouloir faire de Montréal la « Perle des Amériques ». Il n’est toujours pas officiellement inscrit comme candidat auprès du DGE.


    Michel Brûlé est plus connu du public, ayant fondé en 1993 les éditions des Intouchables. Il évoque la nécessité de réduire le nombre d’élus montréalais et se dit partisan des carrés rouges. En 2009, il avait annoncé son intention de briguer la mairie, mais avait finalement retiré sa candidature.


    Quant à Michel Bédard, c’est un habitué des élections municipales. Dans les années 1980, il fut membre du Rassemblement des citoyens de Montréal (RCM), puis fonda le parti Éléphant blanc et fut candidat à la mairie lors de plusieurs élections municipales dans les années 1990 et 2000. À la tête du parti Fierté Montréal, il obtint 1,26 % des voix lors du scrutin de l’automne 2009.


    Mardi, c’était au tour du blogueur et producteur de documentaires Denis McCready d’annoncer sa candidature en faisant de la démocratie directe son cheval de bataille. Il a fait savoir qu’il serait au parc Jeanne-Mance samedi prochain pour recueillir les 200 signatures nécessaires à sa demande de candidature.


    La liste des candidats pourrait encore s’allonger d’ici les élections du 3 novembre, puisque les aspirants maires ont jusqu’au 4 octobre à 16 h 30 pour se manifester.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel