Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Applebaum arrêté par l'UPAC: 14 chefs d'accusation

    17 juin 2013 17h41 |Jeanne Corriveau | Montréal
    Le maire de Montréal, Michael Applebaum, fait face à 14 chefs d'accusation de complot, de fraudes envers le gouvernement, d'abus de confiance et d'actes de corruption dans les affaires municipales.
    Photo: Annik MH De Carufel - Archives Le Devoir Le maire de Montréal, Michael Applebaum, fait face à 14 chefs d'accusation de complot, de fraudes envers le gouvernement, d'abus de confiance et d'actes de corruption dans les affaires municipales.
    Lire aussi:
    Le maire de Montréal, Michael Applebaum, a été arrêté lundi matin à son domicile du quartier Notre-Dame-de-Grâce par des agents de l'Unité permanente anticorruption (UPAC).

    L'arrestation du maire a eu lieu vers 6h et celui-ci a par la suite été conduit au quartier général de la Sûreté du Québec (SQ).

    Deux autres personnes ont également été arrêtées, soit Jean-Yves Bisson, ancien directeur des permis à l'arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, et Saulie Zajdel, ex-membre du comité exécutif de la Ville de Montréal.

    Un total de 23 chefs d'accusation ont été autorisés contre les trois suspects. Michael Applebaum fera face à 14 chefs, dont complot, fraude envers le gouvernement, abus de confiance et acte de corruption dans les affaires municipales. 
     
    Quant à Jean-Yves Bisson, il fait face à quatre chefs d'accusation d'abus de confiance, de fraudes envers le gouvernement et de commissions secrètes. 
     
    Ces accusations sont liées à deux projets immobiliers dans l'arrondissement de CDN-NDG, mais en conférence de presse, le commissaire à la lutte contre la corruption, Robert Lafrenière, n'a pas voulu préciser de quels projets immobiliers il s'agissait. «Je préfère ne pas élaborer sur les projets dont il est question étant donné qu’on a plusieurs enquêtes en cours», a-t-il dit.

    M. Lafrenière a toutefois indiqué que des pots-de-vin (pour «plusieurs dizaines de milliers de dollars») auraient été perçus: «Ce sont des montants qui ont été obtenus [et] qui ont fait en sorte d’influencer des décisions d’autorisation, ou d’obtention de permis ou de dézonage.» 
     
    Ces arrestations découlent d'une enquête amorcée en mars dans le cadre du projet Méandre qui ciblait la période de 2006 à 2011. C’est d’ailleurs en mars dernier qu’un cadre de l’arrondissement CDN-NDG s’était suicidé après avoir été interrogé par l’UPAC. Chef de la division des permis et inspections à l'arrondissement, Robert Rousseau avait été trouvé sans vie à son domicile par les policiers de Châteauguay. «C’est un des dossiers qui est enquêté», s’est borné à dire le capitaine André Boulanger, responsable du Service enquêtes sur la corruption de la SQ, lorsque questionné sur cet événement. «L’enquête se poursuit. Il n’est pas exclus que d’autres personnes soient arrêtées», a-t-il ajouté.

    Les trois hommes devraient être libérés plus tard lundi avec promesse de comparaître. 

    Rappelons qu’en février et en mai derniers, l'UPAC avait procédé à des perquisitions dans les bureaux de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, arrondissement que dirigeait jusqu'en novembre dernier Michael Applebaum.

    Une «solution montréalaise»

    Ébranlée, Louise Harel, chef de Vision Montréal, a dit espérer une «solution montréalaise» à la crise qui secoue l'Hôtel de Ville. «La tutelle, je pense, doit être complètement exclue», a réagi la chef du parti de la majorité à l'Hôtel de Ville, lundi matin. 
     
    Mme Harel estime que Michael Applebaum doit démissionner comme maire par intérim de Montréal. Elle dit croire que le gouvernement Marois doit «accompagner» la Ville dans la recherche d'un nouveau maire intérimaire, qui restera en poste jusqu'aux élections du 3 novembre.

    Contrairement à Laval, mise sous tutelle le mois dernier, l'administration de coalition montréalaise garde le contrôle sur la Ville, parce que la direction générale et le comité exécutif de Montréal restent en place et que leur intégrité n'est pas mise en cause, a noté Mme Harel.

    Au cours des derniers mois, Michael Applebaum s’est retrouvé dans l’eau chaude à plusieurs reprises. En janvier dernier, Le Devoir avait révélé que l’UPAC s’intéressait déjà à son cas en lien avec des transactions douteuses dans son arrondissement. On apprenait aussi que Michael Applebaum avait participé, en août 2003, à une activité de financement très privée au restaurant La Cantina, un point de chute du clan mafieux des Rizzuto.

    Puis, en mars, Radio-Canada avait fait état de transactions immobilières impliquant l'homme d'affaires Lee Lalli qui s'est porté acquéreur, en 2003, de terrains entourant l'ancien orphelinat catholique. Le promoteur présumément lié à la mafia aurait fait un profit important avec la vente d'un terrain après que l'arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce eut modifié le zonage. Le maire avait alors a nié avoir donné des informations privilégiées au promoteur.

    Finalement, en avril dernier, le maire Michael Applebaum avait dû se défendre d’allégations selon lesquelles l’arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce aurait accordé une faveur au promoteur Tony Magi dans le cadre d’un projet immobilier du chemin Upper-Lachine en 2006.

    Quant à Jean-Yves Bisson, il était aussi dans la mire du contrôleur général de la Ville, Alain Bond, en raison des liens qu’il aurait entretenusavec l’entrepreneur Tony Magi. 
     
    D'autres détails suivront dans notre édition de mardi.
    Avec Marco Fortier et Guillaume Bourgault-Côté
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel