Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Mosaïcultures à Montréal - Accès au Jardin botanique: la grogne citoyenne fait reculer les élus

    Le prix d’entrée au Jardin botanique pour les détenteurs de la carte Accès Montréal devrait être revu à la baisse

    16 mai 2013 |Gaétan Pouliot | Montréal
    Une mosaïque inspirée par le court-métrage de Frédéric Back L’homme qui plantait des arbres, qui pourra être admirée lors de l’exposition Mosaïcultures.
    Photo: Mosaïcultures Internationales Une mosaïque inspirée par le court-métrage de Frédéric Back L’homme qui plantait des arbres, qui pourra être admirée lors de l’exposition Mosaïcultures.

    Les Montréalais qui craignaient ne pas avoir accès au Jardin botanique cet été à cause de la présentation des Mosaïcultures peuvent souffler. Leur mécontentement a été entendu et les élus planchent maintenant sur une solution pour assurer une meilleure cohabitation entre les habitués du site et les touristes.


    Mosaïcultures, qui présentera des oeuvres végétales de 40 villes dans le monde du 22 juin au 28 septembre prochain, bouscule les habitudes. Ces dernières années, les résidants de Montréal pouvaient avoir un accès illimité aux terrains extérieurs du Jardin botanique en se procurant la carte Accès Montréal, au coût de 8 $. Avec la venue de l’exposition, on leur a annoncé qu’ils devraient toutefois acquitter un droit d’entrée d’environ 15 $ pour deux visites. Ceux qui n’ont pas cette carte devront pour leur part payer 25 $.


    Pour justifier la fin de ce privilège, le Jardin botanique a invoqué la « nature exceptionnelle de l’événement ». Mais cette décision, rendue publique le mois dernier, a soulevé l’ire de nombreux citoyens qui ont fait connaître leur frustration dans les réseaux sociaux, par des lettres dans les journaux et par le lancement d’une pétition en ligne.


    « Le Jardin botanique est-il à se privatiser ? Les Montréalais désirant simplement y marcher ou faire leur jogging, relaxer dans les espaces extérieurs et ne souhaitant pas aller dans les serres ou expositions ne pourront tout simplement plus le faire, peut-on lire dans le texte de la pétition. Il est aberrant que les jardins extérieurs du Jardin botanique ne profitent maintenant qu’à ceux qui ont de l’argent ! », dit-on encore.

     

    Les élus refont leurs devoirs


    Le directeur général d’Espace pour la vie, regroupant le Jardin botanique, le Biodôme, l’Insectarium et le Planétarium, admet que l’impact des nouveaux tarifs sur les citoyens qui fréquentent souvent les lieux a peut-être été sous-évalué.


    Il souhaite donc rectifier le tir. « On n’a pas vu une exposition de cette ampleur-là, avec cet impact-là, depuis tellement longtemps. On ne veut surtout pas que ça ait pour effet d’éloigner l’humain de la nature, explique Charles-Mathieu Brunelle. C’est extraordinaire, ce qui va se passer ici. Il faut que tout le monde en bénéficie. »


    Les élus de la Ville se pencheront sur la question au cours des prochaines semaines, a confirmé au Devoir l’attachée politique du conseiller municipal Michel Bissonnet, responsable d’Espace pour la vie au comité exécutif. Le prix d’entrée au Jardin botanique pour les détenteurs de la carte Accès Montréal devrait être revu à la baisse. Quand cette décision sera-t-elle prise ? « Rapidement », s’est contenté de dire M. Brunelle, précisant que les élus étaient d’accord pour améliorer l’accès au site.


    L’exposition Mosaïcultures, qui en est à sa 5e édition, est de retour à Montréal après 10 ans d’absence. Sous le thème Terre d’espérance, on pourra notamment voir une mosaïque inspirée par le court-métrage de Frédéric Back L’homme qui plantait des arbres. Les organisateurs s’attendent à accueillir quelque 800 000 visiteurs lors de l’événement.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.