Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Libération des données - Montréal, une démocratie impénétrable

    22 février 2013 |Jonathan Brun Jean-Noé Landry Michael Lenczner Sebastien Pierre - Montréal Ouvert | Montréal

    La démocratie montréalaise est en panne. Avec un taux de participation de seulement 39,4 % aux élections générales de 2009 et de 22 % aux élections partielles de 2012, les Montréalais sont soit désintéressés ou désespérés. Nous constatons ce manque d’engagement civique malgré plus de 106 élus, un record en Amérique du Nord, et des institutions démocratiques de renommée mondiale, comme la Chartre montréalaise des droits et responsabilités, la politique de consultation publique, et un chantier sur la démocratie.


    Comment pouvons-nous motiver plus de Montréalais et Montréalaises à s’engager sur le plan politique ? Depuis 2010, l’initiative citoyenne Montréal Ouvert fait la promotion de la transparence gouvernementale et croit que le désintérêt des Montréalais est dû en partie à un manque profond de transparence du fonctionnement de la Ville et de nos institutions démocratiques. Sans la compréhension de ces structures, les citoyens se sentent dépourvus de pouvoir devant leurs élus.


    Le nouveau maire de Montréal, Michael Applebaum, a promis plus de transparence. Les réunions du comité exécutif sont dorénavant publiques et il a publié le budget de fonctionnement en format ouvert. Le conseil municipal serait sur le point d’approuver le rapport bilan sur l’ouverture des données à la Ville de Montréal et ses recommandations. Certes, ces premières actions contribuent à la restauration de la confiance, mais il faut aller beaucoup plus loin.


    Montréal est relativement fermée comparativement aux autres villes canadiennes ou américaines. La qualité et quantité des données retrouvées sur le nombre grandissant de portails des données ouvertes dépasse la métropole québécoise. Nous n’avons pas accès aux inspections de salubrité des bâtiments locatifs ou des restaurants ; nous ne pouvons pas consulter une base de données des contrats octroyés par la Ville ou facilement comprendre ce que les élus ont fait ou comment ils ont voté au conseil.

     

    Les élections municipales


    Les élections municipales de 2013 approchent rapidement et elles représentent un moment opportun pour les Montréalais et Montréalaises de démontrer leur désir de renouveler la démocratie municipale et de permettre aux candidats de se prononcer sur leurs idées pour améliorer notre démocratie municipale. Les conseillers indépendants sont maintenant au nombre de 32. Les conseillers indépendants votent plus librement et interviennent sans devoir suivre une ligne de parti. Il faut comprendre cette nouvelle diversité du paysage politique à partir de faits. Le citoyen peut difficilement jeter un regard critique sur les institutions publiques, ni mobiliser les élus et les inciter à voter en fonction de ses convictions et positions, sans que la Ville de Montréal ne diffuse plus de données relatives au travail, à la présence et aux interventions des conseillers.


    Notre vie quotidienne et notre travail sont numérisés. Malgré cela, la démocratie montréalaise demeure impénétrable. À Montréal, il est toujours impossible de consulter le vote des élus, ni leur participation à des réunions, ou de connaître les personnes qu’ils rencontrent et les motions proposées aux réunions de conseil. Les procès-verbaux complets des réunions de conseil et d’arrondissements restent inaccessibles.


    Bâtissons une métropole numérique où la participation citoyenne est alimentée par un accès accru aux données démocratiques. Grâce à des mécanismes de concertation comme la Table de concertation sur les données ouvertes, la Ville sait quelles données démocratiques intéressent les Montréalais. Aussi fructueuses qu’elles soient, les tables de concertation ne peuvent motiver des fonctionnaires réticents au changement à publier plus d’information ; il faut des directives claires et puissantes provenant du bureau du maire de Montréal. Le président des États-Unis, Barack Obama, et le premier ministre du Royaume-Uni, David Cameron, ont émis de telles directives à tous les fonctionnaires et départements pour les obliger à publier plus d’information de haute qualité et pertinence en format ouvert. Il faut entamer un changement de culture dans la publication et la transparence des informations civiques municipales. Ces informations sont essentielles à la compréhension et l’analyse du fonctionnement du gouvernement montréalais, et sans elles, les électeurs ne peuvent prendre de décisions éclairées.


    Aujourd’hui, en 2013, des informations telles que les votes des élus, les procès-verbaux des réunions de conseil et d’arrondissements, les dépenses des élus et les motions votées restent inaccessibles ou enfermées dans des documents PDF qui ne peuvent être facilement consultés et analysés. Nous incitons M. Applebaum, ainsi que toute l’administration, à agir rapidement pour continuer à améliorer la transparence de la Ville. Nous incitons aussi chaque élu à appuyer la publication proactive des données démocratiques en format ouvert. La commission Charbonneau fait la preuve que la transparence ne conduit pas nécessairement au changement. Celui-ci doit provenir des individus et des communautés numériques. La transparence n’est pas une solution en soi, les citoyens ont le devoir de prendre en mains leur démocratie. Mais il faut les outiller correctement pour leur permettre de le faire.

    ***

    À libérer dans le plus bref délai

    • Informations à propos des conseillers en format CSV (déjà publié en HTML)
    • Participation aux réunions de conseil par les élus (déjà publié en PDF)
    • Rémunération des élus (déjà publié en PDF)
    • Participation aux votes par les élus en format CSV
    • Les votes des élus en format CSV
    • Dépenses des élus en format CSV
    • Minutes des réunions de conseil en format XML
    • Les motions votées lors des réunions de conseil en format CSV
    • Agenda des réunions de conseil en format XML
    • Les motions proposées pour les réunions de conseil en format CSV
    • Une licence pour utiliser et annoter les vidéos des réunions de conseil
    • Une liste de tous les contrats octroyés par la Ville de Montréal et les arrondissements en format XML
    • Le projet triennal d’investissements en format XML












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.